«La petite histoire retiendra que le Sportster Cafe Racer a été conçu hors des murs des bureaux d’études de Milwaukee.

Personne, hormis Charlie Thompson et John Davidson (alors président de Harley-Davidson), ne connaît l’existence du projet XLCR («XL» désignation de tous les Sportster et «CR» pour « Cafe Racer »).

La réalisation de cette sportive Made In USA est digne d’un « Black Project » (les programmes ultra secret du Pentagone) se déroulant sur la base 51 !

Trois hommes, Willie G. Davidson (petit-fils d’un des co-fondateur de la marque et futur directeur du département design), son assistant, Lou Netz et Jim Aubert, venant du département course avec un énorme bagage technique, travaillent sur ce qui n’est qu’un pur exercice de style.

Le Sportster Café Racer est entièrement réalisé dans l’atelier du père de Jim Aubert. On ne compte pas ses heures: L’atelier fonctionnera même les week-end durant l’été 1976 !

Le prototype est enfin prêt : Willie G. organise pour le directoire de la Motor Compagny une présentation sur un ovale de flat track ; un lieu bien en adéquation avec l’esprit de cette sportive.

Son frère John Davidson, PDG de la motor Compagnye, apprécie ce café racer « à l’américaine » qui tranche avec les customs dont est coutumier le constructeur. Cette sportive pourrait bien relancer la marque face à la déferlante nipponne qui sévit depuis la commercialisation de la Honda CB 750.

Le design de la XLCR est inspiré par celui de la XR 750

Pour réaliser ce café racer, Willie G. s’est grandement inspiré du racer maison : la XR 750. Le réservoir de 15 litres élargie reprend les lignes de celui de la machine de dirt track dessiné par Dean Wixon. La courte selle se poursuit par un garde-boue tronqué ( bien plus réussi que le « bobtail » de la Super Glide 1971 ) en fibre également inspiré par la moto de dirt track.

Suite au satisfecit de John Davidson,  La XLCR est présentée lors de la Bike Week de Daytona 1977 pour tâter le pouls de la presse. Les retours de la presse sur le café racer américain sont enthousiastes. La production peut donc démarrer….

Le XLCR : La Harley noire

Cette moto sera exclusivement proposée dans une livrée noire très « bad boy ou canaille ».

Même le V-Twin n’y échappe pas. Le 1000 fonte est recouvert d’une finition noire et rugueuse appelé « wrinkle finish » que l’on retrouvera par la suite sur les deux séries limitées de Sturgis, le Night Train ainsi que la Dyna FXDX.

C’est la Harley-Davidson que réclame la presse américaine pour contrer les motos italiennes et japonaises.

sportster XLCR 1977

Une cascade de premières sur cette harley :

  • Ce Sportster est doté de deux disques à l’avant Kesley-Kanes de 254 mm de diamètre.
  • L’équipementier Morris fournit des jantes à bâtons en aluminium moulé en lieu et place de rayons.
  • Présence d’un saute-vent  et d’un garde-boue avant en fibre.
  • Cette moto est dépourvue de tout chromes.

L’encrage des amortisseurs sur le bras oscillant a été reculé pour une meilleure tenue de cap.

La XLCR :  La plus puissante Harley-Davidson de son temps

Le café racer de Milwaukee produit 68 chevaux. Dans son numéro d’avril 1977, le magazine Motorcycle News  la chronomètre à 120.48 mph soit 193 km/h.

Ce chiffre impressionnant pour une motorisation désuète s’expliquerait par les bons soins du Racing Departement apportés aux moulins destinés à la presse ; une pratique qui n’est pas l’apanage du constructeur américain ! Dans la réalité, sa vitesse de pointe avoisinne les 180 km/h alors que le 400 mètres départ-arrêté est réalisé en 13,2 secondes.

Les performances supérieures du V-Twin Ironhead (fonte) de 1000 cc sont à mettre au crédit de son collecteur d’échappement 2 en 2 dit « siamois » qui permet de gagner 5 ch. Il donne également une bonne garde au sol et ne gêne pas le pilote.

