SsiQZMwVCDc

Du 22 au 25 septembre se tenait le plus grand festival post-apocalyptique au monde : le Wasterland Weekend.

Cette concentration totalement décalée est né de l’idée de deux californiens non moins déjantés travaillant pour Hollywood : Jared Butler et Adam Chilson.

2500 personnes, ce qui est un record pour cette 7ème édition, étaient venues des 4 coins des USA pour se réunir dans le désert Mojave près de la ville de Bakersville.

wasterland nuke car

300 autos et motos customisés étaient présents.

Le Wasterland Weekend plonge ses participants le temps d’un weekend dans un univers à la Mad Max ou au jeu Fallout.

La civilisation a disparu et quelques bandes errent ici et là sur des terres dévastées à la recherche de nourriture et d’essence.

Au Wasterland Weekend, les choses sérieuses débutent réellement sur le tard. La chaleur dans le Désert Mojave journée est telle qu’elle transforme tout morceau de métal en un véritable tison. Et ne parlons pas des mécaniques…

A la tombé de la nuit, des véhicules de toutes obédiences

s’animent. Le seul point comun de ces « foutoirs mécaniques » est leur dégaine crasseuse et destroy obtenue souvent après des heures de labeurs. Les échappements libres en mode « Fuck The System » recouvrent l’immensité du désert. Des ombres patibulaires à la « Humungus » apparaissent mais tous cela reste à l’américaine ; autrement dit « très bon enfant ».  Jared Butler, l’un des co-fondateurs, a été bluffé par le niveau de préparation des participants tant au niveau des costumes que des véhicules.

mad max girl

Les performances musicales allant de l’électro aux groupes de Trash Metal s’enchainent. Elles sont accompagnées par des danseuses et des cascadeurs passés maitre dans l’art de la pyrotechnie.

Le Wasterland Weekend , à la différence du « Fight Club » de David fincher, ne connaît aucune règle. Les organisateurs demandent simplement aux participants de ne pas porter de costumes provenants des franchises hollywoodiennes comme « Star War » pour ne pas être « hors sujet » mais aussi pour éviter des poursuites.

Toujours au rayon «dress code», évitez autant se peut les parapluies, plutôt « paresoleil » dans cette région, de couleurs fluo !  Une version bien « crade » sera nettement plus dans l’esprit de ce rendez-vous totalement déjanté.