quelle base pour un café racer

Top 10 des bases pour construire un café racer

Nous avons sélectionné 10 motos accessibles financièrement permettant de réaliser un café racer. Il s’agit d’un tour d’horizon des bases mécaniques les plus préparées par les custom builders du monde entier. Bien entendu, rien ne vous empêche de préparer votre machine sur des motorisations plus exotiques (2 temps, Italiennes, etc.).

Quelques informations à savoir

A – Faites une croix sur les « collectors »

On oubliera les motos de collection comme les premières Honda CB750 , Kawasaki Z1 (1973) et autres Yamaha XT500 (1976) dont le ticket d’entrée est au delà des 10 000 euros.

B – Une base mécanique fiable et qui freine

Les japonaises a minima des années 70 sont un excellent choix car elles associent une fiabilité actuelle mais sans les tracas de l’électronique des motos modernes.

De plus, toutes sont équipées d’un frein à disque à l’avant voire d’un double disques optionnel à l’époque. Cet élément de sécurité s’avère indispensable dans la circulation actuelle. On optimisera le mordant du système de freinage avec des durites aviations.

C – Le cadre tubulaire

On choisira impérativement une base mécanique dotée d’un châssis tubulaire. Il donne un look vintage et il est facile à modifier notamment au niveau du bâti arrière (boucle raccourcie) .

D – L’architecture moteur

Le monocylindre de la SR500 ou le bicylindre de la XS650 sont des mécaniques très simples pour une raison arithmétique : il y a 2 à 4 fois moins de pièces que sur un 4 cylindres ! Elles sont donc plus faciles à entretenir, à régler et à « pimper ».

E – Les basiques

moto préparation café racer
Reine des basiques, la Honda Seven Fifty peut se transformer en un joli café racer !

Les quatre constructeurs japonnais ont construit à partir des années 90 jusqu’au mitan des années 2000 des pelletées de roadsters 4 cylindres bons à tout faire.

Appelées basiques, ces motos représentent un gisement inépuisable de bases mécaniques pour réaliser à moindre coût un café racer. Nous pouvons citer la Honda CB750 Seven Fifty (1992-2003), la Kawasaki Zephyr 750 (1991-1996), les Suzuki Bandit 600 et Bandit 1200 (1995-2000) ou la Yamaha XJR 1300. La liste est loin d’être exhaustive !

Attention, le cadre des basiques peut nécessiter plus de travail pour se plier à une esthétique café racer qu’un Four des années 70-80.

1 – Yamaha XS650 : le charme d’une Anglaise

street tracker café racer
La Yamaha XS650 est une base mécanique qui peut se décliner à l’infini. Elle peut être chopper comme café racer.

Produite de 1970 à 1983, la Yamaha XS650 est une copie nippone de la Triumph Bonneville construite à Meriden, la fiabilité en plus ! Son bicylindre vertical a le même caractère « rugueux » que celui de l’Anglaise avec un calage moteur à 360°. Largement utilisé en side-car cross, la XS650 dispose d’un vaste choix de pièces pour doper son Twin.

C’est donc une base idéale pour un café racer mais aussi pour un flat tracker puisque Kenny Roberts remportera deux titres en dirt track à son guidon en 1973 et 1974. Seul hic, sa cote est élevée (à partir de 3 800 €) même pour les modèles custom.

2 – La Yamaha SR 500 : une base idéale pour les débutants

Ceux qui n’ont jamais tenu la moindre clef de 12 ou fait la moindre vidange pourront s’aventurer à customiser la Yamaha SR 500 (1978-1998). Aussi déclinée en 400 cm3, elle partage le même monocylindre que le trail XT 500 . Cette moto culte au Japon, sorte de BSA Gold Star, dispose d’un catalogue de pièces aftermarket dignes d’une Harley-Davidson, ce qui n’est pas peu dire !

Tout comme la XS650, la SR500 possède également une cote soutenue ( 3 000€) malgré des prestations mécaniques limitées (31,5 ch et 36,3 Nm de couple).

