Wolfgang Bätz construit depuis plus de 20 ans des motos personnalisées.

Notre préparateur d’outre Rhin n’est donc pas une « fashionista de la dernière heure » en matière de custom culture.
café racer & streetfighterLa moto que je vous présente, comme toute les autres motos préparées dans son atelier , baptisée en toute simplicité « Custom Wolf » est de très haute volée.
Comme dit vulgairement, « l’ami Wolfgang envoie du lourd » avec ce projet mêlant des influences streetfighter, moto de dragster et café racer.
Cette préparation qui porte le nom de «  Dragstar Cafe» est un projet personnel qui lui permet d’élaborer une prépa sans compromis. Cette réalisation a nécessité deux ans de travail.

La Dragstar Cafe : la quintessence du bitza moderne

Moto streetfighter motorcycleWolfgang Bätz a installé le quatre cylindres d’une Suzuki GSXR 1100 dans le cadre d’une Kawasaki Z1000 ST de 1982. Nous avons donc affaire à ce que l’on nomme dans le jargon motard à un « bitza » ; une pratique inventée par nos amis britanniques et dont le summum fut le Triton ; un moteur de Triumph placé dans un cadre de Norton.

Notre ami d’outre-Rhin n’a pas choisi la facilité car le cadre  de la Z 1000 ST accueillait la toute première transmission par cardan montée par Kawasaki.
Afin de supporter les contraintes liées à ce type de transmission, ce cadre est de série renforcé sur l’arrière par maints goussets. Il s’avère donc très rigide, une exception pour une japonaise des eighties.
Cette caractéristique permet donc d’y lover un quatre cylindres sévèrement « burné » qui ne va pas saucissonner dés le premier virage venu. Un mal endémique des gros cubes des eighties !

La partie cycle

benelli TNT bras oscillantComme sur la plupart des préparations de type café racer, la boucle arrière est tronçonnée afin d’accueillir un nouveau dosseret faisant office de selle.
Cette coque arrière s’inspire assez librement de celle d’une Kawasaki 900 Z1.
La grosse partie du chantier a été de remplacer le bras oscillant de série par un élément mono-amortisseur provenant d’une Benelli TNT 1130. Ce dernier a été rallongé de 7 bons centimètres (sic).
Suzuki fourche fork TL 1000RCet accroissement de l’empattement permet d’obtenir une moto nettement plus stable lorsque l’on met plein gaz lors d’un run de dragster.
A l’avant, l’amortissement est confié à une fourche issue d’une Suzuki GSXR-1300 Hayabusa maintenue par des tés « homemade ».
La Dragstar reçoit des jantes modernes en 17 dessinées par Wolfgang chaussées de pneus de 3,5 pouces à l’avant pour 7 pouces à l’arrière. Tout comme le cadre, elles sont recouvertes d’un marron pailleté provenant du nuancier BMW.

Le Moteur

gsxr 1100 1990 moteur engineLe moteur sélectionné n’est plus ni moins que l’un des tout meilleurs  quatre pattes des années 80 : Il s’agit du quatre cylindres de la GSXR 1100 dans sa version ultime de 1990. Il délivre alors la puissance record de 145 ch. Cette « horde sauvage » peut paraître « légère » de nos jours face aux grosses berlines lancées plein gaz sur les Autobhans.
Le quatre cylindre est envoyé chez Racers Warehouse pour une préparation moteur en bonne et due forme. La cylindrée est portée à 1277 cc grâce à un kit Wiseco alors que le moteur reçoit une rampe de Mikuni TM en 36 mm accompagnée de cornets et d’une optimisation des culasses au niveau de l’admission.
Un radiateur Setrab se charge de garder le moulbif à l’abri des sur-chauffes dues à cette mécanique refroidie par air et huile.
mikuni 36 carburateur gsxrLes gaz brûlés sont évacués par un quatre en 1 maison se terminant par un silencieux Micron.

Réglé aux petits oignons et passé au banc, le moteur d’Hamamatsu délivre désormais 160 chevaux à la roue arrière à 9750 tr/mn et 142 Nm de couple à 8550 tr/mn. Pas mal pour un « bouilleur » presque trentenaire !

Un freinage exotique !

freinage périmétrique perimetric brake motoDans une optique mêlant technologie et esthétisme, Custom Wolf opte pour un freinage périmétrique comme les Buell, plutôt que de choisir un freinage classique haute performance. Il est constitué d’un double disques de 420 mm directement montés sur la jante avant et à l’arrière une pièce similaire du coté droit. Ces éléments sont fournis par Bremsen. L’équipementier français Beringer fournit les leviers et maitre-cylindres.

Au niveau finition

motogadget tachometer compteurDe très nombreuses pièces qui ont permis la création de ce racer ont été réalisées par l’atelier bavarois situé à Laaber : citons les guidons-bracelets, la « queue de canard » arrière déjà mentionnée mais aussi la greffe d’un réservoir de Kawasaki Z650. Le phare avant est d’origine Harley-Davidson alors que le compteur de vitesse, parfaitement intégré dans le T de fourche supérieur, est un très germanique Motogadget modèle Chronoclassic. Les cale-pieds estampillés Gilles VCR finissent cette préparation à la croisée du monde café racer, dragster et Streetfighter.

Soulignons que ce mi-café racer, mi-dragster et avec des touches custom ne pèse que 195 kg ; soit un joli rapport poids/puissance !

boucle arrière café racer subframeeLa mise en peinture des éléments de carrosserie a été réalisée par Marcus Pfiel. La livrée est un vert métallisé très « kawa » qui cache bien les entrailles de Suzuki. De nombreuses pièces comme les tubes de fourche, les cornets, les cale-pieds ainsi que la chaîne ont subi un traitement doré.

En Conclusion

Cerise sur le strudel, cette moto est dument homologuée par la TÜV ( Le Service d’Homologation Allemand) et passe comme une moto de série le contrôle technique tout les 2 ans ; « elle est pas belle la vie de motard de l’autre coté du Rhin…»

Crédit photos : Wolfgang Bätz/Custom Wolf