1930

Milwaukee lance le Flathead en 74 ci (1208 cc ) sous l’appellation de « model VL » et « V ».

La série VL marque le premier divorce entre une partie de la clientèle et Harley-Davidson : L’arrêt de la série JD au profil des VL est un important changement de stratégie économique et un tournant dans l’histoire de Milwaukee. En effet, la MoCo arrête une moto très avancée technologiquement au profil d’une motorisation nettement plus rustique.

Bill Davidson Jr. remporte la « Jack Pine Endurance Run » avec un score de 997 sur 1000 possibles. La Jack Pine Endurance Run est une épreuve d’endurance de 500 miles se déroulant sur deux jours dans le Michigan. Le but de cette épreuve est démontrer la solidité des machines et des hommes à travers un parcours tout terrain mélangeant sable, bois et passages de gués.

Cette « endurance TT » fut remportée dix années consécutives par Harley-Davidson !

Production : 18.036 ex.

1931

Ignaz Schwinn abandonne la branche moto d’Excelsior (le 3ème constructeur moto US à la fin de la Grande Guerre) pour ce concentrer sur son activité initiale ; la fabrication de vélos. Indian et la MoCo restent désormais les deux seuls constructeurs américains.

Joe Petrali, ex-pilote Excelsior, signe un contrat chez H-D en début d’année: Une légende sportive est en marche.

Production : 18.036 ex.

1932

L’AMA met en place le championnat baptisé Class C.  En effet, les courses de monocylindres de 350 cm3 et de 500 cm3, qui ont fait la renommé du Peashooter n’ont plus la côte auprès du public. Le petit monocylindre n’est plus représentatifs d’un marché qui ne jure que par les gros V-Twin à soupapes latérales.

L’idée est de créer un championnat avec des machines dérivées de la production en théorie accessibles au plus grand nombre : on peut s’en servir en semaine et courir avec le week-end après avoir ôté l’éclairage. Ces « compé-clients » doivent arrêter la prolifération des courses sauvages dîtes « field meet » .

La Class C sacre la domination des V-Twin de 750 cm3 à soupapes latérales : les Sport Scout chez Indian et les WR du coté de Milwaukee.

Les marques européennes ne peuvent engager que des machines dont la cylindrée ne dépasse pas les 500 cm3 (!) en raison de leurs distributions plus sophistiquées (généralement culbutées).

Le sport motocycliste US moderne est né et de fait, il ostracise toute la production non américaine !

La Harley Davidson WLDR donnera naissance à une dynastie de motos de course : KR puis XR.

L’industrie motocycliste s’enfonce dans la crise. Indian, le constructeur numéro 1 tourne à 5 % de ses capacités.

« Smokey » Joe Petrali remporte à la fois le championnat de Hillclimbing et de flat track ou dirt track 1932. Il rééditera cet exploit jamais égalé en 1933, 1934 et 1935.

Fin 1932, les Latérales 750 des séries D et DL de 1929 sont remplacés par les modèles R et RL.

Esthétiquement les deux petits phares sont remplacés par un élément de grand diamètre et le réservoir est recouvert d’un motif de vague au style très art moderne. Les réservoirs des Harley-Davidson se voient orner de peintures flamboyantes parfois bicolores voire tricolores et de graphismes.

Un nouveau cadre permet enfin de caser la génératrice de manière plus esthétique.

Le servi-car est commercialisé en 1932 : C’est un véhicule utilitaire multi-taches grâce à un coffre arrière d’une capacité en charge de près de 250 kg. Le coffre d’abord en bois puis plus tard en matériau composite. Le servi-car se décline en différentes versions afin d’être adaptées aux besoins du postier, du livreur de journaux, de la contractuelle, du vendeur de glace, etc.

Production : 7.218 ex.

1933

La grande dépression frappe de plein fouet la Motor Compagny : Les ventes tombent à 3700 unités (vendues quasi-exclusivement aux services de police) alors qu’elle était de 21 000 machines avaient trouvé preneurs avant le crack boursier de 1929…

Milwaukee veut tordre le cou à la morosité ambiante. Le constructeur abandonne définitivement le vert olive. Ainsi le millésime 1933 voit un aigle stylisé d’inspiration art-déco peint peint sur les deux demi-réservoir.

