Aux sources de la custom culture : A la fois beau et rapide !

Il faut bien le constater, les Harley-Davidson WLA 750 ne sont plus à leur place dans le trafic routier moderne ; la faute à une puissance ridicule, un freinage à tambours limité, un passage des vitesses au réservoir et à l’absence de suspension à l’arrière. Bref un run en latérale, c’est une vrai Aventure !

wla handshift

Par contre, si on évoque l’esthétique de ces motos, elles demeurent toujours des références en terme d’élégance. Ainsi, le Softail Slim peut être considéré comme héritier moderne de ces machines.

La moto que je vous présente est une moto acquise à l’état de « basket case » ; autrement dit la plupart des éléments de la machine étaient présents mais de façon éparse.

Il y avait d’un coté le V-Twin de 738 cc de 1941 et d’autre part le cadre dont l’angle de chasse avait été légèrement ouvert très certainement pour «  quelques élucubrations chopperistiques ».

WLA 750 flat track racer

La reine de l’anneau dans son royaume.

Le moteur sera confié à l’une des figures de la scène kustom old school de L.A : Rico Fodrey. On l’avait d’ailleurs découvert dans le DVD « Choppertown : The sinner »

Ce dernier qui tient le shop « HI-Bond » à Pomona (Californie) s’est chargé de reconstruire l’un des moteurs parmi les plus farbriqués dans l’histoire de la Factory : le « 750 Flathead « ou par chez nous, « 750 latéral ».

La plupart des petites pièces neuves, dont une boîte de vitesses, proviennent du spécialiste californien pour tout ce qui touche aux Harley-Davidson antérieures à 1950 : « 45’s Unlimited » situé à Anza.

Touche de modernité, le bicylindre à soupapes latérales abandonne son carburateur Linkert pour un élément de chez Mikuni équipé d’un filtre K&N. Ce moteur reçoit également une magnéto Morris.

WLA C flathead

Nous n’en saurons pas plus sur les secrets de cette prépa. Gageons que Rico Fodrey a fait « fructifier » la puissance du rustique V-Twin donnée pour 23 à 25 chevaux.

dirt track moto

Le mythique préparateur Tom Shifton réussissait à dépasser les 40 chevaux et parfois à faire « cracher » plus de 45 chevaux au « laté » !

Le cadre a été envoyé à « 47 Industries » dans le New Jersey afin retrouver l’angle de chasse original mais aussi afin de vérifier sa géométrie. Une réplique de la partie arrière du cadre de la WR a été également soudé.

wla réservoir

Réservoirs W&W

Les jantes, les réservoirs d’huile et d’essence sont des répliques d’éléments des racers d’usine. Ces pièces sont fournies par les allemands de W&W.

Le but premier de ce 750 à soupapes latérales est de participer à des flat track vintage. Cela a participé aux choix de la base et des pièces mentionnées ci-dessus.

En effet, il n’est plus envisageable de faire courir un véritable racer de Class C comme les WLDR et autres WR vu les tarifs pratiqués en collection.

selle bates

Que serait un bobber ou une WLA coursifiée sans sa selle Bates ?

Il n’était nullement question de partir à la recherche d’une paire de demi-réservoirs chinés au prix fort pour se vautrer à un moment ou en autre sur un anneau de cendré.

Toujours dans un esprit racing, la Harley de 1941 reçoit un jeu de cale-pieds SLC qui résisteront mieux aux chutes que les antiques demi-lunes montées d’origine.

harley-davidson wla dirt track

La WLA coursifiée a reçu une peinture bicolore blanche et bleu réalisée par Hot Dog Kustoms. Le coloris bleu, baptisé poétiquement « Sea Blue », provient du nuancier des VW millésime 1966. Des filets dorés séparant les deux teintes ainsi que le lettrage ont été apposés grâce à la méthode du pinstripping.

vintage flat tracker

Cette finition donne une touche encore plus « old school » et « classieuse » à ce flat tracker dont le propos, rappelons-le, n’est pas de décorer un bar ou l’échoppe d’un barbier fréquenté par des hordes de hipsters, mais bien de tenir son rang lors de courses de classiques.

wla flat track harley
Photographies :biltwell Inc