La Fédération Française des Motards en Colère (FFMC)  vient d’annoncer la fin de la limitation des motos à 100 chevaux qui sévissait uniquement sur le territoire français depuis 1985.

Cette exception française était dans le collimateur de Bruxelles. De plus , aucune étude n’a jamais associé puissance de la moto et accidentologie. C’est sur ce dernier point que la commission de Bruxelles a demandé officiellement à la France d’abroger ce décret qui empêche la libre circulation des biens au sein de l’Union Européenne.
Disons le tout de go, c’en est fini de l’hypocrisie des articles de presse avec des motos essayées sur les « autoroutes allemandes en version libre » mais surtout des dèbridages qui sévissaient sur 95% des machines de plus de 100 CV. Le motard ayant fait cette « manip » vivait avec l’ épée de Damoclès de ne plus être assuré en cas d’accident directement imputable à la puissance de son deux roues.

Nous pouvons saluer le travail de la FEMA (la Fédération européenne des motards) dont la FFMC fait partie pour sa belle opiniâtreté au cours des décennies.

A l’horizon 2016, tous le deux et trois roues motorisés de plus de 125 cc devront être équipés de l’ABS, de normes de durabilité ainsi que d’un accès aux données embarquées.

De plus, à cette date la norme Euro 4 entrera en vigueur, ce qui très certainement obligera la marque Harley Davidson à sortir dès 2015 un nouveau V-Twin à culasses à refroidissement liquide (comme on a pu le voir sur divers sites et forums où des plans ont fuité) un peu à la manière de BMW avec le moteur Boxer de la GS 1200 millésime 2013. La norme Euro 4 entrera en vigueur en 2020.

La FFMC rappelle qu’avec cette abrogation des 100 CV, les responsables politiques ne doivent pas légiférer sans aucune étude scientifique digne de ce nom et avec une méconnaissance totale du sujet. Les lois « au doigt mouillé », dans les tuyaux comme le port du gilet jaune ou le contrôle technique, sont un parfait exemple d’une méthode qui a déjà failli, il y a presque trente ans…