Production : 3.703 ex.

1934

Arrêt de la production du 21 Model B alias « le Peashooter ».

Premier

Bessie Stringfield, une femme de couleur, traverse seule par huit fois le Sud ségregationniste durant les années 30. Morte en 1995, sa pierre tombale porte l’inscription: « tous ce que j’ai fait fut très amusant et j’ai aimé ça ».

1935

rikuo japan harley

La société pharmaceutique Sankyo achète pour 30 000 $ la licence de production des Harley-Davidson 750 et 1200 cm3 pour le Japon sous le nom Rikuo qui signifie « roi de la route ».

Il s’agit de la première moto construite au Japon !

La marque fera faillite en 1960. Beaucoup de GI ,durant la seconde guerre mondiale, se demanderont que font des Harley-Davidson dans les îles du Pacifique !

Production : 8.922 ex.

1936

Harley-Davidson, malgré la crise économique persistance, lance le modèle haut de gamme EL équipé d’un moteur de 61 ci ou 1000 cm3 à deux soupapes culbutées par cylindre.

Le moteur prend rapidement le nom de « Knucklehead » du fait de la forme en poing fermé des deux caches culbuteurs. Il développe autour de 40 ch.

Ce moteur est la plus grande évolution technologique pour la Motor Co. depuis la création de son premier V-Twin en 1909.

Le Knucklhead inaugure le réservoir Fat Bob,un nouvelle partie cycle ainsi qu’une lubrification « allez-retour ». Le Knucklehead est l’archétype du moteur Harley-Davidson : un bicylindre en V à 45° à 2 soupapes culbutées par cylindre.

En trois années, 9800 Knucklehead seront vendus au prix de 425 dollars.

JC  » Papy » Hoel crée The Jackpine Gypsies Motorcycle Club, futur organisateur du Sturgis Rally.

La Motor Compagny produit désormais le Flathead en version haute compression dans la cylindrée record de 80 ci ou 1340 cm3 sous la dénomination de Sport Solo VLH.

Production : 9.812 ex

1937

Harley Davidson WLA 750 45 ci

La première WL sort de Milwaukee. Elle remplace la peu fiable série D.

La WL reprend le look de sa grande sœur le Knucklehead avec deux demi-réservoirs et une console centrale. Le 750 latéral de la série D de 1929 est totalement revu avec notamment une lubrification aller-retour grâce à une seconde pompe à huile.

En mars, Joe « smokin » Petrali devient l’homme le plus rapide sur deux roues au guidon d’un Knucklehead à Daytona profilée à la vitesse de 218,02 km/h.

William A. Davidson, co-fondateur, Works Manager and vice président meurt à Milwaukee à l’age de 66 ans.

Les premiers 200 miles (320 km) de Daytona qui se déroulent sur un circuit de 3,2 miles alternant plage et route dans le sud de Daytona Beach voient la victoire de Ed Kretz sur Indian. Les journalistes locaux appelleront la course :  » The Handlebar Derby « .

Production : 11.614 ex.

1938

Les Californian Hightways Patrol monte un récepteur radio (pas d’émission) sur leurs Harley-Davidson.

Le Jackpine Gypsies Motorcycle Club, club affilié à l’AMA, organise sa première course locale à Sturgis dans les Black Hills (Dakota du Sud) . La plus grande concentration de Harley-Davidson au monde vient de naître !

La production de Harley Davidson en 1939 est de 8.158 motos contre 8 883 pour l’éternel rival Indian.

1939

Bruit de bottes du coté du 3700 West Juneaux Avenue !

L’US Army effrayé par les capacités des side-cars lourds BMW et Zündapp de la Wehrmacht au combat demande à Milwaukee de plancher sur des engins aussi performants.

Durant l’été 1939 soit quelques semaines avant l’invasion de la Pologne par les Nazi, l’US Army teste divers prototypes plus ou moins farfelus à Fort Knox.

Production : 8.290 ex.