1970

A Wendover, Utah, Calvin Rayborn établit un nouveau record du monde de vitesse sur deux roues à la vitesse de 265 mph (424 km/h) sur un cigare motorisé par un moteur de Sportster.

Suite à une refonte de la réglementation des courses par l’AMA  fin 1968, Dick O’Brian, patron du service racing de la Motor Co, construit dans l’urgence la XR 750.

Ce racer culbuté est directement dérivé du Sportster de 1957 comme atteste la paire de culasses en fonte pas du tout « sportives » ! Il sera surnommé « waffle irons » ( « fer à gaufres ») car il est sujet à la surchauffe…

Le V-Twin type Early Shovel ou Pan-shovel disparaît avec la greffe d’un nouveau carter moteur intégrant un alternateur en lieu et place d’une magnéto. C’est la naissance du moteur Shovelhead.

Un allumage à vis platinées est placé dans le nouveau carter de distribution (idem sur le Sportster). Le couvercle de distribution prend une forme de cône fermé par un « time cover » d’ou le surnom parfois donné à cette motorisation : « Cone Motor ». La cylindrée du Big Twin Shovelhead reste inchangée: 1200 cc (74 cui).

Le Big Twin reçoit un nouveau couvercle de transmission primaire intégrant enfin une trappe d’accès (Derby Cover) à la tension de l’embrayage.
Harley-Davidson lance la FX 1200 Super Glide très influencée par le mouvement Custom. Cette nouvelle déclinaison du Big Twin est un croisement entre un FLH (cadre et motorisation) et une partie avant de Sportster (XL). La Super Glide inaugure une nouveau style de moto appelé « custom » en Europe et « cruiser » aux USA.
Willie G Davidson réussit à convaincre la Factory de proposer en option l’ensemble selle-garde boue en polyester arrière dît « Bob Tail ». Cet appendice est un échec commercial. Il ne sera proposé que durant les années 1970 et 71 sur le FX et sur le Sportster.

– Le modèle FL abandonne le kick.

Production : 28.850 ex.

1971

elvis presley on electra glideJoe Smith sur un dragster à moteur Harley-Davidson passe sous la barre magique des 9 secondes sur le quart de mile (environ 400 m).

En vitesse, le pilote Mert Lawill évoque la 750 XR en ces termes: « Agonie. C’est la XR. Ce truc me fait perdre 10 ans de ma vie. »

Grâce aux machines japonaises fiables et faciles de prise en mains, la motocyclette subit une croissance incroyable en Europe comme aux USA. La Motor Compagny profite de ce boom sans précédent : Une nouvelle usine à York (Pennsylvanie) sort de terre .

Le carburateur Tillotson est remplacé par le Bendix-Zenith.

Le logo AMF-Harley-Davidson est apposé sur tous les réservoirs des motos Made In Milwaukee.

Production : 37.602 ex.

1972

xr 750 racer 1972Le Sportster (désignation XL) passe de 883 cc à 1000 cc. Il subit une grosse évolution technologique avec un embrayage à bain d’huile en lieu et place de l’embrayage à sec, nouveaux rapports de boîte et une nouvelle pompe à huile. Il développe désormais 48 CV. à la roue arrière (61 ch selon le constructeur) et abat le 400 mètre départ arrêté en 13,38 secondes. Sa vitesse de pointe est de 116 mph (186 km/h).

Avec une belle réactivité vis à vis de la Honda CB 750 sortie en 1969, Harley Davidson greffe sur l’Electra Glide ou FLH un frein avant à disque. Il prendra le surnom de « banane » de par la forme de l’étrier. L’architecture moteur du XR 750 est revue avec une course plus courte et un alésage accru.  Le moteur est coiffé d’une paire de culasses en aluminium.

Production : 59.908 ex.

1973

Le Sportster malgré une technologie moteur ancienne (1957) et châssis (1952) est le principal bénéficiaire de l’engouement de la moto outre-Atlantique. Harley Davidson vendra durant cette 2 à 3 fois plus de 1000 Ironhead que de Big Twin Electra ou Super Glide.
Le frein à disque est généralisé à toutes les motos.
Le modèle FX abandonne le réservoir « Fat-Bob » de 3,5 gallons en deux parties pour un élément monocorps.

