En 2019, les constructeurs font feu de tout bois en matière de motos néo-rétro.

Les constructeurs déterrent d’anciennes pratiques comme le dirt track ( Indian FTR 1200 mais aussi MASH avec les Dirt Track 125 et Dirt 650) ou le scrambling (Triumph Scrambler XC et XE).

La MV Agusta Superveloce suit une démarche qui n’est pas sans rappeler les Ducati Sportclassic.

Un café racer doté du bicylindres de la Moto Guzzi V85TT ferait revivre la longue tradition des sportives conçues à Mandello Del Lario et disparues avec la V11.

Harley-Davidson pourrait également concevoir un dirt track replica afin de réanimer une rivalité plus que centenaire avec son adversaire de toujours : Indian.

Milwaukee a proposé par deux fois ce type de machine : En 1983-1984 avec la XR 1000 puis en 2008 avec la XR 1200. Il serait peut-être temps de tordre le coup à la « malédiction du XR » apposée sur le bidon d’un roadster américain !

La Gilera Nuevo Saturno, avec sa bouille de café racer avant l’heure, faisait partie d’une vague de motos sportives sorties dans les années 80-90 propulsées par un monocylindre : Ducati 550 Super Mono (81 ch sic!), Bimota BB1 mais également les plus abordables MZ Skorpion ou la Yamaha SZR 660 qui partageaient le même gromono.

moto vintage : norton manx
La Norton Manx ou la définition d’un racer. Cette moto de course aux lignes parfaites donnera naissance au mouvement café racer.

Cette motorisation est avec les bicylindres l’archétype même d’un moteur de moto classique. Elle a donné naissance à la Norton Manx et aux BSA Gold Star qui sont toutes deux au panthéon des sportives d’exception.

Je vous présente 5 motos qui ont disparu avant le raz de marée des motos néo-rétro.

Voxan Black Magic : Trop d’avant-garde ?

Cette moto est le fruit du coup de crayon érudit de Sacha lakic. Toujours très impliqué dans la préparation des motos, le designer français a réalisé par la suite deux café racer que nous avons déjà évoqué sur ce site  avec la Blacktrack H-D BT03 et la B-T 01.

Voxan Black Magic

La Voxan Black Magic rend un hommage appuyé à la Norton Manx et aux Triton (le mariage entre un moteur Triumph et une partie cycle Norton).

La française est animée par un V-Twin à 76° refroidi par eau de 996 cm3 à 8 soupapes limité à 100 ch. à 9000 tr/mn afin de répondre à la législation de l’époque. Le calage à 72° de ce bicylindres conçu par la SODEMO permet de se passer d’arbre d’équilibrage et donc d’avoir un moteur léger (65 kg). Grace au bagage technique du motoriste dans le domaine automobile, l’injection électronique des Voxan était très performante pour l’époque.

La Voxan Black Magic est loin d’être une fille facile. Sa position de conduite, à basse vitesse, est inconfortable du fait de guidons bracelets qui font que les poignées du pilote supportent le poids du haut du corps. De plus, sa hauteur de selle culmine à 82 cm ! Un record pour un café racer.

Ajoutez le fait que sa ligne d’échappement tarabiscotée chauffe comme un poêlon et vous comprendre sans mal que la Voxan Black Magic est peu adaptée aux évolutions en milieu urbain. Oubliez également toute idée de duo.

Le terrain de jeu de la moto française est le réseau secondaire grâce à un excellent rapport poids/puissance de 1,85 kg/ch et un moteur très coupleux (103 N.m à 6500 tr/mn).

Moto néo-rétro
La Charade Racing sera le chant du cygne du constructeur auvergnat.

Produite entre 2004 et 2008, le prix de la Black Magic conçue à Issoire dans la banlieue de Clermont-Ferrand est peu ou prou identique à celui d’une Ducati 998. Ce tarif limitera sa diffusion d’autant plus que la vague néo-rétro n’avait pas encore déferlée en Motardie.

Voxan proposait autour du nouveau millénaire des motos qui sont de nos jours très pertinentes comme un café racer (2000) et un scrambler dès 2003 !

La France n’étant ni l’Italie ou l’Allemagne, la marque auvergnate ne sera soutenue ni par l’état ni par un grand groupe industriel ni par les banques…

Cette belle aventure industrielle française, lancée dès 1995 par Jacques Gardette, fera donc un « flop ». Si certains motards jugent ces motos françaises « moches » et « chères« , c’est surtout la santé financière de la marque et la valse des repreneurs qui mineront les achats de Voxan.

