Yamaha XV Virago café racer

Yamaha Virago : une bonne moto pour un café racer ?

La Yamaha Virago est une moto que l’on retrouve régulièrement préparée en café racer. Facile à trouver en occasion à bon prix, elle permet de profiter d’un V-Twin bien visible ayant du caractère.

Un peu d’histoire

L’étude de la Virago débute dès 1978 sous la direction de Yamaha USA qui pense qu’un custom animé par un V-Twin fiable peut décrocher le jackpot.

Harley-Davidson, géré par AMF depuis 1969, est alors en pleine déconfiture (4% des ventes de motos aux États-Unis) avec un contrôle qualité oublié et quasiment aucune nouveauté hormis le 1200 FX (1970).

Commercialisée en 1981, la Yamaha XV750 ou Virago devait donc clouer le cercueil du constructeur américain. Manque de bol pour les Japonais, Harley retrouve, sa liberté la même année, grâce à 13 investisseurs. Du lobbying à Washington avec à la clef une surtaxe de 45% sur les grosses cylindrées importées, mais surtout un bon moteur, le V-Twin Evolution, feront le reste…

La première génération de Yamaha XV et TR1 sera commercialisée de 1981 à 1986 puis elle cédera sa place à un nouveau cruiser doté d’une suspension arrière classique. Cette nouvelle itération sera proposée de 125 à 1100 cm3 (la XV535 étant la version la plus diffusée) et le bicylindre quittera le catalogue du constructeur en 2004 avec la 1100 Bulldog.

Le V-Twin Yamaha

V-Twin Yamaha
Le V-Twin Yamaha avec un échappement Mad Performance

La Yamaha XV 750 est la seconde Japonaise animée par un V-Twin après la Honda CX500 (1978). L’angle d’ouverture de ce bicylindre refroidi par air de 748 cm3 est de 75° soit à mi chemin entre celui d’une Ducati et d’une Harley. 2 carburateurs Hitachi se chargent de l’alimentation alors que la transmission finale est soit par cardan (cruiser) soit par chaîne sous carter étanche (roadster XV1000 TR1).

La Yamaha Virago sera déclinée en 3 cylindrées (750 puis 920 et 1000 cm3) et revendique jusqu’à 69 ch (@6500 tr/mn) et 81 Nm (@ 5 500 tr/mn).

La partie-cycle de la Yamaha Virago rappelle une certaine Anglaise

Bien que custom, cette moto n’en est pas moins légère (212 à 230 Kg) grâce à un châssis qui rappellera aux plus anciens les Vincent d’après-guerre ! Le cadre en tôle emboutie est porteur (il n’y a pas de boucle inférieure) et à l’arrière nous trouvons une suspension cantilever.

La Yamaha XV 750 en flat track : un épisode à oublier

En 1981 et fort de ce V-Twin, Yamaha USA veut rééditer ses exploits de 1973 et 1974 avec les titres de champion des États-Unis en dirt track obtenus par Kenny Roberts sur Yamaha XS650.

Yamaha Virago flat track
Notez la présence des 2 Dell’Orto de 38 mm

Malgré des parrains de renom (les pilotes Mert Lawwill et Dick Mann ainsi que le préparateur C.R. Axtell), jamais la Virago 750 ne sera performante sur un ovale. Elle est certes toute aussi puissante que le racer de Milwaukee (environ 80 ch) mais la forme de son échappement fait qu’elle surchauffe. De plus, son vilebrequin tourne à l’envers ce qui le rend inconduisible sur ovales selon son pilote, Mike Kidd. Il abandonnera rapidement ce Titanic à deux roues pour piloter une XR 750 avec laquelle il remportera le titre 1981. CQFD !

Les informations à savoir pour réaliser une Yamaha Virago café racer

Yamaha Virago café racer
Une Yamaha Virago café racer qui ne verse pas dans le vintage !

Ce cruiser, qui ne suscite aucune passion chez les collectionneurs, se dégotte autour de 2 200 € sur Le Bon Coin pour une 1000 cm3 en état moyen.

La Yamaha Virago est une bonne base pour une prépa café racer du fait d’un bicylindre plutôt coupleux (a minima 65 Nm à 6000tr/mn pour le 750 cm3) et de sa légèreté. Délesté de ses attributs custom et civilisés (boucle arrière, boite à air, selle,etc.), passer sous les 200 Kg est une pure formalité !

Custom un jour, custom toujours !

Le modèle le plus performant, la Yamaha TR1, atteint péniblement 175 Km/h alors que les bicylindres européens contemporains (Ducati 900 SD Darmah ou d’une Moto Guzzi 850 Le Mans II, etc.) passent sans mal les 200 km/h.

La disponibilité des pièces est-elle bonne ?

Financièrement abordable et dotée d’un V-Twin, la Yamaha Virago réunit sans mal une large communauté d’amateurs à travers le monde. Les pièces d’origine ou adaptables ne manquent donc pas.

Quelques kits pour améliorer la partie-cycle

Comme toutes les motos des années 70-80, le freinage et les suspensions sont indigents. La taille de la jante avant (19 pouces) n’est plus au standard actuel et génère de l’inertie pour une préparation café racer.

  • Les Tés de fourche Cognito Moto ( dès 550 €) permettent le montage d’une fourche inversée avec le double étriers et la jante en 17 pouces.
  • Paire de jantes à rayons Kinéo (environ de 2500 €)
  • Moyeu avant Cognito (363 $) + jante Excel (290€ )
  • Kit Cognito permettant le montage d’un frein arrière à disque Brembo de Ducati Monster et jantes Excel 3,5 X17 à 36 rayons (1078 $)
  • Mono amortisseur réglable YSS, Ohlins ou Hagon (dès 299 €)
  • Boucle arrière (300 €)

Des pièces pour optimiser le V-Twin

  • Une paire de Mikuni VM36 (environ 500 €) ou un kit carburateur Mikuni TM40-6 à pipe d’admission BIP (Bike Intake Performance) facturé pour 325 €
  • Cornets K&N
  • Échappement Mad Performance de 45 mm de Ø en acier inoxydable (990 €)

Quelques tarifs pour les accessoires

  • Guidons bracelets Tarozzi (144 €)
  • Commandes reculées RAASK (329,95 €)
  • Poignées Biltwell (17,60€)
  • Clignotant Koso (63,90 l’unité)
  • Compteur multifonctions Motoscope MotoGadget (373€)