Royal Enfield roulante

Royal Enfield Classic 350 : esprit Bullet & cœur de Meteor

Dernière mise à jour:

Le tout nouveau monocylindre qui équipe la Royal Enfield Metor 350 est donc décliné en une version ultra vintage évoquant sans mal la Bullet Model G2 de 1948. Cette moto était la toute première Anglaise grand public à disposer d’une suspension arrière oscillante ; une technologie venue du trial. Fin de la parenthèse historique.

Le défi à relever

Plus prosaïquement, la Royal Enfield Classic 350 doit faire oublier la Bullet Classic (2008-2020) qui s’est vendue à plus de 3 millions d’exemplaires et qui a séduit en France pas moins de 1015 motards en 2020 (42e place en matière de vente).

L’esthétique ou le jeu des 7 erreurs

Il faudra être un limier de la trempe de Sherlock Holmes pour différencier la Royal Enfield Classic 350 d’une Bullet G2 millésime 1948. Les centres anglais et indien, qui ont travaillé de concert, réalisent là un sans-faute.

En effet, cette moyenne cylindrée se pare d’un grand nombre d’équipements rappelant la première Bullet : garde-boue généreux, selle à ressorts, embout d’échappement « saucisson », grippe-genoux , capotage de fourche en tôle, etc.

Seuls les freins à disque (dotés d’un ABS à double canal), un port USB et un tableau de bord à LCD trahissent le fait que nous avons bien affaire à une moto du XXIe siècle.

Le monocylindre de 349 cm3

Cette moto, aux lignes on ne peut plus old school, est animée par un monocylindre à refroidissement air et huile produisant 20,2 chevaux à 6 100 tr/mn et 27 Nm de couple dès 4 000 tr/mn.

A titre de comparaison, la Royal Enfield Bullet Classic (2008-2020) était nettement plus vigoureuse avec 27,5 ch mais avec un couple identique obtenu au même régime.

Bref, cette motorisation plutôt sophistiquée (arbre d’équilibrage filtrant les vibrations) et 5e rapport surmultiplié permet d’enrouler sur nationale tout en préservant votre fondement.

L’avis de Belles Machines à propos de la Royal Enfield Classic 350

Cette néo rétro disposera de 3 ans de garantie et elle sera présentée officiellement lors de l’EICMA en novembre 2021. Sa date de commercialisation et son prix ne sont pas encore précisés. Nous pouvons supposer qu’il devrait s’établir autour de 4 000 euros comme pour la Meteor 350.

Gageons qu’avec sa dégaine tendance, soit « back in 1948 », et un moteur sans soucis, l’Anglo-Indienne devrait trouver son public notamment auprès des urbains et des permis A2. On pourra simplement regretter un rendement moteur en deçà de la Bullet Classic et guère meilleur que la Bullet 350 de 1948 (18 ch). En somme, une moto vintage même dans ses perf’ !