Boss Hog préparée

Boss Hoss V8 « Bomb Boss » : le streetfighter XXL

Les États-Unis sont le pays de la démesure et la Boss Hoss en est la digne représentante en matière de moto. Nous vous présentons dans un premier temps ce fabricant de motos assez méconnu sous nos cieux puis dans un second temps, la préparation d’une de ces machines façon streetfighter.

Focus sur la marque Boss Hoss Motorcycles

Ce constructeur est né en 1990 dans la paisible bourgade de Dyersburg (Tennessee).

Boss Hog Trike
Les lignes de ce trike Boss Hoss sont inspirées par la Chevrolet Bel Air de 1957.

Boss Hoss fabrique ses cruisers comme on fabrique le Jack Daniel’s, originaire du même état.

Pour paraphraser le slogan de cette distillerie (« It’s not Scotch. It’s not Bourbon. It’s Jack » ), nous pouvons dire, « Ce n’est pas une moto, ce n’est pas un cruiser, c’est une Boss Hoss ».

En effet, cette moto ne ressemble à aucune autre en raison d’une motorisation confiée à un gros V8 Chevrolet qui équipe traditionnellement les muscle cars de General Motors.

Chaque année, entre 230 et 250 deux roues et trikes Boss Hoss quittent cette petite ville faite de maisons de style colonial.

Il y a là une certaine logique à la création de ces machines si atypiques dans cet état du sud. C’est l’Amérique rurale qui est rythmée et qui ne vit que par « Saint V8 » . Et n’allez pas dire à ces habitants que le premier V8 automobile fut de conception française (en 1909 par De Dion-Bouton) car vous risqueriez de vivre un remake de la scène finale d’Easy Rider !

L’aventure Boss Hoss : un défi risqué

Un effet risqué en effet, tant les V8 que les moteurs venus de l’automobile ont été des flops lorsqu’ils ont été associés à la moto.

Ainsi et malgré de nombreuses tentatives ( Moto Guzzi Ottocilindri, Morbidelli V8, Norton Nemesis, etc.), le V8 n’a jamais prouvé sa pertinence sur un deux roues.

Il en va de même pour les blocs moteur automobile. La BFG 1300 à moteur de Citroën GS ou la Munch Mammut à moteur NSU de 996 cm3 ne provoquent guère de nostalgie auprès des motards.

La Bomber Boss ou le streetfighter ultime

Boss Hog préparation

Cette préparation baptisée « Bomb Boss » nous vient de Finlande. Elle est l’oeuvre de Janne Uskali qui codirige le magasine « Bomber » basé à Helsinki. Cette publication parle de cafe racer, de Streetfighter et de stunt. Elle fêtera en janvier prochain ses 20 ans.

Janne est vacciné aux très gros cubes puisque sa première vraie moto fut une Kawasaki Z1300. Déjà un six cylindres…Il l’a revendue puis 5 ans plus tard, il a racheté un exemplaire similaire qu’il possède toujours.

Une Boss Hoss à moteur Chevy 350 ci (5,7 litres de cylindrée) s’est avérée comme une évidence pour le Scandinave. Le gros avantage de cette moto est qu’elle permet de créer une machine réellement hors norme sans se mettre à dos la police finnoise, qui ne semble pas être plus compréhensive que la nôtre en matière de modification.

Le V8

V8 Chevrolet

Il s’agit du small block (type ZZ4) produit à partir de 1996 et qui équipait les anciennes générations de Chevrolet Camaro et Corvette. Les Boss Hoss actuelles utilisent un V8 Chevy de 6,2 litres (376 ci) plus moderne. Malgré la puissance du bestiau (355 ch), le bloc moteur n’a subi aucune modification si ce n’est l’ajout d’une ligne Nascar, histoire sans doute de réveiller les dieux du Valhalla. Les carters moteurs sont peints en noir époxy.

Cette peinture recouvre également les tés de fourche, le guidon drag bar, le cadre et l’ensemble de la carrosserie. Cette couleur popularisée par Coco Chanel fait oublier le côté « bling-bling » du cruiser pour lui donner un aspect ténébreux, parfaitement raccord avec le propos de la machine.

Une partie-cycle qui se conjugue au superlatif

Moto V8

Un gros travail a été effectué au niveau des périphériques afin que cette Boss Hoss fonctionne non pas comme un brave cruiser, mais comme un véritable roadster apte à réaliser un burn-out à 160 km/h. N’oublions pas que le Finnois « est connu des services » en raison d’un lourd passé de stunteur…

La partie-cycle adopte une fourche inversée de 63 mm de diamètre (sic) qui est maintenue par un impressionnant té réalisé par un atelier d’Helsinki. Le Té inférieur maintient chaque tube fourche par l’entremise de 8 vis BTR. Le quincaillier est ton ami !

moto la plus puissante au monde

Ces tés permettent d’installer à l’avant l’un des plus gros pneus moto du marché : le Metzeler ME880 en 240/0 x18. C’est pile-poil la taille du pneu arrière de la Harley-Davidson FXDR 114 qui fait la fierté de ses propriétaires !

Son homologue arrière de marque thaïlandaise Vee Rubber possède des dimensions tout aussi extrêmes ou exubérantes avec 360/30×18. Cette gomme doit faire passer au sol pas moins de 600 Nm de couple. En comparaison, la Triumph Rocket 3 n’en produit « que » 181 Nm.

Les jantes avant (8 x 18 pouces) et arrières (13 x 18 pouces) sont tournées par les britanniques de Taylormade. Cet atelier fournit dans la foulée un bras oscillant renforcé améliorant la tenue de route de ce qui fut un paisible cruiser.

Le freinage avant est confié à deux étriers 6 pistons ISR qui pincent deux disques de 320 mm de diamètre. À l’arrière, nous trouvons un étrier 6 pistons Harrison.

La Bomb Boss conserve la transmission finale par courroie de série de 2,5 pouces de large. En comparaison, celle d’une Harley-Davidson mesure 1,5 pouce.

Le design de cette Boss Hoss

Le dessin de la carrosserie typé streetfighter (époque Option Moto !) est l’oeuvre d’un étudiant de l’université en sciences appliquées du sud-est de la Finlande. Cette moto a été le sujet de sa thèse en design industriel.

Difficile de passer inaperçu avec cette Boss Hoss

Malgré un physique plutôt « standard » (1,82 m et 85 kg), Janne Uskali a l’air d’un Lilliputien au guidon de la Boss Hog. Les photos ne reflètent pas la chose. Le seul point négatif de cette Boss Hoss est que vous ne pouvez pas rouler incognito. Chaque arrêt crée un attroupement et se transforme en séance de selfies.

Pour finir, laissons parler son propriétaire : « le couple moteur vous donne la banane sous l’intégral et lorsque je suis à côté d’un biker en Harley, on dirait qu’il conduit une mobylette ! Je pense qu’il y a un marché pour ce type de moto extrême. Il n’y a qu’à voir le succès de la Triumph Rocket 3. »

La future Eisenberg V8 développant jusqu’à 500 ch est le fruit du même constat.

Fiche Technique de la Boss Hoss

  • Moteur : V8 Chevrolet de 5,7 litres
  • Refroidissement : liquide
  • Puissance : 355 chevaux
  • Carburateur : Holly 680 CFMCouple : 600 Nm
  • Boîte de vitesses : semi-auto à 2 rapports
  • Poids à sec : 485 kg

efficitur. dapibus ipsum luctus venenatis eleifend consectetur velit,