café racer moderne 2021

Les 12 meilleurs café racers de 2022 (400 à 1200 cm3)

Les café racers modernes sont inspirés esthétiquement par des motos nées dans les années 50 en Grande-Bretagne. La génération des baby-boomers, autrement dit ceux qui n’ont pas connu la guerre, se passionnent pour les Grand Prix moto alors en plein essor. Leurs idoles sont notamment Phil Read, John Surtees et Mike Hailwood.

Puisqu’il n’existe aucun racer de série, ils vont coursifier principalement les bicylindres verticaux anglais : Triumph Thunderbird puis Bonneville, Norton Dominator et BSA A10. La plupart sont modifiées à coup d’échappements libres, de selle monoplace, de guidons bracelets et parfois de demi carénage.

Certaines préparation donne lieu au montage d’un moteur de Triumph dans un cadre de Norton Manx donnant naissance au café racer « Triton » (« Tri » pour Triumph et « Ton » pour Norton).

Et pour savoir qui est un fin metteur au point ou pilote, rien ne vaut un run sauvage autour d’un café de routier. Le café racer est né ! Pour en savoir plus, lisez : L’histoire des café racer.

Contrairement à une idée reçue, l’arrivée des Japonaises ne fera pas disparaître ces motos car ces dernières avant l’arrivée de la Suzuki GSX-R 750 (1985) ont certes de bons quatre cylindres mais des partie-cycle très « approximatives ». C’est plus la montée en gamme des machines du continent européen (Moto Guzzi Le Mans, BMW R90S, Ducati 900 SS, etc. ) dès les années 70 qui signeront la mort du café racer.

2000 : Le grand retour des café racers

Passé le cap du nouveau millénaire, la jeunesse redécouvre l’insouciance des Trente Glorieuses (1946 -1975), ce qui acte la naissance du phénomène « vintage » et la moto n’y échappera pas. Le durcissement des mesures de sécurité routière limitant l’intérêt de rouler en sportive y est également pour beaucoup dans le succès du café racer moderne.

La firme de Bologne présente dès 2000 et en série limitée la Ducati 900MHE qui sera déclinée en 2005 une gamme de trois motos dites « Sport Classic ». Des motards alors plus attirés par la sportivité du constructeur et une position de conduite exigeante feront d’elles un bide mémorable avant de devenir… une moto collector. Va comprendre, Charles !

Toujours en 2000 mais au Royaume-Unis, John Bloor, qui a relancé Triumph en 1991, relance l’anglaise parmi les anglaises : la Bonneville 900. Le succès sera au rendez-vous…

L’Hexagone n’est pas en reste et en 2004 Voxan commercialise la Black Magic qui évoque la Norton Manx. Cette moto conçue à Issoire (Puys De Dôme) périclitera car ni les motards ni les financiers ne soutiennent l’idée d’une moto française… Passons !

Pourquoi acheter un café racer moderne ?

S’il est très tentant de fabriquer (faut-il encore avoir les connaissances et l’outillage) ou de faire construire « son » café racer sur la base d’une mécanique ancienne, il est bon de connaître les limites d’une customisation :

  • Au quotidienne, une machine moderne est plus adaptée au trafic actuel grâce à des périphériques du XXIe siècle (pneus, freins, ABS …).
  • Une moto conçue par un constructeur a naturellement une côte en occasion et sera donc très facile à revendre.
  • Ces machines sont faciles à assurer et conformes au code de la route. Un futur contrôle technique ne leur fait pas peur.
  • A contrario, un café racer fait autour d’une base mécanique (peu onéreuse), par vous même ou un atelier sera plus difficile à revendre. Le motard novice en matière de customisation comprendra difficilement pourquoi une machine à 3 000 € est proposée au tarif d’une néo-vintage neuf !
  • En 2022, le nombre des pièces et accessoires est tel que l’on peut personnaliser notablement un café racer moderne. Attention, là encore, de grosses modifications sont rarement « amorties » lors de la revente…

1 – BMW R nineT

BMW R nineT

En 2013, BMW Motorrad faisait sa révolution copernicienne grâce à la BMW R NineT dessinée par Ola Stenegärd. Grâce au Suédois, les motos construites à Berlin ne sont plus que des motos de flics ou de cadres sup rêvant de grandes aventures.

