harley-davidson xr 750

Harley-Davidson XR 750 : la reine du dirt track

Harley-Davidson n’est pas connu pour produire des motos sportives et pourtant la XR 750 possède un extraordinaire palmarès d’un sport mécanique purement américain : le dirt track ou flat track.

A la fin des années 60 et peu avant l’arrivée de la révolutionnaire Honda CB750, le marché
nord-américain est la chasse gardée des bicylindres verticaux britanniques. C’est la « british invasion » et certaines années, les constructeurs anglaises déversent près de 80% de leurs productions aux États-Unis.

1969 : la fédération américaine rebat les cartes

Harley-Davidson XR750

En 1969 et sous la pression des importateurs, l’AMA (American Motorcycles Association) abandonne la formule dite d’équivalence qui datait de 1933 et les courses de « Class C ». Cette réglementation n’avait qu’un but : favoriser les V-Twin américains à soupapes poussées  de 750 cm3 face aux bicylindres culbutés britanniques qui ne devait pas dépasser les 500 cm3

Désormais en vitesse comme en flat track, les motos devront s’aligner avec une cylindrée inférieure à 750 cm3 quelque soit le genre de distribution choisi.

Pour Milwaukee, il est donc temps de trouver un successeur à la KR 750 sortie en 1952. Ce sera la Harley-Davidson XR 750.

Harley-Davidson XR 750 (1970-1971) : un Sportster coursifié

dick o'brian sportster xr 750 1970
Dick O’Brian derrière un XR 750 1970-1971 : notez la disposition des échappements à droite similaire à un Sportster « fonte »

Cette moto à 2 soupapes culbutées par cylindre voit le jour durant l’inter-saison 1969-1970. A cette date, la Motor Compagny, en pleine tourmente financière, passe sous le joug d’AMF. La XR750 sera dessinée en quatre mois par le jeune ingénieur Pieter Zylstra du département course.

Harley-Davidson connaît parfaitement les moteurs culbutés puisque cette technologie équipe le Big Twin Knucklehead depuis 1936 et le Sportster sorti en 1957.

Les modifications du V-Twin

Les ingénieurs de Milwaukee rencontrent un écueil car le Sportster cube 883 cm3 soit 55 ci. Afin d’atteindre la cylindrée maximale autorisée (750 cm3), les cotes moteur sont logiquement revues afin de créer un moteur « carré ».

La course du piston est réduite passant de 96,8 mm à 74,2 mm alors que l’alésage de 76,2 mm du Sportster 883 cm3 s’établit à 81,2 mm sur la XR 750. Le vilebrequin subit une cure d’amaigrissement nécessaire pour une utilisation racing.

La distribution à 4 cames du Sportster du Sportster, hérité du V-Twin Flathead de 1929 (sic), est conservée.

Harley-Davidson XR750 1970-1971

Un manque de puissance patent

Cette première mouture du XR750 produite entre 1970 et 1971 s’avère donc très proche d’un Sportster Ironhead avec :

  • rapport volumétrique bas (8,5:1)
  • Un jeu de cylindres et culasses en fonte
  • un unique carburateur de marque Tillotson

Les pilotes le surnomment « le gaufrier » car ce Sportster préparé à la va-vite surchauffe en course ! Il laisse logiquement filer les titres 1970 à Triumph puis en 1971 à BSA.

XR 750 1972 : A star is born

Harley-Davidson XR750 1972

Le service course ou Racing Department dirigé par Dick O’Brian a créé un tout nouveau V-Twin. Techniquement, il n’y a aucun rapport entre l’ancienne moto et le XR 750 de 1972 hormis son nom.

Les problèmes de surchauffe sont réglés grâce :

  • Un jeu de culasses en aluminium à forte teneur d’argent
  • Les cylindres conçus dans le même alliage voient leur ailetage majoré.

Un V-Twin enfin performant

v-twin  Harley-Davidson XR750

Afin de prendre des tours, les cotes moteur sont désormais « super carrées » (alésage supérieur à la course du piston) avec un alésage de 79,4 mm et une course de 75,8 mm.

Visuellement comme mécaniquement, le gros du travail de préparation se concentre sur les culasses et la chambre de combustion.

