Triumph vient de dévoiler une nouvelle machine, la très « old school » Bonneville Bobber.

La firme d’Hinckley ne revisite pas cette fois-ci le passé glorieux de Triumph en créant une énième déclinaison de la Bonneville « so british ». Ici, point de Scrambler et autres Café racer  !

Avec ce néo bobber, c’est cap vers la Californie qui fut un Eldorado financier pour Triumph après la seconde guerre mondiale.

N’oublions pas que certaines années, Triumph exportait 60 à 70 % de ses motos aux USA et que les belles de Meriden étaient une base très recherchée, surtout les versions Pre-Unit, pour se construire un piège pour cruiser le long du Pacific Highway.

la Triumph Bonneville Bobber se la joue donc « très à l’américaine » et rend hommage à cette époque.  On imagine sans mal cette moto enquiller de nos jours les virages aux mains d’un lointain descendant de Marlon Brando semant encore et toujours la terreur du coté d’Hollister…

Cette nouvelle Triumph a parfaitement su conserver les lignes tirées au cordeau des Triumph bobber et chopper montés dans des cadres rigides et construites dés la fin de la guerre et jusqu’à la fin des sixties par les kustom builders surtout californiens.

Cet effet de cadre rigide est rendu possible par un mono-amortisseur placé quasi-horizontalement. Pour parfaire l’illusion ou la méprise, le garde boue arrière est solidaire de la roue arrière. Mais tout ceci a un prix et quel prix : la Bonneville Bobber est homologuée… « Solo »  donc sans passager possible.

triumph 1200 bobber

Il y a longtemps que le magnifique vertical Twin Pre-Unit « Made in Meriden » de 650 cc aux carters quasi-organiques a laissé sa place à des motorisations bien plus modernes et… nettement plus fiables, diront les mauvaises langues !

La Bonneville Bobber embarque donc ce qui se fait de « mieux » du coté d’Hinckley : le très moderne bicylindre en ligne « High Torque » à 4 soupapes et refroidit par eau de 1200 cc sorti en 2016 délivrant 80 CV qui équipe la Bonneville T120.

Ce gros twin répond bien sûr aux normes Euro 4. La Bonneville Bobber possède toutes sophistications des motos modernes : ABS, traction control (déconnectable), Ride by Wire, etc. ainsi qu’une cartographie qui est propre à ce modèle.

Le diamètre des jantes est de 16 pour l’arrière et 19 pour l’avant.

triumph bobber

Egoiste !

Venons en à ce qui risque de limiter ses ventes : Cela ne vous a pas échappé, rappelons que cette moto est une stricte monoplace ! Certes avec un tel look, cela peut être « top » pour aller chasser de la « gallinette cendrée » à la terrasse des cafés, mais c’est nettement moins bien lorsque l’on veut conclure !  Au final, Uber risque d’être votre ami…

On n’attendait pas une telle moto de la part de Triumph. La Bonneville Bobber ne fait pas partie de l’image d’Epinal lié à la marque Triumph. Certes, Steve McQueen les pilotait mais Marlon Brando faisait de même 10 ans plus tôt !

Cette moto sera en concession en février 2017 pour un tarif tournant autour de 13 500 €.