Le designer Sacha Lakic n’est pas à sa première collaboration avec l’atelier luxembourgeois Blacktrack Motors. Nous avons, par le passé, déjà chroniqué une Honda CX 500 imaginée par le créateur français.

L’élégante préparation qui nous préoccupe aujourd’hui n’est pas à proprement dire la base mécanique qui nous vient à l’esprit lorsque on évoque le terme « café racer ».

Harley-Davidson 114 Custom

Le Fat Bob 114 est malgré tout au sein de la gamme des big twin Harley-Davidson, la moto qui se rapproche le plus d’un roadster européen.

Les ingénieurs de chez Harley-Davidson ont fait un travail remarquable sur la nouvelle partie-cycle Softail apportant à cette moto des qualités dynamiques en très net progrès par rapport à feues les Dyna et la précédente version du châssis à amortisseurs cachés.

Fat Bob Blacktracks Motors Café Racer

Le Milwaukee-Eight 114 est puissant de série (94 ch) et comme il se doit sur une américaine très coupleux (155 Nm).

Sasha Lakic considère que la Fat Bob est la moto la plus « joueuse » au sein des gros cubes de la Motor Compagny et qu’elle peut se prêter à une « torréfaction » en bonne et du forme.

Le Sportster XLCR

Harley-Davidson XLCR

Plutôt que de partir d’une feuille blanche, le designer français, en fin connaisseur de la marque, fait le pari de revisiter ou de s’inspirer d’une moto très particulière dans l’histoire de la firme du Wisconsin : La XLCR.

Ce Sportster équipé du bicylindres Ironhead de 1000 cc avait fait un bide et ne sera donc diffusé que durant deux années (1977 et 1978) à seulement 3133 exemplaires.

Pourtant, Sacha Lakic avoue sa fascination (et il n’est pas le seul vu la cote de cette moto en collection) en ces termes :

«  Chaque fois que j’en vois une dans Paris, je suis fasciné ».

C’est vrai que ce Sportster rompt toute filiation avec les codes esthétiques passés ou futurs en vigueur chez le constructeur. Dessinée par Willie G. Davidson, elle n’a aucun chrome et elle fait preuve d’une délicatesse et d’une retenue dans les lignes qui font de cette moto la plus européenne des Harley jamais construites à ce jour.

Elle aurait très bien pu s’appeler « La Moto Noire » faisant écho à l’appellation de la toute dernière Bugatti baptisée «  La Voiture Noire ».

La conception de la BT-03

Sasha Lakic et l’équipe de Blacktrack ont conçu une carrosserie s’inspirant du cafra Harley-Davidson.

La chose s’avère relativement difficile car il faut trouver les proportions harmonieuses entre la XLCR équipée d’un maigrichon V-Twin fonte de 1000 cc et l’énorme Milwaukee Eight 114 de 1868 cc.

Blacktrack Motors a dessiné la totalité des pièces en aluminium : Tés de fourches, commandes reculées, les supports du dosseret et de garde-boue. Un atelier équipé de machines outils à commande numérique (CNC) s’est chargé de les produire.

Tés de fourche CNC

Le Fat Bob 114 imaginé par l’atelier luxembourgeois avec Sacha Lakic est richement doté en éléments réalisés en matériau composite comme le garde-boue avant, le réservoir, la coque arrière ou le cache du mono-amortisseur.

La selle en cuir de qualité premium est très soignée avec des surpiqûres blanches et un liseré rouge renvoyant à la couleur de la bulle.

La préparation moteur du Milwaukee Eight 114 : Un débridage

Milwaukee-Eight 114 Stage 1

Le V-Twin Milwaukee-Eight est bonifié par un stage 1 se limitant à une nouvelle cartographie prenant en compte un filtre à air Screamin’Eagle haut débit et des embouts d’échappement fournis par Dr Jekill & Mr Hyde. Notons que ces silencieux à clapets électriques possèdent trois modes et sont homologués. Les collecteurs du Fat Bob 114 sont façonnés par Blacktrack Motors.

Une partie-cycle peu modifiée

Sasha Lakic et Blacktrack Motors ont choisi de ne pas déconstruire l’excellente partie-cycle Softail réalisée en 2018 par les ingénieurs de Milwaukee. Le designer français regrette simplement le fait que l’empattement soit un peu long ! Cette moto est née cruiser et non café racer…

Le designer français, grand amateur de cafra devant l’éternel avoue tout de même :

«  Le Fat Bob est la Harley-Davidson la plus fun à piloter ».

Le bouclard luxembourgeois a fait ses emplettes chez les meilleurs équipementiers européens.

étrier et frein monobloc radial Beringer

Beringer se charge de stopper net le Fat Bob 114 avec deux puissants étriers radiaux à l’avant alors que Öhlins fournit la fourche FG 424 USD et l’amortisseur arrière. Les jantes sont des Dynamag en aluminium forgé à 7 bâtons.

Le résultat

Softail Fat Bob 114 Milwaukee-Eight

Allons-y tout de go ! Cette moto, ou pour le moins sa philosophie, est ce que l’on espère un jour trouver au sein du catalogue de la Motor Compagny, que cela soit sur un Sporstster ou sur un Milwaukee Eight.

Une moto qui ne renie pas ses gènes américains mais avec une touche de sportivité européenne comme l’avait si bien fait Caroll Shelby dans le domaine automobile.

La BT-03 ne pèse désormais que 248 Kg contre 296 Kg pour le Fat Bob 114 de série. Ce régime drastique s’accompagne de la perte de 13 Kg en matière de poids non-suspendu, ce qui devrait très nettement améliorer la tenue de route.

En terme de performance, le BT-03 doit être proche de la XLCR 1000 Café Racer donnée pour une puissance de 68 ch. pour 220 Kg tous pleins faits.

Comme le dit la maxime de Colin Chapman, « less is right », cette moto plus légère de quasiment un demi-quintal doit naturellement pousser  bien plus fort que le Fat Bob de série, malgré un moteur quasiment d’origine.

FXFB Fat Bob 114 Milwaukee-Eight

Blacktrack Motors pense construire 4 exemplaires de la BT-03. Le délais de fabrication est de 6 mois, libre à l’heureux client de choisir certaines options et le choix du coloris.

Crédit photo/ Courtesy of : Blacktrack Motors

neque. consectetur velit, ut Praesent felis leo. id mattis