Moto Guzzi V11 : un café racer latin

Cette moto est la dernière sportive sortie de l’usine de Mandello Del Lario à ce jour. Elle est l’ultime descendante d’une lignée de sportives qui débuta en 1971 avec le premier café racer de série : La Moto Guzzi V7 750 Sport. Suivront toujours dans un même esprit racing latin, la mythique Mans MK I en 1976 qui évoluera au fil des ans jusqu’à la version Le Mans Mk V de 1992.

Moto Guzzi V11 moto néo-rétro

Le cadre dessiné par l’ingénieur Lino Tonti est abandonné au profil d’une poutre centrale de forte section alors qu’à l’arrière nous retrouvons une suspension à mono-amortisseur de type cantilever. A l’avant, deux puissants étriers Brembo à 4 pistons pinçant 2 disques de 320 mm de diamètre se chargent d’arrêter le gros twin.

Le bicylindres en V perpendiculaire à la route propulse vigoureusement cette moto entre 2000 et 6000 tr/mn en faisant une moto très performante sur le réseau routier secondaire.

motos néo rétro
Une V11 retravaillée par l’atelier américain Moto Studio. A quant le retour d’une Moto Guzzi sportive ?

Cette sportive old school jouit de performances très correctes avec un rapport poids/puissance de 2,42 chevaux par kilogramme.

La moto Guzzi V11 est propulsée par un rustique V-Twin de 1064 cm3 à 2 soupapes culbutées par cylindre et dont les esquisses remontent aux années 60. Elle affiche un roboratif couple de 95 N.m à 5800 tr/mn digne d’un percheron Made In Milwaukee !

Contre toute attente, cette moto d’esthètes se vendra très bien durant ses 8 années de commercialisation (1998-2006) mais Aprilla qui reprend les rênes de la marque en 2000 décidera de mettre un terme à la carrière de cette sportive plus vintage que néo-rétro.

Cette moto, à l’esprit café racer, aura raté de peu la vague des motos néo-rétro : Dommage !

Harley-Davidson XR1200 : Pour rivaliser avec l’Indian FTR 1200

Lancée en 2008 pour le seul marché européen, cette moto veut être un roadster qui capitalise sur les résultats de la XR 750 qui domine sans partage le dirt track depuis 1975.

Malgré la mention « XR », cette moto est plus proche d’un classique Sportster auquel elle emprunte le cadre que d’une quelconque reine des ovales.

harley-davidson xr 1200

Au niveau des pièces périphériques, la XR 1200 est très richement dotée avec une fourche inversée Showa de 43 mm, 2 étriers à quatre pistons à l’avant Nissin pinçant 2 disques de 292 mm ainsi qu’un bras oscillant en aluminium coulé. Cet attribut sportif sera repris sur la FXDR 114.

Le V-Twin de 1202 cm3 produit 91 ch. à 7000 tr/mn grâce à un taux de compression majoré (10:1), des arbres plus pointus et un échappement alambiqué.

Typique des machines nées dans le Wisconsin, son moteur longue course (96,8mm) développe un couple exceptionnel de 100 N.m à seulement 3700 tr/mn. Là réside tout le charme de ce roadster exotique dont le grand guidon issue du flat track est un frein aux excès de vitesse.

La XR 1200 perd 10 chevaux par rapport à une Buell XB12 qui partage pourtant le même bicylindres. Cette différence est due au choix d’une boîte à air plus petite sur la XR 1200 afin de préserver son esthétique.

Harley-Davidson 1200 XR Mule Motorcycles
XR 1200 retravaillé par Mule Motorcycles

Ce Sportster en survêtement a été élaboré en collaboration avec la légende du dirt track : Scott Parker (9 titres Grand National AMA).

Le roadster américain n’accuse pas que le poids des ans ( il voit le jour en 1957) mais celui plus trivial de la balance ! Il pèse à vide 257 Kg contre 168 Kg pour une Ducati Monster 1100 S ! L’actuelle Indian FTR 1200 revendique 225 Kg.

Harley-Davidson, alors au sommet de sa forme financière, a manqué un rendez-vous en « en jouant petit bras ».

La XR 1200 est sortie une décennie avant le retour sur le devant de la scène des dirt track replica. Cette Harley sportive aurait mérité une partie-cycle plus légère comme en proposent certains préparateurs comme Mule Motorcycles.