Le passage à la norme Euro 5 n’a pas eu la peau du Boxer Twin air-huile sorti en 2004 qui équipe Les diverses itérations de la moto rétro allemande (Pure, Scrambler, Urban G/S et R NineT) sont reconduites pour le millésime 2022. La BMW R NineT dispose de série d’un équipement premium (fourche inversée et jantes à rayons) expliquant un prix élevé (17 190 €). On ne pourra que regretter l’abandon du très beau café racer R nineT Racer en 2020.

Lire : Présentation de la BMW R nineT 2021

  • Moteur : Flat Twin Boxer de 1170 cm3 refroidissement air-huile
  • Puissance & couple : 109 ch à 7 250 tr/mn et 116 Nm à 6000 tr/mn
  • Poids à vide : 221 Kg
  • Prix : à partir de 13 990 € (BMW R nineT Pure)

2 – Ducati Scrambler Nightshift

Ducati Scrambler Nightshift

L’expression « C’est dans les vieux pots que l’on fait la meilleure soupe » semble avoir guidé les ingénieurs de Bologne dans la création de ce café racer. En effet, l’italienne utilise le L-Twin du Monster 800 de 2003 qui conserve malgré les ans et les normes un rendement inchangé.

Ce bicylindre rustique (4 soupapes et refroidissement air-huile) se paye même l’outrecuidance d’être plus puissant que celui de l’iconique Monster ou Monstro de 1993 pourtant peu avare en sensations selon les anciens !

La partie-cycle est, comme il se doit pour une Ducati, royale. Les virolos et autres pif paf sont ainsi avalés avec une aisance déconcertante. On a le plus grand mal à discerner la stratégie marketing de Ducati à propos de sa gamme de motos néo-rétro avec des noms sans queue ni tête ( le feue « Scrambler Café Racer ») et des tarifs élevés.

  • Moteur : L-Twin de 803 cm3 à refroidissement air/huile
  • Puissance & Couple : 73 ch & 66,2 Nm
  • Poids à sec : 173 kg
  • Prix : dès 11 490 € (Ducati Scrambler Nightshift)

3 – Husqvarna Vitpilen 401

Husqvarna Vitpilen 401

Utilisant le même cadre treillis en acier au chrome molybdène et le même monocylindre que la KTM 390 Duke, la Husqvarna Vitpilen 401 se démarque des autres café racers par une apparence qui ne verse pas dans la nostalgie. Bien que construite en Chine, cette moyenne cylindrée aux lignes disruptives utilise un équipement premium : suspensions WP, étrier 4 pistons Bybre ( filiale asiatique de Brembo) couplé à un ABS Bosch et un shifter électronique.

  • Moteur : monocylindre de 373 cm3 à refroidissement liquide
  • Puissance & couple : 44 ch & 37 Nm
  • Poids : 148 kg
  • Prix : 6 449 €
  • Accessible aux permis A2

4 – Kawasaki Z650 RS

Kawasaki Z650 RS

Kawasaki décline le Roadster Z 650 à l’esthétiquement « manga » ou « sugomi » en une version old school rendant hommage à Z650 de 1977. Cette moto, compatible avec le permis A2, est propulsé par un bicylindre de 649 cm3 produisant 68 chevaux. Bien fini et plutôt sexy, la Kawasaki Z650 RS est la grande nouveauté en matière de moto tendance café racer de 2022.

