Le Perfecto est le tout premier vêtement dédié à la pratique de la moto. On pourrait retenir de cet équipement ses extraordinaires qualités techniques et l’ingéniosité d’Irvin Schott. Mais le perf’ est bien plus que cela : Il est le symbole des rebelles et autres rockers et cela fait 91 ans que cela dure !

1913 : Des Débuts modestes

Schott NYCEn 1913, Irving et Jack Schott, fils d’immigrés russes, fondent dans le quartier du Lower East Side à New York : Schott N.Y.C.

Les deux frères, dans cette Amérique à la pointe de l’innovation, veulent révolutionner les vêtements techniques. Ils débutent en conçevant des imperméables dans le sous-sol de leur immeuble qu’ils vendent de porte en porte.

1920 : Cuir et Zip

Durant la première guerre mondiale, les fermiers américains devaient fournir au gouvernement des peaux de chevaux en grande quantité pour équiper la troupe. La paix revenue, des stocks très importants de peaux tannées restent inutilisés. Les frères Schott y voient une opportunité et se spécialisent dans les vestes pour les motocyclistes. Jusque là, les motards utilisaient des vestes d’aviateur ou des trench coat en cuir à boutons d’origine militaire.

Schott NYC atelier de New York

L’atelier de New York dans les années 20 avec la pub sur le bus pour la firme Schott

Le succès aidant, ils déménagent leur atelier de New York pour une structure plus grande dans le New Jersey.

Irvin Scott entretient d’excellentes relations avec Talon Compagny également basée dans le New Jersey. Cette société restera le leader mondial de fermeture éclair ou Zip jusque dans les années 80. Les frères Schott sont les premiers à introduire, dans l’univers de la peausserie, ce nouveau moyen de fermer un vêtement mis au point par Gideon Sundback en 1906. Jusque là, seul les jeans Lee utilise la fermeture éclair.

1928 : La naissance du Perfecto

Le concessionnaire Harley-Davidson de Long Island passe commande d’un blouson de cuir aux frères Schott. Selon la légende, Irvin Schott, cigare au bec, aurait dessiné et taillé le Perfecto dans un épais cuir de cheval.

cigare perfecto

Le cigare qui donna le nom au plus célèbre blouson de l’histoire.

Il donne à ce blouson tout naturellement le nom de sa marque de cigares préférée, la même que celle de Groucho Marx ou Winston Churchill : Perfecto. Il sera vendu pour la somme de 5,5 dollars soit une petite fortune pour l’époque.

La définition du Perfecto :

Le Perfecto est un blouson très bien pensé :

  • Sa fermeture éclair Talon est positionnée de façon asymétrique. Elle ménage un large rabat croisé qui double l’épaisseur au niveau du torse isolant le motard des frimas.
  • Son col ne se rabat pas avec la vitesse grâce aux deux boutons-pression sur le col.
  • Une large ceinture fixée dans le dos permet de le serrer à la taille et stoppe les remontées d’air vers les reins.
  • Des Zip aux poignées arrêtent l’air et l’empêche de se gonfler.
  • On peut le mettre ou l’enlever en un éclair.

Irvin Schott a donc créé un extraordinaire vêtement technique pour les motards les protégeant aussi bien des agressions usuelles (froid et vent) qu’exceptionnelles (chute) grâce à la solidité du cuir de cheval.

Dans les années 30 sans, Clark Gable l’enfile pour rouler sur son Ariel Square Four ou sur son Harley-Davidson Knucklehead.

Ce produit très bien conçu donnera naissance à de très nombreuses copies. Nous pouvons citer Buco (modèle J-22, 1933), Langlitz leather (1947) et bien sûr par Harley-Davidson et Indian.

1940 : L’uniforme des premiers bikers

Durant la guerre, Schott NYC participera à l’effort de guerre en fabricant le blouson dit bomber B-3 pour l’US Army et un caban en laine pour l’US Navy.

A la fin des années 40, Schott propose le modèle 613 « One Star ». Son originalité vient de la présence sur chaque épaulette d’une étoile et qu’ il ne reçoit pas de boutons-pression au niveau du col.

