Pas moins de 93 MV Agusta ayant appartenu à un collectionneur privé italien vont être mises en vente par la maison Artcurial.

Cette vente hors du commun aura lieu le 9 février 2019 en marge du salon Rétromobile de Paris. Les modèles les plus anciens remontent à 1945 et les lots sont estimés entre 3 000 et 250 000 €.

Dans cet article, nous vous présentons l’une des motos phares conçues par la firme de Varese : La MV Agusta 750 S.

Cette MV 750 S millésime 1972 a appartenu au pilote de Formule 1 Arturo Merzario. Notons que des liens qui unissent ce constructeur italien de moto au monde de la Formule 1 demeurent toujours très forts. Ainsi, il y a eu une MV Agusta F4 rendant hommage à Ayrton Senna et MV collabore régulièrement avec Lewis Hamilton pour des séries limitées.

MV Agusta classique

Tout d’abord, un peu d’histoire

Giovanni Agusta est un pionnier de l’aviation transalpine. Il fait voler son premier avion dès 1907. Décédé prématurément en 1927, ses fils Domenico et Vincenzo prennent les reines de l’entreprise familiales qui construit des avions.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Agusta est contraint par les forces alliées à arrêter la production d’avions. Grand amateur de moto, Domenico fonde la Meccanica Verghera (MV) dans le village de Verghera dès 1945. La première MV Agusta sort de l’usine lombarde la même année.

Parallèlement en 1952, Agusta achètera, notamment aux américains Bell et Sikorsky, des licences pour construire des hélicoptères avant de concevoir avec succès ses propres aéronefs à voilure tournante.

MV Agusta : La sportivité incarnée

Comme tout constructeur moto ou auto italien, MV Agusta va s’illustrer en course avec un palmarès époustouflant. La firme de Varese remporte son premier titre mondial dès 1952 en 125 cc.

Sa domination en Grand Prix est telle qu’il est quasiment impossible de lister ses titres mondiaux durant le Continental Circus sans créer un tableau Excel !

En quelques chiffres succins, MV Agusta glanera 18 titres mondiaux en catégorie reine (500 cc) dont 17 consécutifs à partir de 1957 !

Les belles de Varese seront pilotées par des gentlemen drivers dont les noms donnent toujours des trémolos aux motards de la vieille garde ou aux simples amateurs de motos classiques.

Parmi ces pilotes, nous pouvons citer entre autres John Surtees, Mike Hailwood, Phil Read ou Giacomo Agostini.

MV Agusta 750 collection

MV Agusta 750 S

Cette moto au design qui fait date est équipée d’une motorisation directement dérivée des MV de Grand Prix.

La tornade Honda CB 750 étant passé par là, le quatre cylindres italien cube désormais 750 cc.

Notons deux caractéristiques « exotiques » présentes sur cette machine : Le bloc moteur est basculé à 20° vers l’avant et la transmission finale s’opère par cardan. Ce choix technique prouve que la firme de Varese ne destinait pas cette moto à la compétition.

quatre cylindres MV

Arturo Magni, qui était le directeur du département course de MV de 1949 à la fermeture de l’usine en 1977, proposera des kits chaîne pour la 750S. Il deviendra par la suite un préparateur mondialement reconnu.

Le quatre pattes italien développe 70 chevaux à 8500 tr/mn et sa plage d’utilisation optimale se situe entre 3000 et 9000 tr/mn.

MV Agusta 750 S 1972

Contrairement à ses concurrentes asiatiques (Honda CB750 puis Kawasaki Z1), la MV Agusta 750 S n’est pas « une fille facile ». Elle est lourde (245 Kg), passe encore, mais elle est également haute avec une selle qui culmine à 77,5 cm.

MV Agusta a convoqué autour de sa routière le gotha des équipementiers italiens. Les jantes sont des Borani, la fourche provient de Marzocchi et le freinage est assuré par des tambours Grimeca. Certaines MV Agusta 750 S seront dotées d’un freinage à disque. Une technologie déjà vue sur la MV Agusta 600 GT de 1966.

mv agusta : moto italienne

La MV Agusta 750S : Un moteur mais aussi un trait de crayon

Plus de quarante ans après sa commercialisation, la magie des proportions de la MV 750S opère toujours !

Sa peinture tri-colores, son cadre rouge et son épaisse selle en vinyle de la même couleur auraient pu tourner à l’accident industriel ou pour le moins être daté. Hors, il n’en est rien !

N’oublions pas que nous sommes en Italie patrie de Raphaël et où le style est traité avec le même respect que la recherche de performance.

Le moteur aux culasses brut de décoffrage fait échos à quatre lignes indépendantes qui tutoient la perfection. En 1998, la MV Agusta 750 S fera partie des motos sélectionnées pour l’exposition The Art of the Motorcycle organisée par le musée Guggenheim.

mv agusta

Cette moto qui coûtait trois fois le prix d’une Honda CB 750 ne rencontrera qu’un succès d’estime.

Seulement 583 exemplaires seront produits entre 1970 et 1975. Une version moins exclusive verra le jour en 1971 avec la 750 GT.

La Maison Artcurial estime cette moto entre 100 000 et 150 000 euros. C’est le prix à payer pour se la jouer « Ago » ou « Mike The Bike » le week-end venu !

Crédit Photos : © Mathieu César

Fiche technique

Motorisation

Type : 4 cylindres inclinés à 20° en aluminium coulé

Cylindrée : 743 cc

Distribution : Arbre à cames en tête, deux soupapes par cylindre

Taux de compression : 9,5:1

Carburateurs : 4 Dell’Orto 24 mm avec cornets

Transmission

Boîte de vitesses : 5 rapports

Finale : par cardan

Partie-cycle

Frein avant et arrière : Grimeca diamètre 200 mm

Fourche : Marzocchi 35 mm

Jante avant et arrière : Borani

Empattement : 144 cm

Réservoir : 24 litres

 

elit. libero. quis, vel, Aliquam pulvinar luctus suscipit ut commodo