Remarques très importantes :

1-N’achetez jamais un véhicule importé en France qui ne possède pas de carte grise au nom de son vendeur. C’est à lui de faire les démarches d’homologation et il y a peu de chance qu’il accepte de les faire une fois votre argent en poche… Cela se terminera au mieux devant les tribunaux si votre aigrefin reste solvable et joignable.

2- L’administration fiscale considère qu’un véhicule est neuf lorsqu’il a moins de 6 mois et/ou moins de 6000 km. Pour ce type de véhicule, la TVA devra être acquitté dans le pays où réside l’acheteur et non dans le pays où est vendu le véhicule.

3 – Pour un véhicule d’occasion acheté aux USA, qui a donc plus de 6 mois et/ou plus de 6000 km, on doit s’acquitter de la TVA américaine qui varie de 0 à environ 10 % selon les états. Arrivé en France, vous êtes quand même redevable des droits de douanes (8 % pour une moto de plus de 250 cc) mais aussi de la TVA hexagonale à 20 %. Au final, vous aurez payé 2 TVA !

Il vous sera difficile de récupérer la TVA auprès de l’administration fiscale de l’état américain où vous avez acheté votre moto. Il faut donc privilégier l’achat d’un véhicule réellement neuf acheté hors taxe aux USA.

import véhicule de collectionL’importation d’un véhicule de collection : « Elle est pas belle la vie ! »

Les véhicules de plus de 30 ans sont dits de « collection » et font l’objet d’un traitement de faveur. Ils ne font l’objet d’aucun frais de douane et n’ont qu’à s’acquitter d’une TVA réduite à 5,5 % (en 2013, elle était de 7%) qui s’applique sur le prix du véhicule et sur le transport.

Au niveau de l’homologation, il n’y a aucune mise en conformité. La Fédération Française des Véhicules d’Epoque (FFVE) vous fournira un dossier à remplir pour obtenir la carte grise de votre « ancêtre ». Comptez 50 € pour obtenir ce document.

Au final, l’achat aux USA, bonne ou mauvaise idée ?

Un rapide calcul, mais vous vous en doutez certainement, démontre que cette opération n’est guère rentable pour une machine neuve ou d’occasion.

De plus, elle est très chronophage, nécessite un très bon niveau d’anglais et n’est pas bonne du tout pour vos chakras !

taxes et TVA entrées véhicule europeJ’ai pris pour base un Fat Boy de chez Harley Davidson neuf de 2017 qui représente le prix moyen d’une Harley Davidson.

Le prix en concession est de 16 900 $ sur le site US de la MoCo soit 14 900 €. Notez que les prix affichés aux USA sont toujours hors taxe.

Le Port Miami-Le Havre (le trajet le plus court possible) en container s’élève au minimum à 1000 €. Le poste « transport » est un maquis en frais divers et variés : assurances, empotage, dépotage, taxe portuaire, transports terrestres et manutention.

Arrivé en France, vous devez vous acquitter des droits de douanes (8%) sur le prix de la moto et sur le coût total du transport soit 1272 €.

La TVA à 20 % porte sur une somme de 17172 € soit 3 434,40€. Votre Fat Boy vous revient donc à 20 606,40 €.

Par comparaison, la même moto achetée dans une concession française est affichée à 21 550€. Les quelques 1000 € de bénéfices seront largement engloutis dans les pièces nécessaires dans la remise en conformité. Des échappements « CE » sont déjà facturés 600 € et quid de la garantie.

En conclusion : un monde globalisé

L’achat d’une Harley Davidson aux USA neuve ou d’occasion n’est donc pas du tout rentable. L’époque, vers 2013, où le taux de change Euro/Dollar ( 1 euro valait alors 1,3 dollar) n’est plus de mise. Les deux devises sont à quasi parité. La seule exception envisageable, est si vous désirez faire un voyage de plusieurs mois en Amérique du Nord. Dans ce cas, l’achat d’un véhicule neuf peut s’avérer « rentable » puisque vous économisez une location du véhicule.

De plus, l’importation est désormais gérée directement par les filiales des constructeurs qui sont tenues d’établir une politique notamment tarifaire cohérente limitant les importations « sauvages ». On peut le voir chez Ford France qui importe officiellement depuis 2015 la Ford Mustang avec succès (sportive la plus vendue en France).

Au niveau des anciennes, « les belles machines » commencent à se faire rare car européens et japonaises ont dévalisé des états comme la Californie qui regorgeait de « pépites » à 2 comme à 4 roues dans un état de conservation remarquable dû à un climat particulièrement sec. Vous ne trouverez plus une Harley Davidson Knucklehead ou une vieille Dodge Charger « in mint condition » contre quelques malheureux billets. Ces véhicules rares sont devenus des objets de placement voire de pure spéculation à venir.

Article connexe : Achat d’une moto neuve ou d’occasion dans l’Union Européenne 

1 2