Dès les origines de la moto, les records de vitesse ont donné lieu à des racers spécialement préparés pour cette quête.

Au temps des pionniers et en l’absence de championnats structurés, les motos les plus rapides au Monde sont également une carte de visite du savoir-faire d’un inventeur, d’un constructeur  ou d’un bricoleur de génie. Au début des sports mécaniques, ce sont les seuls événements qui ont une portée réellement internationale.

Les chasseurs de vitesse comme Curtiss, Anzani ou Henne ont un statut particulier car ils ont transcendés le sport motocycliste.

Glenn Curtiss et Alessandro Anzani sont également des pionniers de l’aéronautique alors que Ernst Jakob Henne est l’un des plus grands athlètes allemands de l’entre-deux-guerres. De l’autre coté du Rhin, on le compare au boxeur Max Schmeling ; rien que çà !

Chronologie des records de vitesse en moto :

1903 Curtiss/Hercules – 102,99 km/h

glenn curtiss 1903 hercules v2

A Yonkers (Etats de New York), Glenn Curtiss au guidon de son Hercules propulsée par un V-Twin de 1000 cc établit le tout premier record de vitesse (non homologué) d’un deux-roues motorisé à 102,99 km/h.

Ce même bicylindres, grâce à sa puissance (4 puis 6 chevaux), sa légèreté mais surtout son extrême robustesse équipe la même année le tout premier dirigeable américain.

1905  Henri Cissac/ peugeot – 138,4 km/h

Le français Henri Cissac amène sa Peugeot V-Twin de 1,5 litres de cylindrée (sic) et délivrant 14 ch. à la vitesse de 138,4 km/h sur la plage de Blackpool à Brighton. Notons qu’une Norton avec le même V-Twin Peugeot remporte la première édition du Tourist Trophy en 1907.

1907 Glenn Curtiss/ Hercules – 219,35 km/h

record de vitesse moto curtiss v8

En janvier 1907, Glenn Curtiss amène en Floride la toute première moto exclusivement dédiée au record de vitesse. Sa partie-cycle est construite autour d’un V8 de dirigeable fort de 40 ch.

Ce prototype déboule à 219,35 km/h sur la plage d’Ormond Beach au Nord de Daytona. Ce record ne sera battu qu’en 1930 !

Il ne sera pas homologué car le cardan du frêle deux-roues explose et bloque la roue à 210 Km/h empêchant une seconde passe .

Sous les conseils de Graham Bell, il met son immense talent au service d’un moyen de locomotion balbutiant : L’aviation. Dès l’été 1909, il remporte la première édition de la coupe Gordon Bennett à Reims. Cette compétition peut être assimilée à un championnat du monde de l’aéronautique. Le pilote américain sur son Curtiss-Herring à moteur V8 de 60 ch. bat un certain Louis Blériot !

1911 Jacob «Jake» De Rosier – 143,04 km/h

jack de rosier indian moto

L’américano-québecois  est le premier pilote à traverser l’Atlantique. Son Indian V-Twin fait parler la poudre sur le premier circuit dédié aux sports mécaniques de Brooklands  (construit en 1907).

1920 Eugene Walker/ Indian Powerplus – 186,34 km/h

gene walker indian powerplus eight valves

Gene Walker établit en avril 1920 le premier record de vitesse homologué par la FIA (Fédération internationale de l’automobile) toujours sur la plage Ormond Beach. Il est crédité d’une vitesse moyenne de 167,56 km/h sur un parcours aller-retour avec une pointe à 186,34 km/h. Sa moto est une Indian Powerplus animée par un V-Twin de 1000 cc à 8 soupapes directement issue du monde du boardtrack.

1921 Le « Ton » franchi en course

Otto  Walker, sur Harley-Davidson, est le premier pilote à remporter une course à la moyenne de plus de 100 mph ( se dit également « ton » en anglais) soit 160 km/h.

1923 Claude Temple/ British Anzani – 174,580 km/h

british anzani brooklands 1923

Le franco-italien Alessandro Anzani est un fin motoriste.Il a conçu notamment le moteur du Blériot XI et des moteurs en étoile pour les avions anglais Caudron pendant la guerre.

Il conçoit un V-Twin calé à 57°  de 996 cc. Ce moteur est novateur avec une distribution à double arbres à cames en tête actionnant 8 soupapes. Sa filiale britannique « British Anzany» se chargera de construire un cadre double berceaux équipé d’une fourche similaire aux Harley-Davidson du Wreckling Crew.

Avec un tel bagage technologique, elle n’a aucun mal à atteindre cette vitesse sur l’autodrome de Brooklands (au Sud de Londres) le 6 novembre 1923.

1926 Claude Temple / OEC-Temple – 195,33 km/h

record de vitesse moto france arpajon

la ligne droite d’Arpajon : le « Bonnville français » entre 1920 et 1930

La longue ligne droite ménagée sur la Route Nationale 20 à la hauteur d’Arpajon (à proximité du circuit de Monthéry- dans la banlieue Sud de Paris ) devient le terrain de jeu des gentlemen riders britanniques durant les années 1920.