Hollister 1947 biker perfecto

La fiesta d’Hollister le 4 juillet 1947 : Le perf’ est bien de la partie !

Le début des années 50 voit l’apparition du 618. Il diffère du 613 uniquement par la présence de boutons logotés alors que les étoiles ont disparu. C’est ce dernier que porte Marlon Brando comme l’atteste la présence des boutons pressions sur le col. Ce dernier est customisé pour les besoins du film puisque l’action se déroule à Hollister en 1947.

Les revendeurs Schott rapporteront avoir été victimes de la fauche des étoiles dérobées sur les 613 pour les apposer sur un 618 afin d’avoir le look exact des membres des premiers Moto Club outlaw.

1950 : Naissance d’une légende

En 1953, le Perfecto crève l’écran dans le film L’Equipée Sauvage  (The Wild One) porté par Marlon Brando qui incarne Johnny Strabler. Le chef des Black Rebel Motorcycle Club au guidon de sa Triumph Thunderbird devient une icône pour toute une génération. Le prix du Perfecto est alors de 55 $.

Le blouson noir incarne désormais la rebellion envers les institutions en place. James Dean et Elvis Presley le portent à la ville. Le Perfecto sera banni des écoles américaines et anglaises durant plusieurs décennies.

1950-1960 : L’attribut de la scène café racer

En Grande-Bretagne, suite L’Equipée Sauvage et à la naissance du rock n’roll, une partie de la jeunesse britannique fonde ce que d’aucuns appellent les rockers roulant en café racer.

rocker perfecto

En Grande Bretagne, « L’Équipée Sauvage » sera interdit jusqu’en 1967 ! Il aura pourtant une grande influence auprès de la scène café racer.

Les copies du Perfecto anglais abondent au sein des Ton-Up Boys. On peut citer Lewis Leathers (fondée en 1892) qui confectionnera des modèles en couleur ou Aviatkit (ou Aviator Kit).

En France, les règlements de compte entre bandes de loubards, principalement dans la banlieue parisienne, envahissent journaux et radios. Les médias donneront à ces voyous le nom de :« Blouson noir ».

1966-1976

Durant les années flower power puis disco, le Perfecto sera mise entre parenthèses au profit des veste à franges puis des lamés…

1976 : Sa renaissance avec les punk

Le mouvement punk va donner une seconde jeunesse au blouson noir.

sex pistols punk perfecto schott

Sid Vicious (membre des « Sex Pistols ») paisible. Il fallait bien immortaliser ce rare moment !

En 1976, aux USA les Ramones éructent avec un 613 sur le dos. Toujours la même année, les Sex Pistols ou les Clash au Royaume-Uni font également du Perfecto leur uniforme.

Sid Vicious insulte copieusement la reine revêtu de la dernière création de la marque du New Jersey : Le 118 qui abandonne le cuir de cheval contre celui de vachette plus souple mais moins adapté à la moto.

1980 -1990 : A toutes les sauces

Arnold Schwarzeneger perfecto schott & fat boy

Un cyborg T800 ne peut que porter l’inoxydable perf’ sur la plus badass des Harley des années 90 : le Fat Boy !

Les différentes déclinaisons du perf’ seront absolument partout. Michael Jackson porte un modèle rouge dans son clip « Thriller » et Madonna prend la pose vêtue de l’iconique blouson de motard. Au cinéma, Arnold Schwarzeneger chevauche un Fat Boy en Perfecto dans « Terminator II » (1991) .

1990 à nos Jours : Les décénnies luxe

helena cristensen biker

Le top-modèles Helena Cristensen prend la « Brando Pose » pour Peter Lindbergh

La même année, le photographe de mode Peter Lindbergh fait entrer le Perfecto dans l’univers du luxe.

Pour le compte du magazine Vogue, il convoque les plus grands top-modèles de l’époque pour une série de clichés baptisée « Wild At Heart » où il les met en scène Perfecto sur les épaules.

Désormais, les maisons de haute couture comme Jean-Paul Gaultier ou Yves Saint Laurent s’emparent de cet équipement pour motard pour en faire une pièce des dressings des fashionistas de la planète.

 

 

luctus commodo felis Sed dictum libero. dolor. Praesent venenatis, venenatis amet,