L’année 2018 sera l’année des motos néo-rétro !

Il n’y a qu’à voir le nombre de publicité qui regorgent de motos néo-vintage ou carrément de collection.

Bref, rouler en moto vintage, c’est « très in ».

Passons en revu les différentes motos du marché sur ce segment qui est devenu porteur pour les constructeurs.

On pourra noter la forte présence des Scramblers qui proposent une position de conduite décontractée aux vitesses légales grâce à des repose-pieds recentrés et à un guidon large.

Avec ces motos néo rétro, nous retrouvons les joies simples des motos des fifties et des sixties avant la course à l’armement et l’hyper-spécialisation des modèles. C’est aussi une façon élégante de s’affranchir de la répression routière…

Ducati Scrambler

Ducati Scrambler 1100

Le L-Twin se décline en 3 cylindrées : 400, 800 et 1100 cc.

La firme de Borgo Panigale a une véritable légitimité pour proposer cette Armada de Scrambler.

De 1962 à 1976 et sous la demande de son importateur américain, Joseph Berliner, Ducati a produit un Scrambler monocylindre 4 temps. Le nom de cette machine était Mach 1.

La Ducati Scrambler 400 cc, baptisée « Hastag » ou « Sixty », s’avère être idéale pour les nouveaux motards qui viennent d’obtenir le permis A2. Ces derniers ne peuvent rouler que sur des motos dont la puissance n’excède pas 35 kW ou 47,5 ch. Le bicylindre Ducati de 400 cc délivre 40 ch. Il ne souffrira donc d’aucun bridage qui peut être plus ou moins réussi. Le prix de la Hashtag débute à  6 990 €.

La Ducati Scrambler 800 (803 cc) possède de vrais qualités dynamiques si l’on s’engage en off road grâce à un poids réduit (170 Kg) et à une puissance de 75 ch. Le couple moteur est de 67 Nm. Ces évolutions en tout terrain seront quelques peu freinées car, en cas de chute, la note risque d’être salée…

Notons que ce Scrambler italien existe en de très nombreuses versions : Classic, Icon, Enduro, Flat Track Pro, Café Racer, Desert Sled, Full Throttle et Urban. L’Icon est proposé à 9150 €.

Dernier arrivant dans la famille des néo-rétro du constructeur italien, le Scrambler 1100 mû par le V-Twin à 90° cubant 1079 cc. Ce scrambler possède des qualités de routière au long cours grâce à son allonge : 86 ch à 7500 tr/mn et 88 Nm de couple à 4750 tr/mn.

Ne nous voilons pas la face, le gros cube de Borgo Panigale chasse sur les terres des motos néo-rétro « gros cubes » :  BMW NineT et autres Triumph Bonneville T-120.

BMW NineT

nineT racer : la moto néo rétro selon BMW

Le café racer selon BMW : La NineT Racer

Du coté de chez BMW Motorrad, on a fait sa « révolution copernicienne » orchestrée par un homme : Ola Stenegärd (passé depuis peu chez Indian). Le designer suédois a fait évoluer la perception de la marque bavaroise auprès de la population motarde en présentant la BMW NineT en 2014.

Désormais la gamme « Heritage », autrement dit les motos néo-rétro de BMW, s’articule autour de 5 machines : NineT, Racer, Scrambler, Pure et Urban GS. Cette dernière s’inspire du tout premier gros trail de l’histoire : la BMW 80 GS de 1981.

On pourra regretter qu’hormis la NineT, les quatre modèles dérivés abandonnent la fourche inversée de 46 mm de diamètre (surtout pour le café racer à vocation « hautement crapuleuse ») au profil d’une fourche classique.

Quid des jantes à rayons sur le Scrambler ! Pourtant, cela fait parti du « cahier des charges » de ce type de moto.

Les bavaroises vintage sont animées par le Boxer Twin de 1170 cc délivrant 110 ch et 116 Nm de couple dès 6000 tr/mn. La NineT peut vous amener au-delà des 200 km/h sur autoroute allemande ; bien entendu !

Le ticket d’entrée de la gamme Heritage de BMW Motorrad débute à 13 850 €.

Les BMW« Heritage » de BMW Motorrad ne sont pas éligibles pour les permis A2.