Production :70.903 ex.

1974

Une grève sans précédent de 101 jours paralyse la production.

Apparition du palonnier à câbles aller-retour.

La nouvelle usine de York devient l’unité de production et d’assemblage de Harley Davidson pour faire face à une demande toujours croissante. Milwaukee ne construit plus que les moteurs, boîtes de vitesse et reste le siège de la firme.

Arrêt de la production du Servi-Car apparu en 1932 !

Lancement d’une nouvelle Super Glide équipée d’un démarreur électrique baptisée FXE .

Production : 68.210 ex.

1975

Harmonisation des commandes d’embrayage et de freins par rapport à la production japonaise : Le frein avant et la pédale de frein arrière passent à droite, le sélecteur de vitesses ainsi que la commande d’embrayage migrent à gauche. Le Sportster hérite d’une fourche Showa de 35 mm de diamètre.

Production record de 75 403 ex.

1976

Pour commémorer le bicentenaire de la déclaration d’indépendance des Etats Unis, l’ensemble de la gamme de Milwaukee (XLH/XLC, FLH, FX/FXE) se voit appliquer un autocollant « Liberty Edition » sur le réservoir.
La qualité de fabrication des Harley-Davidson, sous l’égide d’AMF, chute dramatiquement !
Jay«  »Springer » Springsteen remporte consécutivement les championnats Grand National 1976, 1977 et 1978 au guidon de la XR 750.

Production : 61.375 ex.

1977
low rider S

Harley Davidson 1977 : Low Rider

Le « Rodney C. Gott museum », premier musée consacré à l’histoire de Harley-Davidson, ouvre ses portes à York. NDLR: Rodney C. Gott est le PDG mégalo d’AMF 🙂
Un nouveau Custom, le FXS Low Rider et un Sportster Café Racer XLCR sont présentés par Willie G Davidson à la Bike Week de Daytona en février 1977.
Un second modèle renforce la gamme Sportster : Il s’agit du XLT (T pour « Touring »). Cette petite Electra Glide, équipée d’une paire de sacoches rigides, d’une grosses selle et d’un réservoir ad-hoc, ne sera, tout comme le Café racer, proposée que pour les millésimes 1977 et 1978.
L’ensemble de la gamme Harley-Davidson (Sportster et Big Twin 1200) s’équipent d’un démarreur électrique. Le kick est quand même conservé.

Production : 45.608 ex.

1978

Harley-Davidson commémore son 75ème anniversaire.

L’Electra Glide (FLH) passe à 80 cui ou 1340 cc.

Harley-Davidson étoffe la gamme Super Glide avec le FXE/F équipé d’un réservoir Fat Bob surmonté d’une console de type « low rider ». Dans les faits, il s’agit d’une déclinaison du Low Rider de Willy G. Davidson équipée d’un guidon buckhorn (cornes de vache) et d’une finition différente.
La participation au capital de Aermacchi est revendue par William H. Davidson.
Un allumage électronique de marque Motorola équipe toutes les motos du constructeur US.
Scott Parker rejoint le team officiel Harley-Davidson de flat track. Parker va devenir le pilote le plus titré de l’histoire du constructeur avec pas moins de 93 victoires et 9 Grand National en 10 ans de carrière.

Production : 47.401 ex.

1979

L’échappement « siamois » et le cadre montés sur le Sportster XLCR équipent désormais les Sportster.

Le frein à disque arrière est généralisé à toutes les Harley-Davidson.

Le FXE/F « Fat Bob » et le FXS « Low Rider » passent de 1200 cc à 1340 cc.
Le Shovelhead 72 cui (1200 cc) ne sera plus reconduit en 1980. La gamme FLH est épaulée par le modèle dît « Classic ».
Au niveau commercial, Harley-Davidson ne représente plus aux USA que 20 % des immatriculations contre 80% en 1969 !
AMF cherche un moyen de se séparer de sa branche moto. La marque Aermacchi est revendue aux frères Castiglione qui fondent Cagiva.
Dès 1979, Harley-Davidson se met en rapport avec Zuffenhausen, siège du constructeur Porsche en vue d’étudier un successeur au moteur Shovelhead. (…)

Production : 49.578 ex.