Inimaginable d’avoir un site internet parlant de « Belles Machines », sans évoquer à un moment ou un autre « LE » cliché le plus célèbre illustrant la pratique de la moto. De plus, cette photo a été réalisée, il y a 70 ans.

Il s’agit de la photographie montrant Rollie Free fonçant au guidon d’une Vincent à plus de 150 mph soit 242 km/h sur le Lac Salé de Bonneville en septembre 1948.

L’élément marquant de cette photo, n’est pas la vitesse atteinte, ni la position « en planche », mais dans l’accoutrement très balnéaire du pilote américain battant ce record de vitesse.

Rollie Free, afin de grappiller quelques fractions de miles, ne porte comme vêtements qu’un maillot et un bonnet de bain (sic ! ) accompagnés par une paire de tennis et de lunettes. Il aurait emprunté cette idée au célèbre pilote Ed Kretz vainqueur notamment de l’édition 1937 des 200 miles de Daytona.

Ce qui fait que cette photo reste toujours d’actualité et certainement à tout jamais, c’est qu’elle représente bien notre passion. Tout motard, aussi prudent et capé soit-il , reste une « pauvre chose » en équilibre tutoyant la mort.

rollie free vicent bonneville 1948

Rollie Free travaille sur la Black Shadow avant de rentrer dans la légende des sports mécaniques.

Une telle photographie serait de nos jours impubliable car n’en doutons pas la « police du correctement pensée et vivre » qui règne dans cette seconde décennie du XXI siècle mettrait au pilori « cet énergumène », « cet inconscient qui est un triste exemple pour les jeunes générations », etc., etc.

Ce cliché, ne l’oublions pas tout de même, a été pris dans un contexte particulier. En effet, la seconde guerre mondiale, qui s’est terminée deux ans plus tôt, a fait près de 60 millions de morts. Donc, la mort et le risque n’ont pas la même « valeur » que dans notre XXI siècle ultra-aseptisé.

L’objectif de Rollie Free est de ravir le vieux record établi par Smokey Joe Petrali en 1937 à la vitesse de 219 km/h sur une Harley-Davidson Knucklehead carénée.

L’histoire de cette photographie

L’épopée de ce record de vitesse prend forme lorsque Philip Vincent, le propriétaire de Vincent HRD, fait une tournée de ses concessions américaines afin de promouvoir la toute nouvelle Black Shadow ; la moto de route la plus rapide de son temps.

La concession Vincent de Los Angeles, Mickey Martin’s Burbank shop, présente Phil Vincent à John Edgar, un richissime amateur de motos sportives.

Phil Vincent explique à Edgar que la Black Lightning, a le potentiel pour battre le record de Smokey Joe Petrali.

En effet, une Black Shadow de série, donc avec des phares et un jeu de silencieux, atteint déjà 125 MPH soit 201 km/h.

Edgar est séduit par le challenge et l’opportunité de posséder la moto la plus rapide des Etats-Unis. De son coté, Phil Vincent imagine le retentissement médiatique d’un record de vitesse qui marquerait les esprits et générerait par conséquent de nombreuses ventes.

La Machine

vincent black shadow rolly freeLa Black Shadow de John Edgar reçoit une préparation somme toute très classique effectuée par l’ingénieur en chef  : Phillip Irving.

Le bicylindre est alimenté par une paire de carburateur Amal 10 TT de 32 mm de diamètre. L’échappement est désormais libre. Les conduits d’admission et d’échappement sont majorés et polis. Un jeu de pistons fait grimper le taux de compression. Au niveau du bas moteur, vilebrequin et bielles sont allégés et équilibrés. La distribution reçoit des arbres baptisés « Racing MKII » dont les levées sont accrues.

rollie free vincent moto record vitesseLa machine est testée par le pilote maison John Brown à 143 MPH sur une ancienne base de la RAF mais la piste s’avère trop courte. La Vincent est mise en caisse. Direction les USA.

rollie free

Publicité pour les pneus Firestone utilisant 2 records de vitesse établis par Rollie Free en Class C (moto de série) à Daytona Beach. (credit: thevintagent.com)

Edgar, qui n’est pas pilote, confie sa moto à Rollie Free. Ce dernier n’est plus un pilote très jeune (il est né en 1900 et a donc 48 ans lors de ce record) mais il est par contre très expérimenté avec notamment plusieurs records de vitesse à son palmarès. Ainsi, en mars 1938, il est chronométré à 109 MPH (176 km/h) à Daytona Beach sur une Indian Chief et à 111,55 MPH (179,55 km/h) sur une Indian Scout.

Rollie Free ôte simplement la selle lors de ce record afin qu’il puisse se mettre « en planche ». Le pilote est connu pour maitriser parfaitement cette position certes peu orthodoxe mais qui permet de réduire au maximum la trainée aérodynamique tout en augmentant l’adhérence.

Le record

Record de vitesse motoRevenons à ce 13 septembre 1948 à Bonneville (Utah).

Free est chronométré lors d’une première tentative à 148,6 MPH mais il veut être le premier pilote moto à passer la barre « magique » des 150 MPH au guidon d’une moto non carénée et non compressée. Pour grappiller les quelques miles per hour manquants, il a l’intuition que sa combinaison le freine. Il ôte son cuir et se met dans « la petite tenue » que l’on connait et qui le fait rentrer dans la légende des sports mécaniques. Le pari est gagnant !

Rollie Free est chronométré à la moyenne de 150,313 MPH. Le photographe de Life Magazine Peter Stackpole immortalise l’exploit.

rollie free land speed record motorcycleLa Black Shadow de record retournera à l’état de «gentille » moto de route.

Vincent communiquera largement à propos de ce record en annonçant que :

« la Black Shadow est la moto de série la plus rapide au monde. Ce n’est pas un slogan. C’est un fait. »

Vincent construira 30 Black Lightning entre 1949 et 1952 qui reprennent les améliorations apportées à la Black Shadow de John Edgar. Faut-il vous dire que ces Vincent sont les plus rares et donc les plus chères motos au monde.

En 1952, Rollie Free atteindra sur une Vincent HRD Black Lightning 160,78 MPH (257 km/h) avec une combinaison. Cette dernière lui fera avoir un coup de chaud !

En 1955, le constructeur de Stevenage ferme définitivement ses portes.

 

Commentaires Facebook