La XLCR sera un échec commercial

Les publicités de l’époque parlent d’une série limitée mais n’avancent aucun chiffre… Aucune importance puisque ce Sportster plébiscité par la presse ne trouvera jamais son public.

En effet, son prix est très élevé (3 600 $). Une Moto Guzzi Le Mans I est 25 % moins chère et est nettement plus performante.

De plus, la moto est inconfortable avec des repose-pied reculés et un guidon trop haut.  Le petit saute-vent rabat la pluie directement sur le pilote.

Par contre, le 1000 fonte est toujours incomparablement vivant.

Enfin et peut être surtout, la XLCR n’est pas du tout au goût de la clientèle traditionnelle de la firme. L’époque est aux sportster Touring équipés d’un pare-brise, de sacoches, d’une selle à deux étages voire d’un réservoir de 3,5 gallons glané sur la Superglide (modèle FX).

sportster café racer

Les pots des modèles de pré-série étaient recouverts d’un verni à base de porcelaine : trop cher pour la production !

Cette moto ne sera vendue que durant deux années (trois si l’on compte les 8 ou 9 unités de 1979 à partir d’un stock de pièces détachées restantes) à  un peu plus  de 3100 exemplaires soit 2,2% de la production totale de la Motor Compagny (142 587 motos) de 1977 à 1979.

Les concessions Harley-Davidson consentiront des ristournes allant jusqu’à –  50% pour se débarrasser de cette moto qui encombre et détonne dans les showrooms des concession. Certaines prendront la poussière pendant 6 ans !

Le cadre amélioré sur la XLCR va équiper l’ensemble des sportster de 1979 à 2003.

Au final, Willie G. Davidson a vu juste en dessinant la XLCR. De nos jours, ce café racer atypique est devenu une moto extrêmement recherchée en collection.

Hall Berry et Olivier Martinez sur une XLCR.

Fiche technique

Caractéristique moteur

Architecture : V-twin à 45° refroidi par air à deux soupapes par cylindre

Distribution : Culbutée

Alésage x Course ( en mm.)  : 81 x 96.8

Cylindrée en cu. in. (cc) 60.9  cu.in.  (997.5 cc) /   60.81 cu.in   (996.54 cc)

Taux de compression 9:1

Carburateur 38mm Keihin

Transmission

Transmission primaire par chaîne triplex

Transmission secondaire par chaîne

Embrayage multidisques à bain d’huile

Boîte de vitesses : 4 rapports

Partie-cycle

Cadre : En tube d’acier double berceau avec bras oscillant de section rectangulaire.

Suspension avant : Fourche téléscopique Showa

Suspension arrière classique à deux amortisseurs Showa ou Gabriel

Frein avant : Deux simples pistons agissant sur deux disques de 25, 4 cm(10 in)

Frein arrière : Un double pistons agissant sur un disque de 25, 4 cm (10 in)

Pneumatique avant : 3,25 x 19 in

Pneumatique arrière :  4,00 x 18 in

Dimensions

Poids à sec : 227 kg ( 510 lb)

Hauteur de selle :  76,2 cm

Empattement : 148,6 cm

Réservoir : 15 litres ( 3,3 gallons)

Performances

Puissance : 68 ch à 6200    ( 61 ch)

Couple max. : 52 lb-ft à 3800 tr/mn .

Régime moteur à 60 mph : 3554 tr/mn

Quart de mile Départ Arrété : 13.08 s selon Cycle World . Harley Davidson revendique 12.79 sec. avec une vitesse finale de 99.66 mph soit 160km/h

Vitesse maximale (vérifiée à 6277 rpm) : 120 mph (106 / 110)

Distances de freinage : 12,8 m à 30 mph (environ 50 km/h). 61 m  à 60 mph (environ 95 km/h)

Divers

Prix : $3,595 / $3,623

Année de fabrication : 1977-78. Quelques machines (9 ou 10) ont été construite en 1979 avec des pièces de l’année précédente.

Nombre de machines produites : 1,923 en 1977,  1,201 en 1978 and 9 à 10 en 1979 pour une production totale variant entre 3133 ou 3134 selon les sources!

justo vulputate, tempus id dolor. sit nunc in suscipit facilisis vel,