Confederate Motorcycles, qui fête sa dix huitième année d’existence, s’apprête à mettre en production dès janvier 2012 le roadster X132 Hellcat.

Cette nouvelle moto se veut beaucoup plus « abordable » puisque le ticket d’entrée se situe à 45 000 $ (33 000 €) si vous passez une pré-commande avant fin février. A partir du mois de mars la note sera légèrement plus salée, le prix de la belle s’établissant à  49 000$ (36500 €) pour une production totale limitée à 164 machines.

Le coeur de la bête est un énorme V-Twin calé à 56° à distribution culbutée développé en partenariat avec la firme crée par George J. Smith et Stanley Stankos à Viola dans le Visconsin et mondialement connue dans le monde biker sous les initiales S&S.

Confederate HellcatLe bicylindre aux cotes « carrées » (4,4 pouces de course pour 4 ,4 pouces d’alésage) possède une cylindrée de 132 cui (2163 cc) et libère un cheval par cubic inch soit la bagatelle de 132 chevaux. Belle prouesse technique ! Le couple max. s’élève à 21 mKg.

Les férus de technique noteront que le carter moteur  est usiné dans deux blocs d’aluminium 6061 (qualité aéronautique) et non coulé comme il est de coutume.

Pour Matt Chambers, créateur et PDG de Confederate, il s’agit du meilleur moteur américain actuel en terme de performance, d’innovation et de fiabilité.

La partie cycle est faite d’une épine dorsale toujours en aluminium 6061 sur lequel s’ancre le moteur. L’angle de chasse est 23,5°.

Les meilleurs équipementiers du marché sont au rendez-vous sur ce roadster : ainsi, au français Beringer est confié le freinage avant avec deux étriers à quatre pistons pinçant deux disques flottants de même provenance. Etrangement, le frein arrière est un double piston de chez Brembo. Marzocchi fournit une fourche inversée de 50 mm. Les jantes sont en fibre de carbone.

Le poids de la bête est contenu puisqu’il n’excède pas les 230 kg (500 livres).

Assez proche dans son propos de l’italienne CR&S Duu ou de la française Wakan, cette muscle bike yankee atypique et crapuleux met en avant la maxime « deux roues, un moteur et puis rien d’autre ! »