Custom Works Zon est un bouclard bicéphale fondé au Japon en 2003 par Yuichi Yoshizawa et Yoshikazu. Comme beaucoup d’ateliers de l’archipel, Zon s’est fait surtout connaître par ses préparations sur base de Harley.

Les deux custom builders ont été invités dans le plus grand secret à visiter l’usine BMW Motorrad de Munich.

Sur place et après avoir signé maintes closes de confidentialité, ils ont pu voir un tout nouveau bicylindre à plat baptisé « R18 ».

Les caches tiges de culbuteurs laissent à penser que le moteur possède une distribution culbutée.

Cette dénomination sibylline laisse à penser que ce flat twin possède une cylindrée record pour le constructeur de 1800 cc !

Autre élément qui accrédite l’idée que la firme à l’hélice voudrait marcher sur les plates-bandes de Harley-Davidson et de l’Indian est la présence d’une distribution culbutée !

Afin de conserver un aspect très old school, le refroidissement est de type air/huile comme sur la R Nine T.

Un partenariat entre BMW Motorrad et Custom Works Zon est trouvé afin de réaliser un show bike autour de l’énigmatique Flat Twin R18.

C’est la seconde fois que BMW Motorrad fait appel à un intervenant extérieur pour concevoir un show bike. En 2012, Roland Sands avait réalisé le « concept 90 ». La machine du pilote et designer californien allait aboutir à la commercialisation de la BMW R Nine T puis à toute une déclinaison de modèles au sein de la gamme « Heritage ».

Le show bike Departed

Custom Works Zon réceptionne fin juillet 2018 un bicylindre R18. Le bouclard de la région de Kyoto a les coudées franches en matière de design afin de mettre en valeur cette motorisation.

Le show bike sera finalement présenté 4 mois plus tard lors de la grande messe custom culture de l’archipel : le Hot Rod Custom Show de Yokohama.

Comme on pouvait le prévoir avec une motorisation aussi spectaculaire, le show bike baptisé « Departed » (« défunt ») remporte le titre dans la catégorie moto.

La préparation de la « Departed »

Le bicylindre à plat R18 n’a reçu que quelques pièces ornementales comme une paire de cache-culbuteurs ou une grille à l’avant du flat twin. Cette dernière évoque la fameuse calandre en double haricot qui est une signature stylistique des automobiles de la Bayerische Motoren Werke.

Pour des raisons de confidentialité, le moteur fourni à Zon par BMW n’avait aucun système d’alimentation. Bien entendu et en raison des normes environnementales actuelles, le Twin BMW de série n’échappera pas à une alimentation par injection chiadée.

Zon a monté sur ce show bike une paire de Dell’Orto de 40 mm de diamètre. Une boîte à air a été façonnée qui aspire l’air au niveau de la face avant du moteur.

Les échappements sont des 2 en 2 en acier inoxydable qui se terminent par une paire de silencieux ; le tout étant réalisé dans l’atelier de Kyoto.

Custom Works Zon a fait des recherche sur l’histoire du constructeur munichois pour créer la Departed . Au final, l’atelier nippon s’est inspiré des BMW qui établissaient des records de vitesse dans l’entre-deux-guerres notamment aux mains du pilote Ernest Henne.

Face à l’imposant bicylindres, l’atelier de Kyoto a joué avec les contrastes au niveau de la partie-cycle.

BMW par Custom Works Zon

Cette dernière s’avère gracile avec un cadre treillis. Une paire de jantes de grands diamètres (21 pouces pour l’avant et de 26 pouces à l’arrière) à bandes de roulement très étroites participe à mettre en avant la taille XXL du bicylindres BMW .

Le coté streamliner est accentué par une fourche Girder très épurée qui rejoint le très long réservoir faisant également office de selle et de dosseret. Cet ensemble possède des lignes aussi tendues qu’un lévrier dans sa boîte prêt à en découdre !

Custom Works Zon : BMW R18 custom

La carrosserie reçoit une finition en aluminium brossé rehaussée de quelques lignes et lettrages réalisés par pinstriping.

BMW réussira-t-elle à  renverser la table  et les préjugés dans le segment des gros cruisers comme elle a réussi à le faire pour les hyper-sport avec sa S1000 RR ?

Les mois et les années à venir nous le diront.

Le marché des motos custom n’est pas au mieux comme l’atteste les chiffres de vente de  la marque leader : Harley-Davison. En une dizaine d’années, sa production est passée de 350 000 à 250 000 unités vendues.

Ce dernier tout comme Indian cherche à se diversifier. Les gros customs ont beaucoup de mal à séduire les jeunes générations. Ainsi, l’Indian FTR 1200 qui nous est vendue comme un flat tracker possède des caractéristiques techniques identiques à un roadster.

BMW a par le passé fait une incursion dans le domaine des custom avec la R 1200 C. Cette moto, a pour le mieux, reçu un succès d’estime : Environ 10 000 unités seront vendues entre 1997 et 2005.

BMW 1200 Custom

BMW R 1200 C : Malgré une apparition dans le James Bond, « Demain ne meurt jamais » , ce gros custom n’a pas trouvé un large public.

Depuis les années 70, les japonnais se sont également cassés les dents sur ce segment.

La Moto Guzzi California a son public fait de quelques « excentriques ». La Ducati Diavel joue sur un tout autre registre ; celui des muscle cruiser. La bolognaise fait parler la poudre avec un très puissant bicylindre en L et une partie idoine.

De plus, le marché des gros cruisers est très codifié.

Il repose surtout sur le marché nord-américain. Ainsi, 75% des ventes de Harley-Davidson en 2017 se faisaient aux USA.

De plus, seules les cruisers et autres baggers « Made In USA » trouvent grâce aux yeux de la clientèle américaine comme européenne.

Le V-Twin à angle fermé est une figure imposée car cette architecture permet d’installer des commandes avancées. Cette position « pieds en avant » est impossible avec un bicylindre à plat.

Crédit photo : Custom Works Zon

dictum mattis elit. vel, Curabitur leo.