Le XR 750 1972 adopte :

  • deux carburateurs Mikuni de 36 mm placés à l’arrière droit des culasses
  • Les 2 sorties d’échappement sont désormais à l’avant gauche de chaque cylindre afin de maximaliser le refroidissement.

Le gourou de la préparation Jerry Branch appelé à la rescousse

v-twin  Harley-Davidson XR750

Jerry Branch se charge d’optimiser les flux gazeux au sein des culasses grâce à un banc d’écoulement ou flowbench. Jusque là, la préparation moteur se faisaient « au doigt mouillé »…

Ce nouvel outil permet de démontrer que la XR 750 produit plus de chevaux à hauts régimes avec de petites soupapes et une chambre de combustion réduite.

harley-davidson xr 750 1972
Les dernières XR750 revendiquaient 130 ch. et 210 km/h

La puissance du XR 750 1972 s’établit donc à 82 ch. à 7 700 tr/mn pour une vitesse de pointe de 185 km/h.

Cette valeur peut paraître modeste mais elle est suffisante dans l’exercice d’une course de dirt track où les lignes droites sont courtes et avec des machines dépourvue de frein avant !

Pour les saisons 1973 et 1974, la XR 750 ne fera pas le poids face à un pilote de 22 ans qui exploite une Yamaha XS650 gonflée puis une TZ750 flat tracker. Son nom : Kenny Roberts !

En 1975, Harley-Davidson remporte (enfin) son premier Grand National avec une XR 750 grâce à Gary Scott.

Son palmarès

Quelques faits d’arme de la XR 750 notamment pilotée par le pilote de MotoGP Nicky Hayden :

  • 37 titres nationaux en dirt track ou Grand National Championships
  • 502 victoires
  • Cal Rayborn au guidon d’une XR 750TT empoche à Laguna Seca puis Indianapolis en 1972 les dernières victoires d’une Harley-Davidson sur piste à ce jour
  • Elle a permis au fantasque et très médiatisé cascadeur Evel Knievel de sauter au dessus de 13 bus en 1975 puis 14 quelques mois plus tard.

Nombre de XR750 produites et distribution

Harley-Davidson fabriquera ses dernières XR en 1980 pour un total de 500 racers. Après 1980, Milwaukee ne fournira plus que des blocs moteur. Charge aux écuries ou aux pilotes de choisir une partie-cycle auprès d’un constructeur indépendant.

Harley-Davidson proposera deux XR routières

Milwaukee proposera à coté de son cœur de métier (les cruisers et GT à l’américaine) deux sportives s’inspirant de la XR 750 qui seront des flops commerciaux :

Fiche technique XR 750 : 1970-1971 (XR 750 1972)

  • Moteur : bicylindres en V à 45° de 748 cm3
  • Refroidissement : Air
  • Alésage X course (mm) : 74,2 x 81,2 mm ( 78.7 x 76,2 mm)
  • Distribution : 2 soupapes en tête par cylindre culbuté à quatre arbres à une came dans le carter droit
  • Taux de compression : 8,5:1 (10,5:1)
  • Puissance : 82 ch pour le XR750 1972
  • Carburateur(s) : simple Tillotson (double Mikuni de 36 mm)
  • Transmission primaire : Chaîne triplex
  • Transmission finale : Chaîne
  • Boîte de vitesse : 4 rapports

Partie-cycle

  • Angle de chasse : 26°
  • Fourche : Ceriani
  • Amortisseurs : Girling
  • Freinage avant : aucun
  • Jante avant à rayons à voile en aluminium (pouces) : 18 x 3
  • Jante arrière à rayons à voile en aluminium (pouces) : 18 x 3,5
  • Jantes et pneus : 4 x16 pouces
  • Hauteur de selle : 790 mm

Divers

  • Poignée : A tirage rapide ¼ de tour
  • Réservoir : En fibre de 9,5 litres
  • Poids : 134 kg (à sec)
  • Vitesse de pointe : 185 Km/h (1972)
  • Production : 200 exemplaires de la XR750 (1970-1971)  puis 300 XR 750 « alliage ».