Lorsque l’on parle de motos et plus encore de motos américaines, il paraît impossible de passer à coté d’Evel Knievel.

Evel Knievel, prononcez Evel « kanivel », reste prés de quarante ans après ses derniers exploits le plus grand cascadeur « classique » de l’histoire de la moto.

Les sauts effectués par l’américain peuvent paraître « bien sages » par rapport aux cessions de tricks des pilotes de FMX que l’on peut voir par exemple aux X Games.

Une moto de cross actuelle ne peut être comparée à la Harley Davidson XR 750 que pilotait Evel Knievel. Plus que le poids de la XR (donné pour 136 kg) par rapport à une moto de cross moderne, ce sont les incroyables progrès des suspensions en quarante ans qui permettent de nos jours d’effectuer des figures totalement imaginables 40 ans en arrière !  Bref, il n’y a guère de rapport entre le daredevil et nos modernes acrobates qui concourent dans des concours organisés par Red Bull.

La vie d’Evel Knievel, c’est un concentré d’Amérique.

Il détient le record d’être l’homme ayant eu le plus de fractures au Guinness Book des records. L’ouvrage mentionne le chiffre de 433 os brisés mais la réalité, selon son fils Robbie (lui même cascadeur), serait plutôt entre 40 et 50 fractures ; ce qui est déjà un chiffre impressionnant

La carrière du natif de Butte dans le Montana prend réellement son envol le 31 décembre 1967 lorsqu’il saute la fontaine du Cesar Palace de Las Vegas. Le saut long de 46 mètres sur une Triumph 650 Bonneville se termine à l’hôpital avec un bassin et un fémur broyés. Une hanche, un poignet, les chevilles sont également cassés. Il fera courir le bruit qu’il a passé un mois dans le coma. Nul ne sait si cela est vrai ou faux !

Evel Knievel voulait effectuer le saut en direct durant l’émission sportive « Wide World of Sports ».  ABC déclina l’offre car le network ne voulait pas diffuser la mort en direct d’un cascadeur une veille de jour de l’an qui plus est !

Le cascadeur contourna le problème en créant une petite équipe de tournage dirigée par l’acteur et réalisateur John Derek qui immortalisera le saut. Pour l’anecdote, c’est la femme du réalisateur l’actrice Linda Evans (Kystle Jennings Carrington dans la série Dynastie) qui filme les images du terrible crash faisant déraper Evel jusqu’au parking du Dunes. Finalement, ABC payera une somme bien supérieure pour acquérir l’enregistrement par rapport à la somme demandée pour la diffusion en live du saut.

Mais, entre la longueur exceptionnelle du saut, sa médiatisation et la dramaturgie faisant suite à son atterrissage raté, la légende Evel Knievel est en marche !

A partir de là, Evel Knievel va enchainer les sauts principalement au dessus de voitures au guidon de Harley Davidson XR 750.

Le 26 mai 1975, il débarque en Europe et tente, dans le stade de Wembley, devant 90 000 spectateurs un saut au dessus de 13 bus. Il rate sa réception et est transporté à l’hôpital. Le verdict tombe : Il a une vertèbre broyée et le bras droit cassé. Malgré cela, c’est l’apogée de sa carrière. Il a touché pour le saut un énorme cachet d’un million de dollar de l’époque.

xr 750 knivel wembley

Wembley 1975 : Une latte de contreplaqué aurait cédé sous le poids de la XR et du cascadeur.

Evel Knievel ou toute la démesure américaine !

Au début des années 70, il est partout. Il est sur les flippers des bars , à l’école sur les lunch box (ces boites en métal qui conservent le déjeuner des enfants) et surtout dans les chambres des enfants avec des millions de jouets à l’effigie du daredevil qui ne connait pas la peur juché sur sa furieuse Harley.

La somme générée par le merchandising à la gloire du cascadeur dans les années 70 puis 80 est estimée à 300 millions de dollars toujours de l’époque ! Une somme qui ferait des franchises DC Comics et Marvel de gentilles officines à but non lucratif. Ok, je m’emporte un peu !

movie bike

l’une des motos du film Viva Knievel : Cette moto a été construite par Bud Ekins – grand ami de Steve McQueen –

En 1971, il est au cinéma sous les traits de George Hamilton dans le film baptisé « Evel Knievel ».  En 1977, Hollywood le convoque pour jouer son propre rôle dans un nanar « Viva Knievel ! ».

Mais en coulisse, la vie privée de Knievel est loin d’être un modèle du genre pour la jeunesse américaine…

En septembre 1977, il frappe son agent, Sheldon Saltman, à coup de batte de baseball qui a écrit un livre, peu flatteur et sans son consentement, à propos de sa vie privée. Evel Knievel écope de 6 mois de prison et 12,5 millions de dollars au titre des préjudices !  Knievel ne payera jamais la somme et mettra ses sociétés en faillite mais son image de « héros américain » sera définitivement écornée. Les revenus générés par le merchandising s’effondrent…

En 1999, le cascadeur entrera malgré tout au Hall Of Fame, le panthéon du sport moto US. Il décède le 30 novembre 2007 à l’âge de 69 ans d’une maladie pulmonaire.

La légende perdure avec cette préparation récente des australiens de Deus rendant hommage au daredevil !

Certains ont dit de lui qu’il était : « Le dernier gladiateur de la nouvelle Rome.»
Il dira de lui : « Je ne suis pas un cascadeur. Je ne suis pas un trompe la mort » – Il prend une pose  – Je suis un aventurier !».