Gilera Nuevo Saturno (1987-1991) : Le première moto néo-rétro

Le nom de « Saturno » évoque pour le constructeur Gilera un racer monocylindre de 499 cm3 à soupapes en tête sorti dès 1946.

La Gilera « Nuevo Saturno » voit le jour en 1987. C’est une demande du groupe industriel japonnais C. Itoh. Cette moto est destinée au marché intérieur nippon.

Gilera nuevo saturno cafe racer
Dans un coloris très Velocette !

Le monocylindre Gilera est imaginé par l’ingénieur Lucio Masut et prend d’abord le nom de « Dakota ». Sa cylindrée initiale de 350 cm3 passe en 1987 à 492 cm3. Ce moteur bien né possède un arbre d’équilibrage filtrant parfaitement les vibrations. Le monocylindre revendique 44 ch. à 7000 tr/mn pour un poids de 157 kg.

Cette moto essentielle est dessinée par le duo Sandro Colombo et N. Hagiwara. Elle est un mélange parfait entre rigueur nippone et passion latine. Elle sera proposée pour le marché nippon dans un coloris noir évoquant un autre monocylindre millésimé : La Velocette Thruxton.

Richement dotée avec un jeu de jantes Marvic, un étrier Brembo à l’avant et à l’arrière et une fourche Marzocchi, le monocylindre accroche un 180 km/h en pointe.

Les 1000 unités expédiées à partir d’avril 1988 se vendent mal car le prix de la Gilera avoisine celui d’une 600 supersport.

Afin d’écouler les invendues, une partie de la production est rapatriée vers l’Europe. Malgré cela, une version ultra-sportive verra le jour. Il s’agit de la Piuma Corsa dont la cylindrée est portée à 569 cm3. En 1993, la firme fondée par Giuseppe Gilera est fermée par le groupe Piaggio.

Ducati Sportclassic : Bella Meccanica

Lors du salon de Tokyo 2003, Ducati dévoile trois prototypes qui revisitent les premiers gros cubes du constructeur de Borgo Panigale. Il s’agit du L-Twin qui est présent sur la GT 750 dès 1971.

Sans le savoir et grâce au coup de crayon très inspiré de Pierre Terblanche, Ducati vient d’inventer les motos néo-rétro !

moto néo rétro
Une Ducati Sport 1000 fera une apparition dans « Tron : Legacy« . Malgré un design néo-rétro, les Sportclassic adoptent une injection électronique.

La gamme Sportclassic s’articule autour du classique moteur Desmodue qui équipe également le Monster S2R. Ce bicylindres en L de 1000 cm3 et à deux soupapes par cylindre affiche une belle santé : 92 ch à 8000 tr/mn et 91,2 N.m à 6000 tr/mn de couple max.. Le cadre est, comme il se doit chez Ducati, de type treillis tubulaire.

La gamme Sportclassic se déclinera en trois motos : Paul Smart Limited Edition, Sport 1000 et GT 1000.

La Paul Smart, produite à 2000 exemplaires, rend hommage à la première victoire du constructeur en grosse cylindrée. En avril 1974, Paul Smart avait remporté les 200 miles d’Imola au guidon d’une Ducati 750. Ce racer donnera naissance à une génération de sportives d’exception  à la distribution par couple conique : Ducati 750 Super Sport ou SS 750 (1974) et 900 SS (1975).

Ducati sportclassic Paul Smart Limited Edition
Ducati Paul Smart. Les demi-guidons sont 3 cm plus bas que sur la 1000 Sport…

La Paul Smart se différencie de la Sport 1000 essentiellement par des suspensions Öhlins et un demi-carénage. En 2007, Ducati déclinera le modèle 1000 Sport en une version biplace.

La Paul Smart et sa roturière de sœur, la 1000 Sport, sont des motos exigeantes au quotidien.

Les trajets en ville sont un calvaire avec tout le poids du haut du corps reposant intégralement sur les guidons bracelets alors que le L-Twin toujours refroidi par air dégage beaucoup de chaleur.

C’était le prix à payer pour chevaucher une vraie moto de gentlemen riders qui permet de tracer des trajectoires chirurgicales sur le réseau secondaire grâce à une association partie-cycle/moteur dont seul Ducati a le secret.

vel, ante. libero felis risus. lectus leo. ipsum mi, porta. tempus