Ce week-end, l’Hôtel Drouot accueille une vente aux enchères de voitures et de motos de collection organisée par la maison Leclère-Maison.

La catalogue de cette vente est constitué de 49 lots variés dont 34 automobiles de collection et 15 motos anciennes. Les enchères seront dirigées par le commissaire-priseur Damien Leclère.

Parallèlement, la célèbre maison de vente organise une exposition de véhicules samedi 21 octobre et dimanche 22 octobre dans la cour de la mairie du IXème arrondissement.

Si vous êtes un fan du Joe Bar Team et parisien, c’est « The Place To Be » de ce week-end.

La plupart des motos mises aux enchères sont des japonaises du début et du milieu des années 70.

godier genoud kawasaki Z 1000Dans le catalogue de la vente, une Kawasaki Z1000 de 1981 du préparateur Haut-Savoyard Godier-Genoud. Les modifications apportées à ce racer sont purement esthétiques ce qui explique une estimation très basse comprise entre 3 et 4 000 €.

suzuki GT 750

Suzuki GT 750

Drouot propose également une Suzuki GT 750. La GT 750 est animée par un tricylindres deux temps à refroidissement liquide.

Honda CB 750 Four

Honda CB 750 Four

La maison parisienne présente une Honda 750 Four de 1979 ayant servi dans la police néo-calédonienne. Cette machine « exotique » (il en existerait deux en France) est estimée entre 6 000 et 7500 €.

Une belle brochette de Kawa !

Kawasaki 500 H1

Kawasaki 500 H1 : Sous ses airs de gros cyclo se cachent une faiseuse de veuve !

Parmi les machine de choix, la célèbre maison de vente propose une Kawasaki 500 H1 Mach III millésime 1971. Le prix de vente de cette kawa est estimé entre 7500 et 9000 €.

Sortie en 1969, la H1 possède un rapport poids/ puissance de 60 chevaux pour 174 kg qui « ringardisait » tout ce qui roulait alors. Son trois cylindre 2 temps à refroidissement par air lui permet une vitesse de pointe de 185 km/h. Malheureusement, la partie cycle de cette Kawa n’était pas à la hauteur de ses prestations moteur avec notamment des freins à tambour à l’avant comme à l’arrière. Les anglo-saxons lui donneront le surnom de « faiseuse de veuve».

Kawasaki 750 H2

Kawasaki 750 H2

Kawasaki 750 H2 Mach IV (H2B 1974) : le clou de la vente !

En 1972, suite aux critiques portées à propos de la 500 H1, Kawasaki lance la 750 H2 Mach IV. La 750 H2 est beaucoup plus coupleuse que la 500 et elle est la toute première Kawa à recevoir un frein à disque à l’avant.

Elle est devenue un vrai mythe car c’est une moto sans aucun compromis !

Ainsi, vous ne trouverez sur ce moteur de filtre aucune « béquille » lissant son fort mauvais caractère comme une valve à l’échappement ou une injection. Bref, c’est du brutal et le pinacle de la motos 2 temps de route !

Son tricylindres de 74 chevaux permet de tomber le 400 mètre départ-arrêté en 12,1 secondes et d’atteindre les 200 en pointe !

Revers de la médaille, sa consommation est totalement indécente avec 13 litres au cent ! Ce chiffre explique à lui seul pourquoi elle ne survivra pas au premier choc pétrolier (1973) et aux premières normes anti-pollution.

Ces quelques « faits d’arme » justifient une estimation élevée comprise entre 12 et 15 000 € !

Kawasaki Z900

Kawasaki Z900

Kawasaki 900 Z1

Le voyage dans les motos des seventies ne serait pas complet sans une Kawa 900 Z (dont le constructeur vient d’annoncer la renaissance).

Lancée en 1973, la 900 Z était la première moto à recevoir un quatre cylindre en ligne double arbres à cames en tête. Ce quatre patte délivraient 81 chevaux contre 67 pour la référence absolue, la Honda Four, sortie 4 ans plus tôt. Le modèle proposé est un millésime 1976 estimé à 10 000 -13 000 €