  • Moteur : Twin de 649 cm3 à refroidissement liquide
  • Puissance & couple : 68 ch & 67 Nm
  • Poids : 187 kg tous pleins faits
  • Prix : Dès 8 300 € (noir unis)
  • Accessible aux permis A2

5 – Kawasaki Z900 RS

Kawasaki Z900 RS 2022
Kawasaki Z900 RS commémorative

Tout d’abord, saluons le travail des ingénieurs Kawasaki effectué sur la Kawasaki Z 900 RS, dérivée de la Z900. Ils ont parfaitement retravaillé le quatre cylindres du Z900 pour lui donner un caractère moteur en adéquation avec une allure rappelant l’iconique Kawasaki Z1 de 1972.

Tout comme pour la W800, l’esprit vintage chez Kawasaki se fait chèrement payer ! En effet, il y a environ 2 800 € d’écart entre le roadster manga et sa déclinaison néo-rétro… Ceci explique très certainement des ventes qui stagnent en 2019 et 2020 (761 ex. et 65e place) après un départ sur les chapeaux de roues lors de sa commercialisation en 2018.

  • Moteur : quatre cylindres en ligne de 948 cm3 à refroidissement liquide
  • Puissance & Couple : 111 ch & 98,5 Nm à 6 500 tr/mn
  • Poids tous pleins faits : 216 kg
  • Prix : à partir de 12 649 €

6 – Kawasaki W 800

Kawasaki W800

Cette moto est la descendante de la Kawasaki 650 W1 apparue aux États-Unis en 1966. La 650 W1 était à l’époque une vraie sportive (50 ch.) qui s’inspirait de la BSA A10, la fiabilité en plus diront les mauvaises langues.

Apparue en 1999, la Kawasaki W650 invente le concept de la « moto néo-vintage ». En 2011, la Nipponne subit une profonde refonte gagnant 98 cm3 ainsi qu’une injection et devient la Kawasaki W800.

Cette machine fait chèrement payer sa mécanique digne d’une montre suisse (bicylindre longue course, calage du vilebrequin à 360° et entraînement des 8 soupapes par couple conique) pour un rendement moteur très moyen.

  • Moteur : monocylindre de 773 cm3 refroidi par air
  • Puissance & couple : 48 ch à 6 000 tr/mn et 62,9 Nm à 4 800 tr/mn.
  • Poids tous pleins faits : 223 kg
  • Prix : à partir de 10 599 €
  • Accessible aux permis A2

7 – Moto Guzzi V7 850 Stone

Moto Guzzi V7 2021
Moto Guzzi V7 Stone 850

La Moto Guzzi V7 850 adopte logiquement le bicylindre de 853 cm3 du trail V85 TT, mais dans une version « dégonflée » avec 65 ch et 73 Nm. Une Le Mans serait-elle dans les tuyaux ? L’avenir nous le dira… Découvrez les Moto Guzzi V7 850 Stone & Special. En 2022, la firme Mandello Del Lario nous propose la V7 Stone 850 dans 8 coloris dont certains très flashy.

  • Moteur : bicylindre en V transversal refroidi par air 853 cm3
  • Puissance & Couple : 65 ch & 73Nm
  • Poids à sec : 200 kg
  • Prix : 9 199€ (modèle Stone)
  • Accessible aux permis A2

8 – MV Agusta Superveloce : le charme italien

MV Agusta Superveloce

L’Italienne n’est pas dans l’absolu une vraie moto néo-vintage, car elle utilise le 3 cylindres des MV F3 800 et Brutale 800 au caractère moteur que l’on peut qualifier de « pointu ». Puissance et couple sont ainsi délivrés respectivement à 13 000 tr/mn et 10 600 tr/mn.

Les designers ont su donner à la MV Agusta Superveloce des lignes évoquant le prestigieux passé sportif de la marque de Varèse avec les 58 titres mondiaux (!) conquis en GP entre 1952 et 1974.

