Nous continuons notre périple dans l’univers Indian avec l’une des très nombreuses créations signée par Roland Sands (RSD) pour cette compagnie.

Le Kid de Long Beach peut être qualifié de designer moto « 3.0 » ; lisez « trois point zéro ». Car contrairement à ses ainés comme Arlen Ness, même si ce dernier a travaillé sporadiquement sur d’autres bases comme Victory ou même directement pour Honda dès les années 80 avec la VFC 750 ou Magna aux USA, Sands ne se focalise pas sur la marque Harley Davidson et encore moins sur les préparations « classiques » de custom à la sauce US comme les baggers et autres choppers WCC.

Le californien, adulé des « bikers à la barbe bien taillée», propose des accessoires pour de très nombreuses machines bien dans l’air du temps, telles que la BMW Nine T ou la Ducati Scrambler.

Pour Indian, les choses vont plus loin avec des réalisations « à la chaîne » de Chief et Scout qui  façonnent l’identité de la marque auprès du grand public et nourrissent le buzz autour du constructeur de Springfield.

Le custom que nous vous présentons est baptisé Indian Track Chief.

Cette moto est une version moderne des boardtrackers qui sévissaient dans les années entre 1910 et au milieu des années 20 aux USA et qui ont participé au succès d’Indian ( mais aussi à celui de Harley-Davidson).

Le tout semble appartenir à un monde dystopique peuplé de véhicules « néo vintage ».

Pour la petite histoire, ce sont les français d’Holographic Hammer qui ont dessiné ce racer.  Le moteur est le moderne V-Twin baptisé « Powerplus » de 111 cui ou 1811 cc de l’Indian Chief qui délivre, pour mémoire, le couple coquet de 119 ft-lbs (16,45 mkg).

Le bicylindre reste quasi-stock, héritant juste d’un stage 1 avec des pièces puisées dans le catalogue RSD comme les embouts d’échappement ou le filtre à air. Les tubulures d’échappement 2 en 2 , à base de titane, sont faites en interne.

La pièce, qui donne toute son originalité au bicylindres ricain, est bien sur la fourche à lames type Girder. Repeinte en noir, elle provient du faiseur Paughco et elle a été «updated » en y greffant du coté gauche un amortisseur de VTT de chez Fox.

N’oublions pas tout de même le cadre rigide réalisé en acier 4130 chrome molybdène qui sait se faire discret, tout comme l’imposant système électrique qui sied à une moto actuelle. Le guidon très étroit est une sorte de bracelet se fixant directement sur le té de  fourche supérieur, éliminant le besoin de potences (risers).

Réduite à l’essentiel, la Track Chief, ne pèse plus que 200 kg environ contre 375 kg pour une Chief de série. Selon les dires de Roland Sand, l’Indian s’est comportée incroyablement bien sur les routes viroleuses des Black Hills lors de sa présentation au rally de Sturgis.