3 – Les Honda CB : un grand classique

Honda CB 750 café racer
Honda CB750 café racer

Honda propose un vaste panel de quatre cylindres (CB500,CB350, CB750 ou CB750 F2) connus pour leur grande qualité de fabrication mais parfois jugés fades. Libre à vous et par la magie de la préparation de transformer le matou en fauve rugissant ! Le ticket d’entrée pour une Honda 750 F1 et F2 (disques avant & arrière) s’établit autour de 4 800 € pour un bel exemplaire.

4 – Les Suzuki GS : une base méconnue

préparation café racer Suzuki GN
Préparation café racer à partir d’une Suzuki GS 750

En 1977, la firme d’Hamamatsu commercialise son premier4 cylindres en ligne 4 temps avec les Suzuki GS 550 et 750 (DOHC). Il sera rapidement décliné en 850, 1000 et 1100 cm3. Ces Four et bicylindre (GS 400) représentent une excellente alternative aux Honda CB car ils sont moins recherchés en occasion et se dégottent dès 2 500 €.

5 – Honda CX  (1977-1983) : un twin original

Les Honda CX500 et CX650 déclinées en version roadster et custom sont particulièrement présentes parmi la scène café racer moderne. Cette moto compacte répond parfaitement au cahier des charges d’un café racer du XXIe siècle avec un twin atypique mais robuste.

Les CX500 (50 ch) et 650 (65 ch) sont des motos sophistiquées avec un ensemble cylindre bloc-moteur d’un seul tenant (une technologie d’origine automobile), un refroidissement liquide et un arbre à cames placé au centre du V-Twin perpendiculaire à la route.

Cette base mécanique légère (212 kg tous pleins faits pour le roadster) connaît un fort engouement pour une préparation. N’imaginez pas chiner un exemplaire en état correct en deçà les 2500€.

6 – Kawasaki W650 (1999-2007) : un Twin noble

Construite de 1999 à 2007, la Kawasaki W650 est la première moto néo-rétro de l’histoire. Cette moto séduit par le caractère de son bicylindre vertical de 675 cm3 calé à 360° comme une anglaise des 60’s ou une Yamaha XS650.

Si cette moto conserve une cote élevée (4 800 €), son allure vintage de série limite les frais pour la métamorphoser en café racer ou tracker convainquant. Point noir de la geisha de Kobe, sa puissance est limitée (50 ch) malgré un bicylindre digne d’une montre suisse (entraînement de la distribution par un arbre extérieur et 8 soupapes).

7 – Yamaha Virago (1987-1998) : esprit Vincent

Un « doux » custom devenu café racer !

Les Yamaha Virago ( XV750, XV920, XV1000 et TR1) de première génération (1981-1984) sont de très bonnes bases mécaniques pour réaliser un scrambler ou un café racer. On les trouve dès 1500€. Nous avons élaboré un dossier à propos de la préparation de la Yamaha XV Virago en cafe racer.

8 – BMW Serie R & Monolever : un flat twin au prix fort

Les BMW R et Monolever sont très prisées pour la réalisation d’un café racer. Revers de la médaille, leur côte a explosé malgré une diffusion à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. On oubliera la BMW R45 dont le flat twin poumonesque (27ch) doit trimballer 185 Kg à sec !

9 – Sportster 883 & 1200 Evolution : un V-Twin avec du potentiel

Le Sportster est une moto conçue en 1957 par Harley-Davidson comme une alternative aux Vertical Twins anglais qui se vendaient comme des petits pains aux États-Unis. Sous ses chromes, Il possède donc un certain ADN sportif. N’imaginez pas dégotter un Sportster 883 sous la barre des 5 200 €.

10 – BMW K75 & K100 : l’originalité au pouvoir

Un article évoquant les particularités et la préparation du tricylindres et quatre cylindres bavarois (1983-1992) a déjà été publié  sous l’intitulé : BMW K75 & K100 pour une préparation cafe racer.

Remarque : N’oubliez pas que la préparation faite, il vous faudra opter pour un casque cafe racer adapté (voir l’article : Top 10 des casques intégraux rétro) ainsi que des équipements au look vintage ou urbain (gants, jean kevlar, veste, etc.).