  • Moteur : trois cylindres de 798 cm3
  • Puissance & Couple : 148 ch & 88 Nm
  • Poids à sec : 173 kg
  • Prix : dès 20 300 €

9 – Royal Enfield Continental GT 650

Royal Enfield Continental GT 650

Derrière des lignes classiques, la Royal Enfield Continental GT est une moto du XXIe siècle avec un calage du bicylindre à 270° afin de réduire les vibrations. Le cadre double berceau en acier est conçu par Harris Performance qui fut un temps, fabricant de machines de MotoGP. Excusez du peu !

Cette moto et sa jumelle, le roadster Interceptor, ont rencontré toutes deux leur public. Ces motos indiennes, éligibles pour les permis A2 sans bridage, combine une bouille ultra vintage, une garantie de 3 ans et un tarif planché. Logiquement, le succès est au rendez-vous. Les Royal Enfield Continental GT et Interceptor sont les motos néo-rétro les plus vendues dans l’Hexagone.

  • Moteur : bicylindre vertical air/huile de 648 cm3
  • Puissance & Couple : 47 ch & 52 Nm à 5150 tr/mn
  • Poids à sec : 200 kg
  • Prix : dès 7 290 €
  • Accessible aux permis A2

10 – Suzuki SV650X

 Suzuki SV650X

Cette moto est une déclinaison vaguement « rétro» de son best-seller sorti en 1999 : la Suzuki SV650. Pour l’occasion, le V-Twin mid-size se fend d’une peinture noire et grise, d’une tête de fourche, d’un jeu de demi-guidons et d’une selle à bourrelets.

Le rapport performance/agrément/prix de la Suzuki SV650X est imbattable, mais le charme n’opère pas malgré ce replâtrage. Dommage !

  • Moteur : bicylindre en V de 645 cm3 et à refroidissement liquide
  • Puissance & Couple : 76 ch à 7 500 tr/mn & 64 Nm dès 4 250 tr/mn
  • Poids à sec : 198 kg
  • Prix : dès 7 999 €
  • Accessible aux permis A2

11 – Triumph Street Twin

Triumph Street Twin 2021
Triumph Street Twin

Proposée sous la barre des 10 000 €, La Street Twin est le modèle le plus accessible de la gamme Modern Classic de Triumph. C’est logiquement le modèle le plus choyé par le constructeur britannique qui le fait très régulièrement évoluer pour demeurer l’une des meilleures ventes en matière de café racers.

Son bicylindre a largement été revu en 2019 lors du passage à la norme Euro 5 où il gagnait la bagatelle de 10 chevaux. Son nom, sa finition et un rapport poids/performance en font une sorte de mini Bonneville qui sera une arme en ville.

Son fait d’elle une candidate idéale pour concevoir un café racer car les accessoiristes dont Triumph proposent un nombre pléthorique de pièces.

  • Moteur : Twin parallèle de 900 cm3
  • Puissance & Couple : 65 ch & 80Nm dès 3200 tr/mn
  • Poids à sec : 198 kg
  • Prix : dès 9 745 €

12 – Triumph Truxton RS

Triumph Truxton RS : le café racer moderne

La Triumph Truxton RS utilise le bicylindre de 1200 cm3 (Euro 5) de la Truxton sortie en 2016 profondément retravaillé. Selon Hinckley, il gagne 8 ch, le régime max. s’établit 500 tr/mn plus haut tout en obtenant un couple identique, mais placé 700 tr/mn plus bas. Que du bonus !

La partie-cycle, allégée de 9 kilos par rapport au modèle standard, permet de pleinement exploiter ce moteur tonitruant grâce à des périphériques premium : paire d’étriers Brembo monobloc radiaux M50, combinés Öhlins « piggyback », fourche inversée Showa BPF de 43 mm et gommes Metzeler Racetec RR.

  • Moteur : bicylindre vertical de 1200 cm3 calé à 270° et à refroidissement liquide
  • Puissance & Couple : 105 ch à 7 500 tr/mn & 112 Nm dès 4 250 tr/mn
  • Poids à sec : 197 kg
  • Prix : dès 17 195 €

En relation avec cet article :

Share via