Malgré les très nombreuses campagnes marketing, l’âge du capitaine, pardon du biker moyen flirte aux USA avec le demi siècle.

La Motor Compagny vient d’annoncer avec fierté que le  biker moyen n’est plus un baby boomer ; autrement dit une personne née durant le pic démographique compris entre 1946 et 1964.

Le Harleyiste moyen serait donc né en 1965 et aurait 47 ans.

Le constructeur de moto du Winsconsin aurait ainsi vaincu le signe indien prédit par les analystes financiers qui  scrutent son activité.

Ces derniers  annonçaient que Harley Davidson , marque qui a grandi grâce à la contre-culture des années cinquante et soixante, l’Equipée Sauvage et Easy Rider pour faire simple, avait les plus grandes difficultés à attirer la génération née après 64, surnommée la  « Generation X » selon l’expression d’un démographe américain. Ils affirment de leur coté  qu’il s’agit que d’un effet d’annonce dont le but est de rassurer les marchés financiers sur l’avenir à long terme du constructeur.

Ces experts  s’appuient sur le fait que Harley Davidson ne donne plus aucune information sur l’âge moyen de ses clients depuis l’année 2008. Il était alors déjà de 48 ans…

De plus, nous savons que de manière quasi-mécanique, le biker moyen vieilli de 6 mois par an et ceci depuis 1999. Pour mémoire, il était de 43 ans à cette date.

S’il est vrai que l’âge moyen du motard, quelque soit sa moto, vieillit dans tous les pays occidentaux, et pour diverses raisons que nous n’évoquerons pas ici, les campagnes marketing menées par la firme de Milwaukee comme « Ladies of Harley »  à direction de la clientèle féminine, l’ouverture vers les minorités ethniques sont  un échec cuisant.

La firme de l’Avenue Juneaux vend très majoritairement , jusqu’à nouvel ordre , des motos à des hommes blancs et d’âge mûr.  Le cliché est donc vrai !

Point positif,  le concept (marketing)  « dark custom » semble avoir touché sa cible puisque Harley Davidson , toujours aux Etats Unis, est la première marque chez les 18-34 ans ; les esprits chagrins rétorqueront que les jeunes n’ont guère d’alternative en moto… « Made In USA ».

Source : Reuters

Curabitur vel, dictum nunc libero. venenatis, Aliquam luctus