Le mouvement « outlaw » est à l’univers des Porsche ce que peut être le chopper aux Harley-Davidson.

Si le pape en matière de motos transformées animées par un bicylindres de Milwaukee est Arlen Ness, en matière de 356 customisées, son nom est Rod Emery.

porsche 356 by Emerery MotorsporstsRod Emery est né en 1974 et il est le descendant d’une dynastie de « gearheads » comme disent les ricains qui ont le sens du mot bien troussé. On pourrait traduire cette locution par « dingos de mécanique » mais cela sonne nettement moins bien…

Rod a donc grandi au sein du garage familial fondé par son grand-père, Neil.

Le patriarche a fondé en 1948 Burbank’s Valley Custom. Il fut l’un des acteurs majeurs de la scène hot rod californienne des 50’s et des 60’s. Neil Emery fut le premier pilote à passer la barre des 200 mph (320km/h) en 1950 à Bonneville à bord d’un streamliner de sa conception.

voiture d'exeception porsche 356

En 1962, Neil Emery fait ses débuts en « mécanique teutonnique » en travaillant comme chef d’atelier du département carrosserie de la concession Porsche et VW de Newport Beach.

Il est rapidement rejoint par son fils Gary qui vient de décrocher l’équivalent du bac. Ce dernier prend les reines de la gestion des pièces du garage Porsche-VW. Gary va faire également parler de lui en matière d’automobile décalée. Il sera l’inventeur du Baja Buggy ou Sand Buggy ; un concept qui sera décliné à l’infini.

1996 voit le clan Emery migrer à Portland (Oregon) où il ouvre un atelier de 4000 m² portant le nom de Emery Motorsports.

Gary a pris soin d’emporter avec lui des tonnes de pièces pour vieilles Porsche qu’il a accumulé au fil des ans. Emery Motorsports veut devenir un acteur majeur d’une activité qui commence à prendre son essor : la restauration de véhicules de collection et dans le cas des Emery, les Porsche vintage.

Rod Emery porsche 356 outlaw

Rod Emery

L’année 1998 sonne la fin d’une époque du coté de Stuttgart. Le moteur air cooled (à refroidissement par air), qui participait grandement à l’identité du constructeur, est abandonné sur l’hôtel des normes et de la rationalité.

Est-ce un alignement des astres mais en cette même année, Rod Emery élabore sa toute première Porsche que nous pouvons qualifier de « dystopique ».

Surnommé « Emery Special », cette Porsche 356 est construite autour d’un cabriolet de 1964 rouillé jusqu’à l’os. La carrosserie sera donc modifiée sans aucun état d’âme afin d’y loger les trains et le freinage d’une moderne 944 Turbo S ainsi qu’un set de jantes larges. La motorisation provient du quatre cylindres à plat « plus péchu » d’une 914.

flat four porscheCette Porsche va faire l’effet d’un coup de tonnerre dans l’univers codifié des Porschistes. La 356 construite au Nord de la cote Ouest va les diviser en deux factions irréconciliables. Il y a ceux qui adorent cette ré-interprétation quasiment ex-nihilo et ceux qui jugent que cette « chose » est un sacrilège qui dénature cette icône de l’automobile.

Dans les années 2000, ces Porches personnalisées vont être mises au banc des meeting de véhicules de collection et autres concours d’élégance. Elle vont être cantonnées sur les parking garées entre deux SUV « mazoutés ».

C’est de ce traitement que vient le terme de « outlaw » ou «  hors la loi … d’un bon goût donné par quelques Ayatollah ou fétichistes du boulon d’origine ! ».

porsche 356 custom

Ces voitures décalées ne correspondent pas au conservatisme du monde de l’automobile de collection et d’un certain snobisme qui va avec cette marque d’exception.

porsche 356 EmeryMalgré et peut être en raison de cette animosité, les 3 membres de la famille Emery vont continuer leur chemin en construisant des Porsche 356 Outlaw mais aussi 912 et 911 dont les améliorations ne portent pas uniquement sur les performances et la tenue de route.

Les californiens insufflent une bonne dose de « custom culture » au très rigoriste constructeur allemand. Des persiennes sur le capot moteur améliorant quelque peu le refroidissement moteur font ainsi leur apparition. Des attaches en cuir au niveau du capot ou le logo «  Mobil Oil » avec son emblématique cheval ailé peint à la main deviennent des incontournables de la scène Outlaw.

porsche 356 outlaw détailsDésormais, les Porsche 356 Outlaw mais aussi les 911 et  912 ont leur catégorie propre lors des grandes messes de l’automobile classique nord-américain.

Emery Motorsports a essaimé à travers le monde cette approche « hot rod » de la préparation des Flat Four et Six refroidis par air.

Actuellement, une bonne centaine de Porsche 356 Outlaw ont été construites par Emery Motorsports.

Elles parcoururent les routes du monde aux mains de gentlemen drivers ayant, il faut bien l’avouer, quelques gènes en commun avec… Johnny Rotten !