café racer

L’histoire des motos café racer de A à Z

Le mouvement café racer voit le jour en Grande-Bretagne au début des années 50. Il fait écho à un phénomène musical qui emporte la jeunesse des pays occidentaux, le rock’n’roll, mais aussi à un film, L’Equipée Sauvage.

Ces motos « customisées » dans un esprit racing ont trouvé un second souffle avec le nouveau millénaire. Très vite, les constructeurs ont proposé des machines « clef en main » : voir notre panorama des 12 café racers 2021.

1 – Le portrait robot du pilote de café racer

Les motards qui préparent leur moto en café racer sont surnommés « rockers » ou « leather boys« . Ce sont des teenagers issue de la classe ouvrière qui n’ont connu ni la crise de 1929 ni la Seconde Guerre mondiale.

Ils peuvent s’offrir grâce à l’apparition des premiers crédits et la prospérité économique retrouvée du Royaume-Uni, une moto. C’est un moyen de transport pour aller au boulot plus « stylé » que de prendre le bus et cela procure une certaine Fureur de Vivre le soir ou les weekends.

2 – Qu’est-ce qu’un café racer ?

Café racer Vincent
Une Norvin fruit du mariage d’un cadre de Norton avec un V-Twin Vincent

Un café racer tout comme le bobber américain recherche le meilleur rapport poids/puissance possible.

Pour se faire, les bikers britanniques ôtent tous les éléments de confort. Ils sont « coursifiés » à la façon des machines de course que leurs idoles chevauchent lors des courses sur route comme le Tourist Trophy se déroulant sur L’île de Man ou sur les short circuits construits sur les anciennes bases de la RAF.

3 – La préparation des café racers

Norton Manx
La Norton Manx : Bien que pur racer, cette moto est quelque part l’instigatrice du mouvement café racer tant par sa ligne que par son propos.

« Le café racer originel » est généralement animé par un bicylindres vertical de 650 cm3 délivrant autour de 40 ch provenant de chez Triumph, Norton ou BSA.

A minima, il adopte des guidons bracelets qui donnent pour pas cher à la machine le look des motos pilotées par Colin Seeley, Geoff Duke ou Mike Hailwood. Les plus fortunés s’offrent un long réservoir à bouchon Monza échancré pour les genoux ainsi qu’une selle possédant un dosseret qui vous cale lors des accélérations.

Le bicylindre vertical est généralement bonifié avec une paire de gros carburateurs Amal et un échappement plus libre. Au fil du temps, des « prépa » très poussées voient le jour tant au niveau du Twin (culasses à 4 soupapes par cylindre signées Nourish-Weslake) que pour la partie-cycle (cadre réalisé par les frères Rickman ou Colin Seeley) .

4 – La culture café racer : et le rock dans tout ça

Le rock fait partie intégrante de la culture café racer au même titre que les grands pilotes anglais dont les exploits ornent la chambre de ces teenagers ou les séances de mécanique. Selon certains, les bikers avaient pour jeu de mettre une pièce dans le juke-box, d’enfourcher leur moto, d’aller jusqu’à un point donné puis d’être de retour avant la fin du 45 tours. Mythe ou réalité ? Nul ne peut l’accréditer ou l’infirmer en 2020…

5 – Cette étrange machine, le Triton

Il s’agit d’une moto hybride née au début des années 60 par Dave Degens faite de l’association du plus performant vertical twin du marché, le Triumph 650 cm3 (le « Tri »), placé dans le meilleur cadre moto de l’après-guerre, le Featherbed de la Norton Manx (le « ton »).

L’excellence du cadre Featherbed était tel qu’il sera copié par BMW pour la Série 5 et suivantes. D’autres bitza voient également le jour comme le TriBSA (mariage d’un moteur Triumph et d’un cadre Norton) ou plus rarement les Norvin (V-Twin Vincent placé dans un châssis Norton).

6 – Qu’est-ce que le Ton et un Ton-Up Boy ?

C’est un terme d’argot britannique qui indique que le pilote a atteint une vitesse de 100 mph, le « ton », soit 160 km/h. Si vous atteignez cette vitesse, vous entrez dans la confrérie informelle du Ton Up Club et vous êtes un Ton-Up Boy. CQFD !

7- D’où provient l’appellation « café racer » ?

Ace Café  London
Le Ace Cafe est le plus célèbre café de routiers.Il est situé au nord de Londres sur le North Circular Road.

Les années 50 voient la construction des voies rapides autour des grandes villes britanniques sur lesquelles s’installent des cafés où les camionneurs font le plein et se restaurent. Ces relais routiers ou coffee bar n’ont pas de licence pour vendre de l’alcool et ne servent donc que des sodas, du café ou du thé.

