Yamaha XJR 1300 café racer

Yamaha XJR 1300 « buffalo » par Gas & Retro

Dernière mise à jour:

Cette Yamaha XJR 1300 est conçue par l’atelier slovène Gas & Retro dirigé par Žiga Petek. Malgré son jeune âge (31 ans), ce préparateur a déjà « de nombreuses heures de vol » en ayant préparé un large panel de motos allant d’un Shovelhead rigide à une Ducati 900 SS.

La Yamaha XJR 1300 : une bonne base pour un café racer ?

Yamaha XJR 1300
La Yamaha XJR1300 stock : guère glamour !

Cette moto sortie en 1995 est propulsée par un 4 cylindres on ne peut plus classique ( 4 soupapes par cylindre, 2 ACT et refroidissent par air) avec une cylindrée record de 1251 cm3.

Ce moteur à toute épreuve et très coupleux (98 Nm à 6500 tr/mn) est dérivé de celui de la Yamaha FJ 1000 de 1984. Ses 106 chevaux vous amènent en théorie à près de 260 km/h, mais l’absence de toute protection vous fera rendre la main bien avant.

Ajoutons à ce tableau flatteur que la XJR 1300 freine bien grâce à deux étriers à 4 pistons chipés à la Yamaha R1 et que son cadre tubulaire permet bien des audaces en termes de customisation.

Seul bémol, cette basique utilise des suspensions bas de gamme qui doivent composer avec un poids record de 220 Kg à sec ! A titre de comparaison, la Suzuki 1200 Bandit fait mieux (210 kg à sec) grâce à la technologie SACS.

Dans le cadre d’une préparation café racer, on privilégiera les moulins d’avant 2004 encore dotés d’une rampe de 4 carburateurs Mikuni en 36 mm.

Info pratique : N’hésitez-pas à consulter l’article « Top 10 des bases pour construire un café racer ».

La prépa’ de la Yamaha XJR 1300 « Buffalo »

Le « gros œuvre » sur ce café racer : la partie-cycle

Le 4 pattes d’Hamamatsu, plutôt mal loti à ce niveau, adopte une fourche inversée Showa qui nécessite de nouveaux tés de fourche et une modification de la colonne de direction. Elle est anodisée or afin de coller avec les nouveaux combinés Öhlins à bonbonnes séparées. Le té de fourche supérieur conserve des pontets pour monter un guidon large façon street tracker si un éventuel client souhaiter l’acquérir.

En puriste de la chose « café racer », Žiga Petek utilise sa « muscle bike » avec une paire de bracelets TRW sur lesquels sont boulonnés 2 maîtres cylindre Nissin actionnés par des leviers également de chez TRW.

Les jantes d’origine sont remplacées par des éléments de Kawasaki ZZR 1400 chaussés en Pirelli. Les étriers performants de série pincent désormais des disques augmentant l’accroche des plaquettes alors qu’à l’arrière nous trouvons un disque type « wave ».

L’énorme bâti arrière supportant une selle apte à transporter une famille de Thaïlandais a été allégrement tronçonné et remplacé par une boucle courte.

Une esthétique désormais vintage

Deux caches latéraux en aluminium se substituent aux éléments d’origine en ABS et dans la foulée, le bouclard Gas & Retro réalise un garde-boue avant doté d’écopes et une tête de fourche surmontée d’une bulle jaune dans l’esprit des phares Marchal. Un phare avant à LED Koso est enchâssé dans l’élément aérodynamique.

La selle recouverte de cuir et ornée de nombreuses surpiqûres peut accueillir deux personnes avec un confort dont peu de café racers peuvent s’enorgueillir.

L’éclairage arrière est confié à un jeu de feux Kellerman Atto que l’on retrouve aussi à l’avant et qui font office de clignotants.

Le réservoir de 22 litres de la Nipponne est recouvert d’un gris mat qui contraste avec des bandes noires et dorées vernies.

Un 4 cylindres presque stock

Du fait d’une protection limitée et d’une puissance « suffisante » comme l’on disait autrefois chez Rolls-Royce, la préparation de cette muscle bike se limite à la simple greffe d’un silencieux Sparks au bout du collecteur 4-2-1.

Source photos : Gas & Retro