Dans notre article du 16 novembre, nous apprenions que la Harley Davidson Motor Compagny avait édicté de nouvelles règles à ses concessionnaires américains interdisant la vente en ligne à l’export de ses pièces, accessoires et vêtements aussi bien proposés via des sites marchands tels qu’Amazon ou Ebay mais aussi directement depuis leur propre site.

L’interdiction de la vente en ligne devait entrer en vigueur à partir du premier janvier 2012.

La concession Saint- Paul dans le Minnesota avait porté l’affaire devant les tribunaux arguant du fait que cette nouvelle politique commerciale était déloyale et qu’elle faisait perdre à la société Saint-Paul Harley Davidson pas moins d’un quart de son chiffre d’affaire.

Le juge Patrick Schiltz de la cours fédérale a demandé à la Factory de suspendre l’entrée en vigueur de cette mesure jusqu’au 29 février 2012 afin qu’un terrain d’accord soit trouvé entre les deux parties. Les discutions ne reprendront qu’en début d’année prochaine.

A la sortie de l’audience de lundi dernier, le propriétaire de St Paul Harley, Tom Giannelli ( voir photo), déclarait que les ventes de Harley avaient baissé depuis 2008 mais que son affaire était restée rentable grâce aux très confortables subsides générés par la vente via internet.

Affaire à suivre…