L’une des raisons qui poussent les leather boys à se retrouver dans les cafés bars est le fait qu’ils sont les seuls à diffuser du rock’n’roll grâce à leur juke-box, une musique interdite de diffusion à la BBC. De plus, les bowlings et autres dancings ne les acceptent pas en raison de leur dégaine et de leur moto bruyante.

Les tenanciers des cafés routiers n’apprécient pas les blousons noirs car ils ne consomment qu’une boisson de temps à autre alors qu’un chauffeur de camion avale un repas et une boisson et reprend la route dans la demi-heure qui suit.

8 – Des bastons mémorables avec les mods

mods scooter lambretta vespa

Au printemps 1964 dans les stations balnéaires de Margate et de Brighton, les rockers affrontent violemment une autre jeunesse  : Les mods. Ces affrontements font les gros titres des tabloïds et l’un d’entre eux titrera: « La Seconde Bataille d’Hastings » !

Snob, les mods jugent le biker comme un être frustre de par son appartenance à la classe ouvrière et le fait qu’il écoute du rock.

Né dans les années 60, les mods sont issus des quartiers huppés de l’ouest londonien et soignent leur look (chaussures Clark ou chaussures italiennes, polo Fred Perry Levis 501 et parka M51). Cette autre jeunesse roulent en scooter Lambretta ou Vespa et écoute du modern jazz, ce qui donne le nom le nom à ce mouvement. Rod steward et un certain David Jones, futur David Bowie, revendiqueront avoir été mod.

Les Who rendront hommage au mouvement mod en 1972 en réalisant l’album « Quadriphonia » qui donnera naissance en 1979 à un film éponyme.

9 – L’uniforme du pilote de café racer

Si la majorité des motards britanniques porte surtout des Belstaff Trailmaster et autres Barbour type A-7, l’uniforme des rockers est le Perfecto confectionné en Angleterre. Nous pouvons citer les marques comme Rivetts, Mascott ou Lewis Leather qui elle existe toujours. Le Perfecto Schott n’est pas encore diffusé en Grande-Bretagne.

motorcycle rockers
Des ton-up boys devant la paroisse d’Eaton du pasteur Shergold.

Les rockers se fournissent dans les surplus militaires. Ils portent les vestes d’aviateur américain B-3 ou l’ Irvin Jacket . Toujours dans les surplus, ils adoptent les bottes fourrées de la Royal Air Force et l’écharpe blanche des pilotes.Il porte parfois quelques jeans du cru, mais majoritairement de simples pantalons.

10 – La fin (provisoire) des café racers

Contrairement à une idée répandue, ce n’est pas l’effondrement de l’industrie motocycliste britannique qui mettra un terme au café racer.

Jusqu’à l’arrivée de la Suzuki 750 GSX-R (1984), les Japonais sont certes de très fins motoristes, mais leurs motos pêchent par des tenues de route très perfectibles.

C’est plus la montée en gamme des constructeurs continentaux associant moteurs et châssis performants qui auront la peau des café racers. On peut citer les Ducati 750 et 900 Super Sport, BMW R 90S, la Moto Guzzi V7 Sport puis Le Mans ou les Laverda 750 SF.

Ainsi, nous verrons le 4 cylindres de la Honda CB750 placés dans des cadres réalisés par Rickman, Dunstall ou Seeley. Le concessionnaire parisien Japauto remporte le Bol D’or 1972 grâce à la fourniture par Dave Degens d’un cadre Dresda pour CB750.

11 – Les premiers café racers de série

EN 1977, Willie G. Davidson donne leurs lettres de noblesse à cette catégorie de moto en présentant à la presse lors de la Bike Week de Daytona 1977, le Sportster XLCR.

En 2000, la marque auvergnate Voxan décline son V-Twin 996 cm3 à 72° dans une version baptisée : Café Racer. La même année, la Ducati 900 MHE défriche le concept du racer « chic et vintage » qui aboutira en 2015 une gamme dans la gamme baptisée « Scrambler ».

12 – Le café racer en 2021 : entre business & bricole

Honda CX400
Préparation à partir d’une Honda CX 400 : Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse !

De nos jours, les constructeurs cherchent à capter une partie de l’engouement pour ces motos nées dans la brume anglaise au début des 50’s. Les BMW R nineT Racer, la Royal Enfield Continental GT et la Triumph Truxton en sont les parfaites illustrations.

Le durcissement de la répression routière et l’attrait pour les objets vintage expliquent le regain d’intérêt à propos des café racers mais également des motos scramblers qui s’est opéré autour de 2010.