Triumph

Acteur indiscutable de la renaissance des motos néo-rétro, la gamme « Modern Classic » du constructeur britannique s’articule autour de 2 motorisations : Les bicylindres parallèles de 900 cc et de 1200 cc.

triumph 900 cc Street Cup

Triumph Street Cup

Le vertical Twin de 900 cc dispose de 55 ch à 5900 tr/mn pour un couple max. de 80 Nm à 3200 tr/mn. Diverses finitions de la Street Twin sont disponibles. Cette moto est éligible pour les permis A2. Le prix de cette belle anglaise débute à 9200 €.

Avec la T120, « Hinckley propose du lourd !» Les bicylindres T-120 HT (pour « High Torque » ou gros couple) produit 80 chevaux à 6500 tr/mn alors que le couple max. est de 105 N.m à 3100 tr/mn. Ce moteur de 1200 cc équipe aussi bien les Bonneville que les bobbers.

Cette dernière est légèrement dégonflée (77 ch) afin d’obtenir un moteur plus coupleux (106 Nm à 4000 tr/mn) qui sied à un custom.

Le ticket d’accès à la famille des Bonneville T-120 est de 12 550 €. Il vous en coutera 13 350€ pour acquérir une Bonneville bobber et 14 350 € pour la Bobber Black. Ces différences de prix n’ont qu’une explication : » le look, coco ! »

Moto Guzzi V7 III

moto guzzi carbon V7 III

Moto Guzzi V7 III Carbon Edition7777

Le bicylindre en V perpendiculaire à la route de 744 cc libère 52 ch à 6 200 tr/mn pour un couple max. de 60 Nm à 4900 tr/mn.

Le V-Twin de Mandello  Del Lario se décline dans une foultitude de versions : Stone, Racer, Milano, Rough et une série limitée diablement « sexy » baptisée « Carbon ». La Stone s’affiche au prix de 8 549 €.

Toutes les Moto Guzzi V7 III peuvent recevoir un bridage A2.

Il est dommageable qu’une moto sortant de la firme de Mandello Del Lario ne propose pas un café racer « plus péchu » à l’instar de la V7 Sport du début des seventies.

Sportster

sportster 1200 iron 2018

Le Sportster n’est pas à proprement dit une moto « néo-rétro » car sa production, depuis son introduction en 1957, n’a jamais cessée.

De façon purement anecdotique, cette Harley est, depuis l’arrêt de la commercialisation du Land Rover, le véhicule, auto comme moto, qui connaît la production la plus longue.

On préféra au 883 Iron (10765 €), le 1200 Iron sortie en début d’année 2018, bien placé au niveau tarifaire (11 290 €), mais aux performances toutes autres. Notons que les Sportster Iron ne sont pas équipés d’un antipatinage.

Royal Enfield

Royal Enfield Interceptor 650

Le constructeur indien va mettre sur le marché au second semestre  2018 deux motos équipées d’un bicylindres de 648 cc calé à 270°. Ce sont les Continental GT 650 et Interceptor 650.

Ces nouvelles machines sont quasiment deux fois plus puissantes (47 ch) que l’actuelle 500 Bullet ! Une telle motorisation va permettre à Royal Enfield  d’offrir aux motards européens une moto au look classique mais aux performances actuelles.

Les japonnais

Yamaha xvs 950

Yamaha avec la SCR 950 fait une timide incursion dans l’univers des motos néo-rétro.

Ils ne faut pas s’en cacher, hormis Kawasaki (un acteur historique dans l’univers des motos néo-rétro avec la W650 apparue dès 1999 puis la W800), les 3 autres constructeurs nippons marquent le pas sur ce segment.

Kawasaki Z 900 RS : Le diable s’habille en vert !

moto néo rétro : kawsaki z900 rs
La Kawasaki Z 900 RS, dérivée du roadster « manga » Z900, a su trouver son public avec 696 ventes fin mai et ceci malgré un prix de vente assez élevé (12 499€). Elle est de facto, la moto néo rétro la plus vendue en France à cette date. Il semble donc que le « téléphone arabe« ait bien marché au sein de la motardie !

Son succès commercial est plus que mérité car son quatre cylindre a été parfaitement retravaillé par les ingénieurs Kawa. Il est très coupleux (98,5 Nm à  6500 tr/mn) et très puissant (111 ch à 8 500 tr/mn). De plus, son bruit moteur est très jouissif. What else ?

 

Commentaires Facebook