Suzuki 600 Bandit café racer

Suzuki Bandit 600 café racer « Diablo » par K-Speed

Dernière mise à jour:

Cette préparation à partir d’une modeste Suzuki Bandit 600 de 1996 démontre qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un compte en banque de roi du pétrole pour obtenir un résultat plus que réussi.

Un rapide historique de la Suzuki 600 Bandit

Ce roadster commercialisé de 1995 à 1999 embarque le 4 cylindre air-huile de la Suzuki 750 GSX-R de 1984. Son quatre pattes ramené à 599 cm3 est donc d’une solidité à toute épreuve et fait encore partie du paysage motocycliste en 2021.

Relativement puissante (77 ch @ 10 500 tr/mn), rapide (environ 200 km/h) et plutôt légère (196 kg à sec), cette basique coche toutes les cases de la bonne moto. Fort logiquement, elle se vendra comme des petits pains.

A propos de K-Speed

K-Speed, c’est comme l’on dit vulgairement « du lourd » en matière de customisation de moto. L’enseigne fondée en 2002 est tenue par Tanadit Sarawek qui a conçu plus de 300 motos (sic) et possède deux ateliers, l’un en Thaïlande et l’autre au Japon. Il a été invité par BMW Motorrad à faire courir une R nineT préparée façon cyberpunk à la Glemseck 101.

Suzuki Bandit 600 « Diablo » : En rouge et noir

Le gros du travail a porté sur la carrosserie de la Japonaise. Le demi-carénage joliment sculpté reçoit une bulle fumée en accord avec la charte graphique de la moto, noir et rouge. Quelques perforations ici et là apportent un cachet racing. Un phare à LED placé derrière une grille de protection est enchâssé dans l’élément aérodynamique. Le compteur de série laisse place à un élément numérique.

Le réservoir de série a été légèrement relevé à l’arrière afin de donner à la machine des lignes plus tendues. Il s’accorde avec un dosseret réduit à sa plus simple expression recevant une selle tendue de cuir. Il est supporté par une boucle fabriquée spécialement pour la Bandit 600.

Les jantes à 3 bâtons en 17 pouces sont conservées, mais recouvertes de noir tout comme le moteur et la partie-cycle : chic et pas cher !

Un amortisseur sur mesure YSS donne l’assiette qui sied à tout café racer, rectiligne par rapport à la route.

Quatre filtres à air coniques permettent de se débarrasser de la boîte à air ce qui met en valeur un joli cadre tubulaire.

Le silencieux d’échappement est puisé dans le catalogue des pièces aftermarket développées par K-Speed sous le nom de « Diablo ». C’est aussi le patronyme de ce café racer.

Les cale-pieds, les durites tressées ou le feu-stop arrière à Led latéral proviennent également de l’atelier thaïlandais. L’aspect « street legal » n’est pas oublié puisque nous retrouvons à l’avant et à l’arrière des clignotants à LED très discrets.

Ce café racer rouge et balafré d’éclairs a demandé 45 jours de travail depuis les premiers croquis jusqu’au projet fini.

L’avis de Belles Machines

K-Speed démontre qu’une très banale Suzuki 600 Bandit, que l’on peut trouver sur LeBonCoin sous les 2000 €, peut devenir une machine très désirable malgré un budget limité. Qui a dit qu’une bonne base pour un café racer devait être impérativement être des années 70-80 ? pas moi…

Fort de 300 prépa’, l’atelier thaïlandais illustre parfaitement l’adage : « c’est en forgeant que l’on devient forgeron ». Il est en effet très rare que l’on réussisse sa première machine…