43 ans après l’obligation du port du casque en deux roues motorisés, le port d’une paire de gants dûment homologués devient lui même obligatoire.

Cette mesure entre en vigueur le 20 novembre 2016. A part de vivre dans un igloo au fin fond de la Sibérie, vous n’avez pas pu passer au travers de la large couverture médiatique orchestrée notamment par BFM TV…

En l’absence de cet élément de protection individuel ou EPI, vous encourez une amende de 3ème catégorie de 68 €, minorée à 45€ si vous la réglez avant 15 jours.

Première surprise ; le passager doit également porter une paire de gants homologués ! A défaut, il devra s’acquitter d’une amende de 45€ mais il n’aura pas de retrait de point.

Pourquoi cette mesure ?

Selon une étude de TNS Sofres, seul 12% des utilisateurs de deux roues motorisés roulent avec des gants réellement homologués pour la pratiques du deux roues motorisés et 20% des victimes d’accidents ont été blessées au niveau des mains. TNS Sofres ne fait aucun distinguo entre les motards majoritairement très bien équipés et les scootéristes en tenue de ville. Je ne parlerais même pas des zozios en quad !

Cette mesure a été prise lors du Comité Interministériel de la Sécurité Routière (CISR) présidé par Manuel Valls qui s’est déroulé le 2 octobre 2015. Cette réunion a aussi acté le bridage A2 et le contrôle technique à la revente pour les deux roues à moteur.

Elle fait suite à un rapport commandé au préfet Régis Guyot qui dit notamment que « Le port d’équipements de protection individuels adaptés constitue un vrai gisement de sécurité routière pour les deux roues motorisés… ».

Le port obligatoire des gants pourrait donc être la porte d’entrée vers des mesures encore plus coercitives en matière d’équipements de protection individuelle (EPI) comme le port obligatoire d’un blouson ou d’un gilet à coque(s), de chaussures montantes homologuées voire un jour la généralisation de l’air bag !

Plutôt magnanime, le rapport Guyot reconnaît que les « vrais » motards sont très bien équipés et que ce sont les scootéristes et autres motards des villes qui posent problèmes…

Le décret d’application est passé au Journal Officiel 2016-1232 du 20 septembre 2016.

Quels types de gants :

 

gants homologués

Gants Helston homologués CE1

Comme, il n’a jamais existé de norme N.F. en matière de gants motos, le législateur applique les deux normes européennes de 2003 (EN 13594) et 2015 (13594 :2015).

Concrètement, la norme de 2003 donne lieu à une étiquette avec la mention « CE » seule. La certification 2015 est signalée par un pictogramme avec un motard et le logo « CE ». Cette dernière correspond à des tests nettement plus poussés en matière de résistance à l’abrasion et à l’absorption des chocs pour les éléments de protection à coques.

La certification 2015 établit trois niveaux de protection parmi les gants homologués :

types gants homologués CE

    • 1 : gants sans protection des articulations et sans coque (abrasion 4 secondes longueur manchette 1,5 cm)
    • 1KP : gants avec coque de protection des articulations (abrasion 8 secondes longueur manchette 5 cm)
    • 2KP : gants avec coque de protection des articulations de niveau supérieur et résistance à l’abrasion supérieure.

PS : L’acronyme « K.P.» signifie « Knuckle Protectors » ou « protection des articulations ».

Lors d’un achat, privilégiez des gants avec l’étiquette à pictogramme de 2015.

Cela empêchera d’éventuelles palabres avec les forces de l’ordre voire des verbalisations abusives et vous serez tranquille pour un bout de temps.

Remarques diverses :

    • Signalons que les gants demeurent parfaitement homologués même si l’étiquette n’est plus présente car, par exemple, elle vous gène ou elle a disparu à cause de l’usure.
    • On peut légitimement penser qu’après le coup de « buzz » médiatique les forces de l’ordre ne vont verbaliser que l’absence du port des gants et non s’ils sont homologués ou pas …
    • Bien entendu, les gants homologués pour d’autres activités comme le VTT par exemple, ne sont conformes.