Une nouvelle version de la Triumph Rocket III devrait faire son apparition en fin d’année 2019.

La Rocket III, première du nom, est déjà un collector car cette moto produite entre 2004 et 2017 faisait tout en plus grand.

Son tricylindres en ligne de 2,3 litres délivrait un couple digne d’un Dodge du « Salaire de la Peur » avec 221 N.m dès 2 500 tr/mn. Les 150 chevaux présents à la poignée des gaz pourraient être une valeur quasi-anecdotique face à un moteur aussi coupleux et une telle cylindrée.

Les trois pistons sont plus gros qu’une icône de l’automobile, la Viper toujours de chez Dodge !

Avec un poids conséquent (320 Kg) et un centre de gravité placé très haut par rapport à un big twin Harley-Davidson ou Indian, cette moto peut être qualifiée de moto d’homme.

Triumph Rocket III roadster

La Rocket III « originelle » version Roadster

Le tricylindres de 2294 cc ne sera pas reconduit en 2017 en raison du passage à la norme Euro 4.

Cette nouvelle Rocket III abandonne l’aspect de « gentil custom » pour prendre tous les attributs d’un dragster des boulevards !

On retrouve donc sans crier au plagiat de nombreuses caractéristiques liées à un muscle cruiser.

Cette nouvelle Triumph Rocket III reprend donc certaines figures imposées présentes également sur la Ducati Diavel et la Yamaha V-MAX 1700 ; cette dernière étant également tombée au champ d’honneur en 2017, la faute aux normes Euro 4.

La New Triumph Rocket III : du brutal sur le plan esthétique !

nouvelle triumph Rocket III 2,5 litres

Photo volée ou teaser orchestré par le constructeur d’Hinckley ?

L’échappement est un 3 en 2 râblé se terminant par deux sorties biseautées donnant des airs de AC Cobra sur deux roues.

Le garde-boue arrière est désormais tronqué donnant une croupe agressive.

La plaque d’immatriculation ainsi que les feux de signalisation arrières sont montés directement sur le bras oscillant.

La selle largement échancrée ménage un dosseret bienvenu pour contrôler la furia du trois cylindres lors des fortes accélérations.

Le 2,5 litres de Triumph en chiffres

Ce dragster des rues est annoncé pour 180 ch. et (230 N.m) de couple à seulement 3000 tr/mn. Sa cylindrée est portée à 2,5 litres.

A titre de comparaison, le bicylindres de 1260 cc de la Ducati Diavel n’en produit que 159 ch. mais surtout son couple max. n’est que de 129 N.m et à 7500 tr/mn !

Pour résumer ces deux chiffres, l’italienne et l’anglaise ne boxent pas dans la même catégorie !

Une partie-cycle à la hauteur du moulin

Cette « New » Triumph Rocket III  devrait également voir ses performances dynamiques progresser sensiblement.

Sa partie-cycle serait équipée d’un monobras oscillant accueillant également l’arbre de transmission. Elle serait dotée de jantes en alliage légers afin de réduire le poids non suspendu.

Cette moto XXL devrait être équipée d’éléments de belles factures dont deux étriers radiaux Brembo M50 à l’avant et une fourche inversée provenant très certainement de chez Öhlins.

Un pack électronique conséquent

Bien entendu, cette nouvelle moto ne devrait pas échapper à un équipement électronique très conséquent déjà vu sur les Triumph 1200 Scrambler XC et XE. Il comprend un ABS cornering grâce à une centrale IMU, un contrôle de la motricité, plusieurs cartographies moteur ainsi qu’une connexion bluetooth native pour une caméra GoPro et un système de navigation développé avec Google.

Vu les investissements que nécessite cette refonte, cette nouvelle Triumph Rocket III devrait être déclinée en plusieurs modèles comme cela avait été le cas pour le 2,3 litres.

Il est assez étrange que deux constructeurs moto, BMW et son flat Twin R18 et Triumph, imaginent pour 2019-2020 des mégalodons sur roues malgré l’entrée en vigueur de la norme Euro 5.

Par contre en automobile, l’époque est au  « downsizing  » ou la réduction des cylindrées afin de répondre aux normes environnementales.

quis, ipsum felis risus. nunc adipiscing Lorem libero elementum mattis elit. id,