BMW R18 bagger

Préparation BMW R18 « bagger » par Blenchman

Nous pouvons dire qu’une BMW R18 peut en cacher une autre sur Belles Machines !

Après avoir chroniqué, la BMW R18 Dragster de Roland Sands Design, je vous présente une préparation du gros cruiser bavarois réalisée par l’atelier autrichien, Blenchmann.

La grande différence entre la moto réalisée à Los Alamitos (Californie) et celle-ci est que le gros boxer twin de 1800 cm3 ainsi que le cadre n’ont subi aucune modification.

Le processus créatif de cette BW R18 « bagger »

BMW R18 bagger

Sous l’enseigne de Blenchmann officie Bernhard Naumann qui a la double casquette de sculpteur et de carrossier. En homme de l’Art, l’Autrichien zappe les formes classiques de création d’une moto. Ici point de croquis, de modelage à l’argile et ne parlons pas de CAO  !

Le résident du village de Neustift bei Güssing, à la frontière austro-hongroise, a d’abord déshabillé consciencieusement le cruiser allemand. Face à « cette page blanche », le designer autrichien explique sa méthodologie créative :

« je réalise mon design directement sur le cadre en utilisant la pièce que je fabrique. Cela me permet de répondre aux nécessités techniques tout en gardant en permanence un œil sur les proportions. »

Bernhard Naumann

Les éléments clefs de cette préparation

BMW R18 cruiser

La pièce maîtresse de cette moto est bien entendu son imposant carénage au design rétrofuturiste qui aurait toute sa place dans un remake du Metropolis de Fritz Lang.

Vous noterez à l’avant l’élégant phare entouré de chrome, clin d’oeil au « haricot » des voitures vintage du constructeur bavarois. L’optique a été particulièrement travaillée puisque les deux rangées de LED verticales sont séparées par un filament. Le tout est recouvert par un plexiglas translucide teinté de jaune donnant une tonalité résolument rétro.

Le réservoir est désormais plus étroit afin de mettre encore plus en valeur l’énorme flat twin air/huile culbuté. Il ménage des empreintes pour les genoux réalisées au marteau de carrossier.

Le cul de selle utilise les points d’ancrage du garde-boue de série et oscille entre un élément pour café racer ou pour dragster.

La finition

La selle en cuir marron possède des boucles avec des attaches qui s’ancrent avec le dosseret arrière et qui rappellent les attaches capot de la première automobile sportive du constructeur : le roadster BMW 328 de 1936. L’échappement de série qui ne fait pas l’unanimité a été volontairement conservé par l’artiste autrichien… Peut-être est-il à la base du processus créatif ?

Suivant une tradition bien établie, cette BMW R18 « bagger » est recouverte d’une teinte noire. Cette livrée est rehaussée par deux liserets blancs apposés à main levée qui courent du carénage jusqu’au dosseret.

BMW R18 custom

La totalité de cette préparation purement esthétique, faut-il le rappeler, a nécessité près de 450 heures de travail. Cette BMW R18 façon « bagger » démontre que cette moto se prête parfaitement aux modifications esthétiques car c’est une moto très classique en terme de châssis.

PS : vous trouverez ici les spécificités techniques de la BMW R18

accumsan Aenean nunc diam vel, facilisis dapibus risus.