J’avais déjà présenté un scrambler Royal Enfield Continental GT construit par Revival Cycles.

Cet atelier situé à Austin (Texas) semble être constitué de bourreaux de travail sortant des dizaines de motos customisées chaque année.

De plus, nos stakhanovistes texans font preuve d’un œcuménisme rare dans la profession en jetant leur dévolu aussi bien sur un rigide à moteur Panhead que sur cette néo-vintage issue du catalogue BMW.

Cette R NineT Urban G/S traitée façon rallye-raid démontre qu’en matière de préparation, il existe autre chose que le sempiternel café racer.

BMW R80 G/S : Née pour courir le Paris-Dakar

Cette BMW rend hommage à la GS 1000 construite par le préparateur bavarois HPN et aux couleurs de Marlboro qui remporta le Paris-Dakar 1984 et 1985 avec au guidon le Belge Gaston Rahier (décédé en 2005).

Ces deux victoires qui faisaient suite à celles d’Hubert Auriol en 1981 et 1983 font que BMW pouvait désormais se conjuguer avec aventure et grands espaces ! L’actuelle R 1200 GS perpétue cela avec le succès commercial qu’on lui connaît.

Présentée au salon de Cologne à l’automne 1980, la BMW R 80 G/S (Gelände/Straße ou Tout-Terrain/Route) invente un genre inédit : Le trail à vocation routière.

BMW trouve avec le Paris-Dakar une compétition taillée pour sa nouvelle moto. En 5 années, les R80 G/S confiées aux préparateurs bavarois HPN s’y imposent par 4 fois sur l’épreuve qui est à l’époque la plus médiatisée des sports mécaniques des années 80.

Le constructeur allemand tord par la même le cou à des décennies de disette sportive, hormis quelques exploits confidentiels aux ISDT (International Six Day Trial) en 1979 et 1980 avec le géant Herbert Scheck (1,93 m) sur une moto qui préfigure d’ailleurs la G/S.

L’original : La BMW 1000 GS N° 101 de Gastounet

BMW Paris-Dakar Gaston Rahier 1985
La BMW GS1000 HPN de Gaston Rahier

Le flat twin à deux soupapes culbutées de 1043 cm3 délivre environ 70 ch. Le gros du travail effectué par le préparateur HPN-Motorradtechnik se situe au niveau de la partie-cycle.

Ainsi, le bras oscillant rallongé de 100 mm actionne une paire d’amortisseurs WP d’un débattement de 280 mm. À l’avant, nous trouvons une fourche Marzocchi 42 M1 d’un débattement de 300 mm.

Gaston Rahier (1 mètre 64), surnommé par la caravane du Dakar « gastounet », devra utiliser tout son savoir-faire de triple champion du monde de motocross pour piloter cette Grosse Bertha dans les sables africains. En effet, la GS 1000 de rallye-raid, c’est un diplodocus de 250 kg charriant pas moins de 60 litres d’essence !

Il faudra attendre 13 ans et Richard Sainct sur une F650 RR pour que BMW remporte à nouveau la classique africaine.

La réplique de la moto de rallye-raid préparée par Revival Cycles

En 2016, BMW avait présenté un concept bike du nom de « Lac Rose» s’inspirant de la moto de rallye-raid vainqueur du Dakar 1984 et 1985. Mais depuis cette date, quid d’une machine reprenant le look de la BMW GS 1000 pilotée par le crossman belge.

Le bouclard texan moyennant une enveloppe plutôt coquette de 25.000 $ (qui n’inclut pas l’achat de l’Urban G/S) peut construire une baroudeuse reprenant les lignes des machines qui ont écrit les grandes heures de cette course imaginée par Thierry Sabine.

La préparation de la BMW R NineT Urban G/S

Revival Cycles tourne des cales et installe une cartouche de fourche Öhlins qui augmente la garde au sol d’environ 5 cm permettant de s’aventurer plus avant dans les sentiers battus. Les suspensions avant et arrière sont bien entendu accordées.

Un boxer twin qui respire bien

Au niveau moteur, le flat twin 1170 cm3 à arbres à cames en tête et refroidi par air/huile voit ses deux sorties d’échappement raccourcies.

Les gaz brûlés sont expulsés par une paire d’embouts Supertrapp recevant une finition céramique noire.

La boîte à air de série est remplacée par un élément en aluminium provenant de DNA Performance. Cet accessoiriste fournit également le filtre à air. Le calculateur reçoit une nouvelle cartographie afin de maximaliser les performances du bicylindre à plat libéré par une admission et un échappement plus libres. Gageons que les valeurs de série de 110 ch à 7.750 tr/mn et de 116 Nm de couple max. à 6.000 tr/mn de la R NineT de série sont majorés.

La selle est totalement remaniée par le shop texan avec une mousse plus épaisse recouverte de cuir.

Revival Cycles a fait ses emplettes chez Wunderlich. Les barres de protection du flat twin, le garde-boue arrière équipé d’un feu, la bulle tintée et les protège-mains proviennent de cet équipementier qui ne fournit des accessoires que pour les belles Bavaroises.

Unit Garage est mis à contribution avec une grille de phare et un porte-bagages droit. Revival Cycles réalise un support de plaque d’immatriculation déporté. Sans surprise, les clignotants sont des m.Blaze à LED de Motogadget.

Contribution hexagonale, cette Urban G/S préparée par Revival Cycles adopte l’avant comme à l’arrière une paire de Michelin Anakee Wild.

Cette BMW R NineT Urban G/S peut très bien représenter la customisation de la troisième décennie du XXIe siècle. Les préparations type café racers ou scramblers, pour rester dans l’univers des beemers, sont vues et revues. Le temps est peut-être venu de voir des réalisations sur des machines plus exotiques mais dont l’esthétique porte le poids des ans…

Curabitur fringilla justo Donec elementum quis, consequat. Sed