La Suzuki SV650 est d’un avis unanime, un « joujou extra » ! Sur cette moto, quasiment tous les voyants sont au vert. Une chose qui ne trompe pas : elle est au catalogue du constructeur depuis 21 ans !

Une rapide présentation de la Suzuki SV650 2001

Cette moto possède un excellent rapport poids/ puissance de 72 chevaux (76 ch sur le modèle 2020) pour 169 kg sans les fluides. Son bicylindre à 60° à refroidissement liquide fait preuve d’un caractère affirmé.

De plus, la Suzuki SV650 reste une bonne affaire (dès 6599 euros). En 2020, elle demeure toujours une machine idéale pour débuter ou se remettre à la moto. Suzuki propose d’ailleurs une version A2.

Il y a cependant une chose qui fâche sur cette moto : une esthétique passe-partout.

Elle ne possède pas le raffinement de sa principale rivale  : la Ducati Monster de moyennes cylindrées. Mais le roadster transalpin fait très chèrement payer son style « kawaii » (mignon). La version actuelle, la Monster 795, est proposée à partir de 8990 euros. Un océan tarifaire sépare les deux machines !

L’atelier Roumain, Bandisca Motorcycles, s’est penché sur la Suzuki SV 650 pour lui donner plus de charisme et plus de Watt.

La Suzuki SV650 adopte un look retro racer

Bandisca Motorcycles, dirigé par Alf et sa femme, Mihaela, s’est porté acquéreur d’une Suzuki SV 650 MK1 de 2001.

Alf connaît parfaitement ses classiques. Chez Suzuki, la moto iconique, c’est sans conteste, la GSX-R 750 à refroidissement air/huile SACS lancée en 1984.

Pour se faire, Bandisca Motorcycles a importé un kit carrosserie de GSX-R 750 de 1990 fabriqué par la société californienne : Airtech Streamlining.

Suzuki SV650 préparation
Un carénage chargé d’histoire !

Comme il est de coutume sur un café racer, la greffe des éléments en fibre a nécessité la confection d’une boucle arrière supportant le cul de selle et un nombre important de pattes d’encrage.

Suzuki GSX-R 750 SACS

Afin d’obtenir des lignes harmonieuses, le réservoir de série laisse place à un élément provenant d’une Honda Revere NTV 650. Un amateur grec de café racer s’est chargé de réaliser les points d’ancrage pour qu’il s’adapte au cadre périmétrique.

Suzuki SV650 : une prépa moteur conséquente

Alf souhaitait que cette moto participe à la Glemseck 101, proche de Stuttgart. Pour se faire, le roumain a passé plusieurs centaines d’heures sur le bicylindre de 645 cm3 d’Hamamatsu afin de ne pas faire que de la figuration lors de la sprint race. Sa puissance s’établit désormais à 100 chevaux.

Il reçoit des arbres à cames racing, un embrayage renforcé à commande hydraulique, des carters de protection Woodcraft et une pompe de refroidissement à haut débit. Les deux carburateurs sont préparés et réglés « aux petits oignons ». Le twin chante via un collecteur maison se finissant par un embout Spark GP Muffler.

Selon Alf, « cette préparation est vraiment bestiale et la Suzuki est un savant mélange entre légèreté et puissance ».

Bandisca Motorcycles (Bucarest -Roumanie)

Partie-cycle et finition

Glemseck 101 sprint race
La Suzuki était présente à la Glemseck 101 sprint race et pas pour faire de la figuration !

La Suzuki reçoit une fourche inversée Showa et un amortisseur YSS. Une centrale M.unit de Motogadget se charge de la gestion électrique du circuit simplifié. L’éclairage est passé aux LED. La Japonaise se dote de commandes reculées et de guidons bracelets bien utiles pour canaliser la furia mécanique du 650 cm3 préparé.

Clin d’œil à l’histoire de Suzuki, Bandisca Motorcycles recouvre la sprinteuse de la charte graphique des premières GSX-R.

Je ne doute pas que ce « retro racer » avec un moteur « administrativement correct », fera exploser les ventes de la moyenne cylindrée. La balle est dans le camp de Suzuki…

suscipit commodo libero neque. vulputate, eleifend odio quis,