MV Agusta Brutale 800 RR

MV Agusta Brutale 800 RR par RSD

La scène aurait pu être la suivante : « Bonjour, Monsieur Sands, votre mission, si toutefois vous l’acceptez est de transformer une MV Agusta Brutale au look manga en un cafe racer moderne. ».

Tel, l’agent Phelps, Roland Sands Design (RSD) releva le défi, revoir de fond en comble le roadster dessiné par Adrian Morton.

Ce projet s’articule autour d’une MV Agusta 800 RR de 2015.

Une ergonomie typée cafe racer à grands coups de pièces RSD

café racer demi guidons

Pour se faire, le guidon plat est remplacé par une paire de demi-guidon et des commandes reculées puisées dans le volumineux catalogue RSD. Les commandes aux pieds sont placées plus haut afin d’augmenter la garde au sol sur l’angle. Des tés usinés dans la masse par outils à commande numérique (CNC) maintiennent les tubes de fourches désormais noirs.

Un travail de carrosserie inspiré par les MV de Grand Prix

cafe racer

Une solide boucle arrière en tube d’acier au chrome-molybdène supporte le cul de selle donnant un ADN de cafe racer moderne à la moto de Varèse.

Cet élément de carrosserie formé à la main à partir d’une feuille d’aluminium nous renvoie à l’âge d’or du constructeur italien et à ses 38 titres mondiaux obtenus principalement dans les années 60 et 70.

Utilisant le même procédé, le réservoir d’essence échancré pour accueillir les genoux reprend le dessin de celui des MV Agusta 500 pilotées par Giacomo Agostini ou Phil Read.

MV Agusta Brutale 800 RR

Un élément quelque peu disruptif l’équipe sous la forme d’une trappe d’essence à remplissage rapide issue de l’univers de l’endurance. Ce choix est certainement dicté pour rappeler que cette moto n’est pas dans le plagiat de ce qui fut !

Des écopes du radiateur en carbone accrédite cette idée.

Le petit saute-vent avant reçoit un phare rond à LED alors que le dosseret intègre une bande également à LED.

Les détails qui font mouche sur cette MV Agusta Brutale 800 RR préparée

moto italienne

Elle reçoit une paire de jantes tournées par l’atelier californien. Comme pour les tés de fourche, elles sont usinées dans deux gros blocs d’aluminium et se montent sur la belle Italienne directement.

Ces pièces tournées au millième de millimètre par Roland Sands Design permettent de conserver l’une des pièces de choix de cette moto : son monobras.

Une paire de Dunlop Sportmax Q4 se charge de transmettre les 140 chevaux au bitume.

Les jantes, le bâti arrière et le cadre treillis sont recouverts d’une peinture céramique ou Cérakote® de couleur « bleu titane H-185 ». La selle est revétue d’un cuir Suède antidérapant.

Une optimisation moteur & châssis

L’Italienne passée entre les mains de RSD voit son poids suspendu et surtout non suspendu réduits, ce qui augure de prestations dynamiques en hausse. Dans la foulée, la fourche adopte des cartouches GP Suspension.

Pour donner quelques Watts supplémentaires, le trois cylindres de 798 cm3 de la MV Agusta Brutale 800 RR accueille une ligne complète Zard. Cette pièce a été spécialement élaborée pour ce projet.

Plus performante que la moto de série, l’Italienne se dote à l’avant comme à l’arrière d’étriers Brembo Racing GP Nickel mis en action par des maîtres cylindres radiaux signés RSD.

Moto Roland Sands Design RSD

Gageons que cette torréfaction dans les règles et qui fait oublier « les lignes chargées» de la Brutale, ravirait Domenico Agusta, le fondateur de la marque.

Un tel cafe racer qui rappelle les grandes heures du constructeur transalpin aurait toute sa place dans la gamme actuelle.

D’ailleurs lors de l’EICMA 2018, la firme lombarde avait présenté la MV Agusta Superveloce, qui partage la même philosophie que cette préparation.

in mattis facilisis eleifend elementum ipsum pulvinar non porta. ipsum elit. commodo