Les différents constructeurs de gros cubes anglais que ce soit Zenith, OEC (Osborn Engineering Compagny) ou Brough Superior utilisent le même V-Twin 1000 cc culbuté conçu par JAP. La crise de 1929 aura raison de la plupart de ces marques.

1929 Ernst Jakob Henne / BMW WR750 – 216,75 km/h

ernst henne 1931 record de vitesse bmw

Ernst Jakob Henne en 1931

Ernst Jakob Henne devient l’homme le plus rapide du monde sur deux-roues en atteignant 216,75 km/h au guidon de sa BMW WR 750 culbutée.

C’est le premier record réalisé avec une motorisation utilisant un compresseur (de marque Zoller).

C’est également la stupeur dans le clan anglais car la firme bavaroise ne conçoit des motos que depuis seulement six ans !

La recette de ce succès et de ceux à venir : La firme à l’hélice et son pilote star, Ernst Jakob Henne, ont une approche scientifique dans la conception d’une moto conçue pour les très hautes vitesses.

Ils maitrisent de mieux en mieux la technologie des compresseurs et font en parallèle des travaux très poussés en soufflerie afin améliorer l’aérodynamique de la moto mais aussi du pilote. Ainsi, Ernst Jakob Henne porte un casque en tout point identique à celui d’un actuel skieur de kilomètre lancé.

Les résultats sont au rendez-vous. Pas moins de 7 records de vitesse absolus tomberont entre 1929 et 1937.

1930  Joseph S. Wright / Zenith – 242,59 km/h

Joe wright Zenith jap moto de record

La Zenith-Temple-JAP à Cork ( Irlande) en 1930 [Archive du musée d’Hockenheim]

Le 31 aout 1930, Joseph S. Wright ravit le record de vitesse absolu de Glen Curtiss en atteignant 242,59 km/h à Cork (Irlande) sur une Zenith à moteur JAP boostée par un compresseur Powerplus.

1937  Joe petrali/ Harley-Davidson Knucklehead – 219,16 km/h

En mars 1937 à Daytona, Smokey Joe Petrali établit un record de vitesse d’un mille à 219,16 km/h sur une Harley-Davidson dérivée de sa nouvelle moto routière haut de gamme : Le Knucklehead 61ci.

1937 Ernst Jakob Henne / BMW 500 compressor – 279,51 km/h

ernst henne 1937 cigare bmw streamliner

Enst Jakob Henne en 1937

Le 29 novembre 1937, Ernst Jakob Henne réalise sur l’autobhan A3 reliant Frankfort à Munich un aller-retour sur sa BMW 500 cc à double arbres à cames en tête et compressée à la vitesse moyenne de 279,51 km/h.

Il s’agit du premier record de vitesse réalisé avec une moto entièrement carénée que l’on nomme streamliner ou cigare.

1948 Rollie Free/ Vincent Black Lightning – 241,905 km/h

rollie free 1948 Bonneville Vincent black lightning

Le baroud d’honneur d’une moto classique

Rollie Free amène une Vincent-HRD Black Lightning (construite à 32 exemplaires ) quasiment de série à 241,905 km/h sur le lac salée de Bonneville (Utah). Il avait réalisé un premier essaie à 237 km/h mais sa combinaison mal ajustée générait des trainées aérodynamiques. Il décide alors de faire une tentative en tenue de bain avec des sneakers aux pieds. La photo est rentrée dans l’imaginaire collectif des motards.

1951 Wilhelm Herz/NSU Dephin I – 290,322 km/h

Wilhelm Herz atteint 290,322 km/h sur l’autobhan Munich-Ingolstadt au guidon de son streamliner NSU Delphin I équipé d’un bicylindres de 500 cc à compresseur. Le constructeur allemand, chassé des Grand prix suite à l’interdiction des compresseurs, trouve dans les records de vitesse le moyen pour faire briller ses couleurs et ceci d’autant plus qu’il sera aidé par le réputé Institut d’Aérodynamique de Stuttgart.

C’est également le début d’une rivalité entre deux constructeurs : L’allemand NSU et l’anglais Triumph.

1955 Russell Wright/Vincent Black Lightning – 297,640 km/h

Russell Wright est chronométré sur sa Vincent streamliner à 297,640 km/h à proximité de Christchurch (Nouvelle-Zélande). L’année 1955 marque l’arrêt définitif de ces formidables motos qui étaient aussi performantes qu’une Kawasaki Z1 sortie en 1972 !

Dès 1959, le constructeur anglais propose la moto la plus emblématique de son histoire : La T-120 Bonneville.

1956  Wilhelm Herz/ NSU Delphin III – 338,992 km/h

cigare NSU passe les 300 km/h à Bonneville

Le 4 aout 1956, le Streamliner à moteur NSU compressé Delphin III est chronométré sur la croute de sel du lac de Bonneville à 338,992 km/h.

Son pilote, Wilhelm Herz, sur ce cigare long de 3,7 mètres pour une hauteur de 1,1 mètre passe ce jour là deux barrières magiques : Les 300 km/h et également les 200 mph (ou 320 k/m).

