Ce bobber ne suit pas les chemins tout tracés en matière de custom culture. Ici point de préparation autour d’une sempiternelle Yamaha SR 500 ou XS650, Honda CX 500 et autres BMW R culbutées.

Jouant au Docteur Frankenstein, son propriétaire a eu l’idée de glisser un moteur de Honda CR500 dans une partie-cycle d’un paisible custom.

Revenons sur la Honda CR500 : Une brute épaisse

Le monocylindre de 491 cm3 2-temps du numéro Un mondial demeure une des mécaniques les plus violentes jamais construites avec une puissance de 52,8 ch sortie de caisse pour un poids tous pleins faits de seulement 102 Kg.

Contrairement à une idée reçue, ce 2-temps est difficile à démarrer au kick (seulement  !) et aura la réputation non pas de briseur de ménage mais de tibia !

Moyennant quelques pièces racing (échappement et filtre à air), il est possible de tirer sans mal plus de 60 ch de ce monocylindre. Le thumper Honda sera construit entre 1984 et 2001 et sera remplacé par la CRF450 à moteur 4-temps nettement moins sauvage.

Cette moto aime batifoler dans les grands espaces pour s’exprimer et demeure une arme de choix lors des Baja 500 et 1000 ou plus près de chez nous lors de l’Enduro du Touquet en catégorie classique ou vintage.

Au delà de ce rapport poids/puissance hors norme, c’est le caractère on-off, comprenez binaire, de cette moto de cross qui interpelle. Le bouilleur de la Honda CR500 dépourvu de toute civilité, est une moto qui ne pardonne aucun écart de conduite et qui se manie comme un vieux fagot de bâtons de dynamite.

Bref, cette moto réellement iconique dans l’univers du tout-terrain peut être créditée de l’expression non galvaudée de « moto d’homme » !

honda CR500

La préparation de la Honda CR500 façon bobber

Le bitza que nous vous présentons est un assemblage 100% Honda fait du mariage contre nature d’un monocylindre de CR500 de 1992 placé dans une partie-cycle de Shadow de 1980.

Le réservoir mais aussi les écopes des radiateurs, les panneaux latéraux sont réalisés en feuille d’aluminium. Les cale-pieds ont été tournés dans le même alliage.

Phare sparto
Feu Sparto, selle solo Bates, garde-boues et embouts chromés sont des éléments incontournables d’un bobber.

Le moteur est boosté par un filtre K&N alors que les gaz d’échappement finissent leur course dans un double embouts chromés. Ces deux sorties donnent un propos quelque peu custom à cette machine. Une valve de décompression a été installée afin de faciliter les démarrages.

Les suspensions ont été rabaissées afin d’avoir un aspect ramassé plus dans l’esprit bobber.

Cette préparation est recouverte d’une peinture variant selon la luminosité d’un vert profond à un marron non moins profond.

Ce bobber improbable ne possède pas d’alternateur et l’éclairage à LED ne fonctionne que grâce à la décharge de la batterie. Elle n’est également pas équipée d’un compteur ce qui n’est pas à proprement parlé gênant car cette moto possède une homologation restrictive donnée par l’état de Californie en raison de ses émissions polluantes digne d’un cargo mal entrenu.

Nous voyons ici et là quelques préparations autour de cette moto de MX mais dans un esprit proche de son orientation première soit principalement des flat track racers.

Nullam leo. at suscipit sem, Donec dapibus tristique diam ut dictum