Bell Moto 3 : le premier casque intégral de motocross

Peu d’équipements de moto peuvent avoir le qualificatif « d’icône ». Le casque intégral Bell Moto-3 en fait partie ! Il est le dernier rejeton de la Sainte Trinité des heaumes conçus par l’équipementier californien faisant suite au Bell 500 TX (1956) puis le Bell Star (1968).

Pourquoi le Bell Moto-3 est-il un casque iconique ?

Le Bell Moto-3 voit le jour au milieu des années 70 avec la démocratisation d’un sport français : le motocross.

A partir du milieu des années 60, les scramblers britanniques s’effacent, laissant place à des motos 2-temps légères et enfin fiables. Elles sont construites par d’obscures manufactures européens comme Bultaco, Ossa, CZ ou Husqvarna.

En 1973, le groupe Honda, fort des succès de la Honda Civic et de la Honda CB750, commercialise un 2-temps de motocross de 250 cm3. C’est la Honda CR250 Elsinore qui est plus fiable, plus facile à piloter et moins onéreuse que les machines européennes. Dès 1974, une 125 cm3 vient l’épauler. Elle marque la naissance du moto de cross moderne tant en loisir qu’en compétition.

Steve McQueen : l’ambassadeur des machines de motocross aux USA

Au tournant des années 60, la star abandonne ses lourds scramblers au profil de motos de la marque Husqvarna. Il médiatisera les 2-temps et la moto verte dans le documentaire oscarisé On Any Sunday (1971) qu’il produira.

La pratique du tout-terrain sera largement médiatisée par Steve McQueen qui ira même jusqu’à produire un film sur le sujet médiatisant Mert Lawwill (vainqueur du Grand National AMA de flat track 1969) et Malcolm Smith (6 médailles d’or aux ISDT et 3 victoires à la Baja 1000). C’est le film documentaire «  » réalisé par Bruce Brown qui remportera un Oscar à 1971.

Casque Bell motocross

Afin de répondre à cette nouvelle demande, Bell qui avait conçu le tout premier casque « moderne » avec une coque en fibre de verre en 1956, conçoit un casque dédié à ce sport et également loisir.

L’équipementier californien propose au milieu des années 70 un casque dérivé de l’intégral Bell Star sorti en 1968. Baptisé dans un premier temps Moto Star, il subit une refonte en 1979 et prend le nom de Moto 3.

En 2016, le Bell Moto 3 renait de ses cendres avec le phénomène des motos vintage et néo-rétro et le retour en grâce des scramblers et autres street trackers.

En 2020, Bell collabore avec la société Fasthouse qui propose des vêtements pour la moto tout-terrain mais également pour le VTT.

Cette marque dont le QG se situe à Santa-Clarita (Californie) a été créée en 1998 par le cascadeur Kenny Alexander.

Casque Bell 3

Fasthouse revendique un esprit irrévérencieux et s’inspire de l’attirail porté par les crossmen des années 60 et 70.

Nous retrouvons cette approche décalée dans ce tout nouveau Bell Fasthouse Moto 3 dont le design est très travaillé.

La coque externe est recouverte d’un noir mat. Cette finition est également présente sur le dernier noir et blanc.Nous trouvons une visière rouge cerise qui tranche avec le « côté obscur de la force » du reste de ce couvre-chef. Elle est clipsée par 5 boutons-pression comme le modèle originel.

Le Bell Moto 3 reprend la forme caractéristique du modèle introduit dans les années 70 avec notamment ces quatre bouches d’aération sur la mentonnière placées en diagonale.

Casque moto

Ce casque de 1300 grammes réalisé en collaboration avec Fasthouse apporte confort et sécurité malgré un look seventies.

Ainsi, il est conçu autour d’une coque en fibre de verre (en 3 tailles) et reçoit une calotte interne en polystyrène expansé ou EPS amortissant le choc en cas d’impact.

La coiffe interne en tissus éponge est antibactérienne démontable et peut être lavée à la machine. La mousse EPS est doublée au niveau de la mentonnière.

Comme tous les autres casques Bell, il répond à la norme européenne ECE 22-05 mais également outre-Atlantique à la Norme DOT si vous comptez l’emporter pour un trip sur la Baja californienne.

Il est donc homologué dans l’Hexagone pour un prix catalogue de 329,99€.

Comme tous les casques dédiés à la pratique du tout-terrain, il est sans écran. Il faudra ajouter à ce budget le coût d’un masque de motocross ou de lunettes.

Photo of author

Laurent Blasco-Calmels

Laurent, passionné par les belles mécaniques en tous genres & curieux des nouvelles technologies. Ex journaliste & auteurs de plusieurs livres bien avant que cela soit "trendy".

Laisser un commentaire