café racer Triton

Le roi des café racers : le Triton

Un Triton est un engin à nul autre pareil qui symbolise « l’esprit café racer ». Cette moto est le fruit de quelques Harry Potter de la clé de ½ pouce cherchant à faire le tour de Poudlard plus vite que leurs condisciples.

Cette étrange engin n’est le fruit d’aucune planche à dessin et n’a connu aucune chaîne d’assemblage. Comme le chopper, il n’existe donc pas deux Triton similaires et grâce à un tissu d’artisans, il est encore possible d’en construire un en 2022 !

Une moto qui fera date

Cet hybride réunit a minima un bicylindre de Triumph (le « Tri ») et un cadre Norton Featherbed (le « ton »). Elle répond à un besoin : une sportive abordable qui tient le pavé.

Il faudra attendre la Moto Guzzi V7 Sport de 1971) pour enfin avoir une moto de série qui associe un bon cadre et un bon moteur.

Les lignes de ces motos nées après-guerre nourrissent la scène café racer moderne tant au niveau des prépa que des néo-vintage (Royal Enfield Continental GT, Triumph Truxton RS, etc.).

La Triton : aux origines était la Norton Manx

Norton Manx 500 cm3
Norton Manx 500 cm3

Dès 1946, un championnat de Formule 3 utilisant des monocylindres de 500 cm³ est fondé au Royaume-Unis. Il verra défiler des champions en devenir comme Jack Brabham ou Stirling Moss. Ces courses devenant de plus en plus âpres, les pilotes les plus argentés troquent le monocylindre JAP de speedway pour celui de la Manx.

Norton ne voulant pas vendre que le moteur à double arbres à cames en tête, de nombreuses partie-cycle neuves se retrouvent à la rubrique « petites annonces ». Elles feront la joie de quelques riders qui ont plié le cadre de leur Triumph T100 suite à un virage pris d’une façon par trop optimiste…Le Triton est né !

La cadre Featherbed (1952-1963) 

Imaginé par l’irlandais Rex McCandless, le cadre « Featherbed », littéralement « lit de plume », est une révolution en matière de partie-cycle. Il réussit la gageure d’être léger et rigide. Il équipe dès 1950 le racer Manx puis les Norton routières en 1952. Consécration ultime, le cadre des BMW Série 5 (1969) et suivantes reprennent les épures imaginées par l’Irlandais.

Le cadre Featherbed sera décliné en deux versions (Wideline puis Slimline) et se caractérise par :

  • Double berceaux formés de 2 boucles entretoisées formant un rectangle dont les extrémités des tubes sont soudées au niveau de la colonne de direction.
  • Tubes minces dans le meilleur acier de l’époque (Reynolds 531) sans gousset pour la Manx. Norton utilise un acier moins coûteux pour les routières.
  • Fourche hydraulique Roadholder.
  • Suspension arrière avec bras oscillant à double amortisseurs.
  • Frein avant : Tambour 4 cames de 200 mm
  • Frein arrière : tambour simple came 180 mm
  • Roues avant & arrière : 18 pouces

Après l’arrêt de sa production en 1963, quelques artisans anglais comme Dave Degens (Dresda) ou Dunstall continueront à le fabriquer. De leur côté, les frères Rickman élaboreront le cadre Metisse.

Pourquoi le choix du bicylindre Triumph ?

Triumph T120 1959
Triumph T120 1959

Bien qu’il existe d’autres café racer hybrides, Norvin (V-Twin Vincent et cadre Norton) ou Tribsa (partie cycle de BSA et Twin Triumph), la Triton est la configuration la plus courante.

Le Twin conçu par Edward Turner en 1938 ne s’avère pas plus puissant qu’une Norton 650 SS ou une BSA  650 Lightning. Par contre, il vibre peu et possède une bonne fiabilité qui lui permet de supporter une préparation. 

Spécificités techniques du Twin de la Triumph T120 Bonneville (1958)

Triumph T120 twin
  • Bicylindre parallèle de 649,31 cm3
  • Distribution : soupapes culbutées
  • 2 carburateurs Amal Monobloc
  • Boîte séparée à 4 rapports (pre-unit)
  • Alésage x Course (en mm) : 71 x 82
  • Distribution :  2 soupapes par cylindre culbutées
  • Sa puissance : 46 chevaux à 6 500 tr/mn
  • Poids à sec : 179 kg
  • Vitesses : 185 km/h

La version la plus « aristocratique » pour les amateurs de Triton

moto Triton années 50
Un Triton très « roots »

Elle s’articule autour d’un Twin Triumph pre-unit (moteur à boîte séparée avant 1962) placé dans un cadre Featherbed Wideline sur lequel est greffé une fourche Roadholder.

La réalisation d’un café racer Triton : un art compliqué

1970 500cc Triton cafe racer
cafe racer Triton 1970 500 cm3 ayant appartenu à Richard Hammond (présentateur de l’émission Top Gear)

Elles vont du « soft » à du déraisonnable rendant le bicylindre pointu avec des vibrations (Twin longue course calé à 360°) exerçant un travail de sape jusqu’au niveau du cadre.

Bien que l’ensemble des éléments constitutifs d’une Triton se dégotte en ligne, son assemblage demande une bonne dose d’expertise pour associer des pièces disparates. Ainsi, le simple choix des platines de fixation moteur affecte la tenue de route car plus il est monté bas, meilleure sera la maniabilité.

Faut-il achetez un Triton d’occasion ou en faire construire un ?

Philosophiquement, un Triton est une « moto à la carte » répondant aux attentes de son propriétaire qui place le curseur entre performance, agrément et fiabilité.

En France, quelques enseignes spécialisées dans la restauration d’anglaises sauront vous accompagner pour réaliser une machine adaptée à vos besoins (route, piste ou mixte). Vous pouvez contacter le Triton Club de France qui vous donnera de bons tuyaux.

L’achat d’un Triton d’occasion en Angleterre (à partir de 10 000 €) s’avère risqué. Sous de beaux atouts, qu’en est-il de la qualité de montage, de son homogénéité ou de l’état d’usure ?

« 50 nuances de café racer Triton »

Certains font le choix d’un Triton utilisable pour les sorties dominicales (allumage électronique, freins à disques, boîte 5, etc.). D’autres coursifient à l’extrême l’iconique café racer pour des journées circuit vintage mais …endiablées !

Nous pouvons citer « quelques » pièces :

  • Carénage Avon
  • Réservoir en aluminium type Manx ou Inter
  • Kit 750 cm³ voire plus mais est-ce raisonnable ?
  • kit culasse à 4 soupapes Nourish
  • Culasses rectifiées
  • arbres à cames pointues
  • pistons haute compression
  • double carburateurs
  • Transmission duplex du primaire remplacée par une courroie
  • Guidons bracelet
  • Commandes reculées
  • Selle avec dosseret
  • Jantes Akron ou Borrani
  • Freins à tambour Grimeca 4 cames ou disques
  • Magneto Lucas
  • Ligne d’échappement

Share via