Moto Guzzi V50 cafe racer

Moto Guzzi V50 III café racer par Horizontal Moto

Pour le centenaire (1921-2021) de la création de Moto Guzzi, il me paraissait opportun de mettre en avant ce petit constructeur qui propose des machines toujours construites en Europe. Une chose suffisamment rare pour être soulignée…

La Moto Guzzi V50 : petite mais costaux

Moto Guzzi V50

Cette moto et sa sœur cadette (la V35) produites de 1977 à 1981 tentaient de concurrencer les moyennes cylindrées japonaises dont une certaine Honda CX 500 ainsi que la BMW R65.

Toutes deux sont des bases mécaniques plébiscitées par la scène custom alors que la Moto Guzzi V50, pourtant pétrie de qualités, se fait plus discrète…

Cette Moto Guzzi sera déclinée en 2 versions  roadster (V50) et semi-carénée (V50 Monza).

Le small block Guzzi : un moteur à l’incroyable longévité

V-Twin Moto Guzzi

Ce petit bicylindre totalement dans l’esprit Guzzi (un bicylindre à 90° face à la route à 4 soupapes culbutées et à transmission finale par cardan) est pensé par Lino Tonti. L’ingénieur italien avait déjà signé le Big Twin de la V7 de 1967.

Cette moto abandonne le moteur à boîte séparée pour un bloc intégrant une boîte de vitesses à 5 rapports. Cette évolution mécanique majeure, appelée « unit » chez les Anglo-saxons, donnera naissance à une longue lignée de machines dont les actuelles Moto Guzzi V7 et V85TT.

Les évolutions : MK2 et MK3

Apparaîtront en 1979 la Moto Guzzi V50 II (cylindres traités Nikasil & nouvel allumage) puis en 1981 la V50 III qui reçoit 160 modifications par rapport à la Mark II ( pour MKII) dont 2 Dell’Orto de 28 mm (24 mm par le passé) et un taux de compression réduit améliorant le couple à bas régime.

Des performances proches d’une Le Mans 850

guidon bracelet Tomaselli

Cette moyenne cylindrée est un concentré du savoir-faire italien en matière de moto. Elle est aussi légère qu’une 125 cm3 moderne (152 Kg) et ses 47 chevaux (à 7500 tr/mn) lui permettent d’accrocher les 175 km/h. À titre de comparaison, la Le Mans 850 plus lourde (198 kg) ne prend que 200 km/h…

Ajoutez que la Moto Guzzi V50 utilise la meilleure partie-cycle des 70’s (une version réduite du cadre Tonti conçu pour la Moto Guzzi V7 Sport) et que son freinage est excellent (2 disques de 260 mm à l’avant).

Cette moto s’avère donc une candidate idéale pour un café racer.

La Moto Guzzi V50 Prototyp 1

Café Racer Moto Guzzi

Cette préparation baptisée Prototyp 1 ou « Prototype 1 » en français, a été construite par l’atelier Horizontal Moto situé à Vienne (Autriche).

Le réservoir d’essence aux lignes rétrofuturistes a naturellement été conservé. L’excellent cadre double berceau n’a subi aucune modification notable. On notera qu’il permet accessoirement de tomber le bloc moteur en moins d’une heure ! Une « broutille» qui classe Lino Tonti au panthéon des grands ingénieurs moto…

Moto Guzzi café racer

Esthétiquement, il est l’archétype d’un châssis de café racer avec ce trait parfaitement parallèle à la route qui relie le cuvelage de phare au dosseret.

détails café racer

Il ne subit donc aucune modification notable si ce n’est l’ablation de sa partie arrière. Le small block de 490 cm3 et la boîte sont simplement révisés.

Le circuit électrique (le mal endémique des Italiennes de l’époque) a été totalement refait et simplifié. Il adopte quelques belles pièces issues du catalogue Motogadget (commodos et compteur de vitesse). Une selle en cuir suédée réalisée par l’atelier viennois Leonardo apporte la touche finale à cette préparation.

moto café racer

Horizontal Moto démontre qu’un projet café racer réussi, c’est d’abord et avant tout le choix d’une bonne base.

Je vous renvoie à l’article, « Quelle base pour un café racer ? » si vous désirez creuser la question.

Crédit photo : ©jellybean.at & Horizontal-moto.com