1956 Johnny Allen/Triumph Thunderbird T110 – 345,204 km/h

record de vitesse moto texas ceegar

Un pan de l’histoire de Triumph. Le résultat de Johnny Allen est remarquable car il est réalisé sans l’appoint d’un dispositif de suralimentation. Hors, Bonneville se trouve à une altitude de 1280 m ce provoque une baisse du rendement  moteur de 13% par rapport au niveau de la mer.

Le Texas Cee-Gar piloté par Johnny Allen est propulsé par le bicylindres vertical de la Triumph Thuderbird. Cette machine de record démontre la qualité du Twin de 650 cc car sa préparation est plutôt rudimentaire. Il n’est pas suralimenté et ne fait pas appel à du protoxyde d’azote (NOS).  Il est simplement gavé par une paire de carburateurs Amal GP distillant un mélange de nitrométhane et de méthanol qui lui permet d’afficher une puissance comprise entre 80 et 100 chevaux.

Désormais et jusque à la fin des 60’s, les Triumph seront les motos les plus rapides au monde. Tous les records à venir auront lieu durant la Speed Week de Bonneville qui se déroule fin août.

Dès 1959, Meriden propose la moto la plus emblématique de son histoire : La Triumph T-120 Bonneville.

1962 Bill Johnson/Triumph streamliner – 361,458 km/h

Bien que le record de Johnny Allen soit le premier et le plus connu enregistré par la firme de Meriden, il est battu en septembre 1962, toujours à Bonneville, par un lakester construit par un mécanicien aéronautique : Joe Dudek. Ce cigare, beaucoup plus aérodynamique que celui piloté par Allen, s’inspire de l’avion-fusée X-15. Il est animé par un moteur de T-120 Bonneville préparé cubant 667 cc et utilise également le carburant des dragster. Ce record sera reconnnu par l’AMA et la FIM.

1966 Bob Leppan/Triumph ‘Gyronaut X-1’ – 350,231 km/h

triumph TR6 Bonneville Gyronaut X1

Gyronaut X1 : Le début de la démesure

Le Gyronaut X-1 de Bob Leppan marque la fin d’une époque. Ce streamliner  est équipé de deux bicylindres verticaux de Triumph TR6. Le budget du Gyronaut X-1 avoisine la somme inouïe de 100 000 dollars de l’époque. L’amateurisme ou le coté bricoleur de génie de beaucoup de ces records disparaît au profil de grosses liasses de billets…

Nous sommes désormais plus prêt d’une fusée à deux roues qui ne doit pas décoller que d’une moto !

1967 Burt Munro/ Indian Scout 1920 – 296,119 km/h

burt munro indian bonneville 1967

Burt Munro : Le poète-bricoleur

Le néo-zélandais Burt Munro amène son Indian Scout à 296,119 km/h sur le lac salée de Bonneville (Utah). Le sexagénaire de 68 ans réalise cet exploit au guidon d’un cigare propulsé par un V-Twin d’Indian Scout qu’il prépare depuis 1921 ! Ce record de vitesse établi avec une Indian de moins de 1000 cc n’a toujours pas été surpassé.

1970 Calvin Rayborn / Sportster – 427,267 km/h

cal rayborn streamliner bonneville sportster

Streamliner Harley-Davidson : Enfin maître chez soit

Le pilote californien et héros de « On Any Sunday », réalise toujours à Bonneville l’unique record de vitesse absolu détenu par la Motor Compagny. Ce cigare long de 3 mètres et d’un diamètre de 53 cm est mu par un moteur de Sportster gavé à un mélange à 70% de méthanol. Le record de Rayborn ne sera battu qu’en 1975 par Don Vesco et son streamliner « Silver Bird ».

De nos jours

Le record de Cal Rayborn marque également la fin d’une époque. La mondialisation des Grand Prix moto à cette date fera baisser l’appétence du public et des motards pour les records. Désormais, ils demandent des budgets énormes comme cela avait déjà été le cas pour le Gyronaut X-1.

triumph bonneville lakester

Une partie de l’ADN Triumph est né sur la croute de sel de Bonneville (Utah)

Néanmoins en 2016 et pour fêter le soixantième anniversaire du record de Johnny Allen, Triumph Motorcycles réouvre le grand livre d’histoire des records de vitesse en moto avec un cigare propulsé par le tricylindres de la Rocket III.

La légende bien vivante des courses sur route, Guy Martin, était aux manettes du lakester de 1000 chevaux. Il a battu le record de vitesse d’une Triumph à 441,18 km/h sur le Lac Salé de Bonneville.

Le résultat du team britannique reste en deçà du record absolu détenu par Rocky Robinson à 605,697 km/h réalisé en 2010.

Les motos électriques pourraient donner un second souffle et une nouvelle médiatisation au record de vitesse.

Ainsi, le constructeur automobile monégasque Venturi, propriétaire du nom «Voxan» et spécialiste des véhicules électriques,  tentera de battre un record avec Max Biaggi en 2020.

id commodo adipiscing Curabitur eleifend amet, nunc Nullam dictum